... et aussi sur TWITTER!

dimanche 26 juin 2016

10h40, réveil après m'être coucher vers 3h, ce qui est un peu mon rythme ces derniers jours. Si tout va bien il n'y a que les animaux à la maison, ptite mère devrait être dans son train direction Paris pour revenir à 19h avec mon neveu.

Je me lève. Calme et soleil. J'aime. Rituel du matin: bonjour aux Patous qui chacun à leur manière, me racontent leur nuit.

Je circule doucement dans la maison pour surprendre Pirouette (petite chienne Mam') afin de voir comment elle vit cette solitude sans sa gardienne. Tranquille, sage, allongée au soleil, surexitée lorsqu'elle se rend compte de ma présence.

Je commence à m'installer en plein soleil pour prendre mon café mais il tape trop, je retourne sous l'ombre de mon figuier, ma place. Tout le monde me suite: Gaspard, Zoé et Pirouette, seul Charile le chat manque à l'appel.

En fait, contrairement à mon précédent post, je ne sais pas comment je vais réagir avec mon neveu. Là, tout de suite maintenant, j'ai envie de laisser tomber, de ne pas chercher à comprendre, de ne pas insister. Dans la famille j'ai toujours été celui qui parle. Un besoin, une nécessité, ce qui m'a bien souvent porté préjudice et n'a pas forcément améliorié les choses pour autant. Alors à quoi bon, je suis fatigué, je veux arriver à me détâcher, à me souvenir qu'il y a 12ans les enfants n'étaient pas là, revenir à cette période, couper avec ce lien de sang. Je n'ai rien à me reprocher alors pourquoi chercher, pourquoi me prendre la tête et risquer de déranger je ne sais quoi. Ne pas avoir d'attentes.
Je l'ai promis à mon frère avant son départ: je serai toujours là pour ses enfants. Donc ils viennent, je suis là, ils ne viennent pas, je ne suis pas là et basta. Maintenant, si je sens une gêne, un truc qui ne va pas entre Jo et moi (ce que je verrai dès son arrivée) est ce que j'arriverai à résister à ne pas le lui en parler? Je vais implorer mon frère pour qu'il soit à mes côtés même si je sais que je dois le laisser tranquille! Là, c'est important, ce sont ses enfants! De là où il est il doit voir la situation dans sa globalité?! Moi je ne crois pas ce que je vois, je vois ce que je crois alors frangin, vient là! 

vendredi 24 juin 2016

Dans deux jours, petit homme arrive, Mam' fait l'aller-retour dans la journée de dimanche. Je ne comprends toujours pas. Je lui ai envoyé un texto il y a plus d'une heure: "on se voit dans deux jours mais en attendant que fais tu de beau?" Rien. Jusqu'à maintenant pas de retour. Ça n'arrête pas de tourner dans mon esprit pour essayer de comprendre ... Je ne comprends pas, je ne vois pas. Pourquoi soudainement et brutalement ce silence depuis des mois alors qu'il téléphone et texto ma mère jusqu'à lui envoyer la photo de sa nouvelle paire de chaussures. À part du négatif envoyé par princesse belle doche, je ne vois pas. Je rembobine, je cherche mais ne trouve rien qui mérite une coupure de la sorte. Impossible pour moi de ne pas lui en parler lors de sa venue. On ne va pas continuer sur le schéma familiale qui est de ne rien dire ou tout dire sous le manteau. Dans sa lettre d'adieu mon frère conseillait fortement à ses enfants de ne pas faire comme lui, qu'il le regrettait tant aujourd'hui: "Parlez! Si quelques choses ne va pas, exprimez le, soulagez votre conscience, ne faites pas comme moi!"
Je n'ai pas eu de conflits avec Jo lors des dernières vacances, c'est vraiment incompréhensible.

Que te dire d'autre. Ma semaine était plus que calme, la plus part du temps installé à l'ombre de mon figuier pour les 2 derniers jours d'été que nous avons eu. Bouquin, iPad, méditations ont été mes principales activités. Le moral, ça va. Toujours pas mirobolant mais pas de nouvelles descentes dans les abysses.

lundi 20 juin 2016

20 juin 2015 à 14h30 nous enterrions mon frère. 1 an jour pour jour aujourd'hui. Vraiment, mon praticien a effectivement coupé avec quelque chose car je sais qu'avant, j'aurai eu un sentiment de grande tristesse. Pas évident à expliquer par écrit mais je sais que je ne me serai pas senti comme je me sens à cet instant pour cette journée particulière. Il me manque bien sûr, j'y pense, mais c'est différent. Je ne ressens plus cette gêne au niveau de mon plexus solaire.
Cet après midi je vais aller "en ville" (cette expression me fait encore sourire!) pour acheter une plante pour la tombe de mon frère, à planter dans son "petit Luxembourg" que tu peux voir sur la photo ci-dessous. Rosier, buis, etc... C'est "le petit Luxembourg". Juste à coté, au deuxième plan, là où il y a des petits cailloux, tu peux voir la pierre tombale de mon père et de mon frère.

Le 19 juin 2014 était une autre date d'anniversaire bien plus légère: la boutique! Il y a deux ans à cette date là, j'avais rendez-vous avec notaire, propriétaire et repreneurs pour signer mon acte de vente. Même si celle ci était inscrite depuis plusieurs semaines, tant que la signature n'était pas en bas de la page rien n'était sur. Hors là, ça y est, je signais. Liberté, énorme soulagement. Il m'a fallu plusieurs mois ensuite pour que je réalise que c'était véritablement fini. Ce qui me fait penser à mon histoire de photocopieur: aujourd'hui je n'ai toujours plus aucune nouvelle. Mon avocat avait raison: ils vont probablement lâcher l'affaire. Pour en être bien sur il faudrait que je me renseigne pour savoir si le photocopieur se trouve encore dans les murs du magasin...

Deux ans. Deux ans déjà que toute cette folie n'est plus. 2 ans déjà aujourd'hui que je ne fais plus rien! Quelle histoire! Histoire qui me marquera je pense jusqu'à la fin de mes jours!!!!

J'ai encore des flashs qui me reviennent sans prévenir. Certaine fois je revois brutalement Gaël chez moi au détour d'une porte et pendant quelques secondes je ressens l'énergie de l'époque que je ne souhaite absolument pas retrouver. Quand dans les médias j'entends parler de "garde à vue", tout de suite je me souviens de la mienne et n'en reviens toujours pas aujourd'hui. Quand je pense que j'avais demandé clémence au procureur pour que Gaël ne fasse pas de prison suite à ses vols et que lui, cet enfoiré n'a pas hésité à me faire risquer plus de 10ans de prison pour des accusations totalement imaginaires et que j'ai dû en plus lui faire un chèque de 2000€ alors qu'il m'en doit au moins encore 7000 aujourd'hui, ça me fait encore mal.
Je devais avoir un "rappel à la loi", il n'est jamais arrivé. Je pense que lorsque j'ai montré au gendarme la reconnaissance de dettes que j'avais de Gaël, celui ci a eu la confirmation que toutes ces accusations étaient fausses et à alors annulé mon "rappel à la loi"? J'aurai bien aimé que les 2000€ aussi! A moins que celui-ci puisse arriver plus d'un an après ??? J'espère que non!!!
Quand je repense à tout ce que j'ai fais pour lui, à tout ce que lui m'a laissé croire et qu'au final il m'a bousillé mon changement de vie et que ma situation actuelle est due à ce passé, ça fait mal mais j'essaie de ne pas rester là dedans, de couper avec ce difficile passé. Pas évident. Deux ans après, toujours pas évident. 

Tout cela est presque un héritage. Mon père s'était aussi fait avoir avec un associé qui s'est avéré être un escroc. J'étais jeune, l'histoire est compliquée mais il avait eu de gros problèmes qui l'avaient amené à une forte dépression et une tentative de suicide pour ma mère. Il y a avait beaucoup d'argent en jeu. C'est à la suite de cet épisode que nous avons dû quitter notre cher appartement parisien (là où j'ai dormis lors de mon dernier séjour) car cet endroit rappelait trop à ma mère cette période de souffrance. Quelques temps après il a eu un cancer de la prostate, nous avons toujours pensé que c'était la matérialisation de cette grosse galère. Dans la famille nous ne sommes pas des hommes d'affaires. Mon père était un homme honnête et droit, cela l'a achevé.

Si cette histoire n'avait pas eu lieu nous aurions encore l'appartement aujourd'hui car il était ma grand-mère et aurait été dans le lot de l'héritage mais je ne dois pas avoir de regrêts car à tous les coups, au moment du partage il aurait été pour mon frère qui avait femme et enfants. Moi n'ayant ni l'un ni l'autre il aurait été logique que ce 4 pièces lui revienne. Donc oui, pas de regrêts car avec la situation d'aujourd'hui ce serait princesse belle-doche qui en jouirait!!! Mais j'adore cet apparte. Ma tante (aujourd'hui propriétaire) m'a dit la dernière fois que malheureusement il sera certainement mis en vente un jour car ses deux enfants n'ont pas une situation qui leur permettront de gérer ce bien car les impôts, charges sont très lourds et tous les 7ans le ravalement de l'immeuble doit être fait (une fortune!) ...  En plein quartier latin, tu penses! Si ce serait moi, je ferai tout pour ne pas le vendre en le mettant en location par exemple. Peut-être le feront ils?
C'est ça que je trouve dingue quand même. C'est ton bien, tu es propriétaire, certaines personnes s'endettent à vie pour l'obtenir mais non, il te faut encore payer des fortunes. Tout comme les droits de successions faramineux qu'un héritage demande. Mais de quel droit??!!! Tu m'étonnes que des gens ne puissent accepter un héritage. C'est scandaleux.  Je ne sais pas, ce devrait être au cas par cas: les personnes qui ont beaucoup d'argent paient, ceux qui n'en n'ont pas sont exonérés. Enfin je ne vais pas refaire le monde ici.

Une belle surprise ce matin en ouvrant mon mail: j'ai la réponse de Chantal, la personne avec qui j'avais fait mon développement personnel il y a des années et que j'ai recontacté il y a quelques jours.
Elle a effectivement changé d'adresse et c'est par accident qu'elle prend connaissance de mon mail. Elle me propose de la voir avant le 1er juillet ou le cas échéant en septembre. Bon, ben ce sera pour septembre puisque j'arrive tout juste le 1er juillet à Paris uniquement pour le week-end. Mais je suis vraiment content de cette reprise de contact et je compte bien demander un rendez-vous pour la rentrée. Elle et son mari sont de belles personnes et je sais qu'ils peuvent m'aider dans mon brouillard d'aujourd'hui. 

Oui, Paris le 1er juillet, j'ai pris la décision de changer mes billets de train mais tellement dégoûté de la nouvelle politique tarifaire injuste de la SNCF: j'ai donc perdu 52€, le prix d'un billet aller! Tu peux me dire ce que cela a demandé comme travail à la SNCF??? Le train n'était même pas complet, la prise puis l'annulation de mes billets n'ont été qu'une démarche informatique, l'humain n'a pas eu à intervenir, ça n'a lésé personne, c'est du vol pur et simple! Je peux te dire que dans 3ans, lorsque la concurrence sera développée en France je ferai tout pour éviter la SNCF.
Ils disent qu'un échange ou remboursement coûtent maintenant 5€ mais uniquement si tu fais la démarche 1 mois avant ton voyage! Après: tu raques! C'est scandaleux! Et en plus ça va nous faire grève pour garder privilèges et je ne sais quoi.
Alors oui, tu as maintenant la possibilité, toujours avec la SNCF d'avoir un voyage à 38€ l'aller mais ... En car!!!! Déjà même 38€ je trouve ça cher pour: prendre un TER jusqu'à Poitiers, attendre le départ de ton car 1h30 après et arriver à destination au bout 9h de voyage!!!! Comme si tu allais à San Francisco dis donc! 9h pour faire un peu plus de 400 kilomètres!!!!

Je suis donc resté sur le train en choisissant parmis les tarifs les moins chers, total j'arrive à Paris à 00h15 vendredi soir! Heureusement ma valise sera vide, je pourrai donc faire le trajet de la gare à chez moi à pieds. Le retour par contre sera plus pénible parce que je serai chargé comme une mule avec disques et bouquins et il me faudra changer à Poitiers. Je m'en tire pour 102€ l'aller-retour, soit 26€ de plus qu'un voyage en car et TER de 9h (2h15 en train!).

samedi 18 juin 2016

Besoin de déposer ici ma colère!!! J'écrivais ce matin que j'avais pris mes billets de train pour le week-end prochain afin de ramener mes affaires parisiennes et d'en profiter pour faire la gay pride pensant que, comme tous les ans, elle était le dernier week-end de juin.
Je préviens mon pote Manu de ma probable présence hors il m'annonce que cette année, la GP est le 2 juillet!!! Voilà 2 jours que je mets des options sur mes billets pour ce week-end, je les valide enfin ce matin et BANG!!!! Si je les annule, grâce au nouveau fonctionnement de la SNCF j'ai 52,90€ de retenue!!!! Mais c'est pas possible!!!!!

Alors soit je perds cette somme et prends de nouveaux billets pour le w.e du 2 qui me permettront 1/ d'aller à la GP et 2/ de ne pas prendre le train du dimanche matin à 6h30 MAIS la facture s'élève à 194,30€, soit je reste comme aujourd'hui: 1/ pas de GP, 2/ un réveil à 4h30 pour mon train de retour avec une facture de 126,60€.

En prenant la première solution c'est comme si je devais payer mon entrée à la GP de 26,45€ + payer cette même somme pour éviter un réveil à 4h30 du mat'!

Tu ferais quoi TOI?

Et tout ça pourquoi? Pourquoi cette année EXEPTIONNELLEMENT la GP n'est pas le dernier week-end du mois de juin??? PARCE QU'IL Y A L'EURO de MERDEEEEEEEUH!!!!!!! L'Euro de la casse! Casse-couilles oui!!! Suis vulgaire? Tant mieux!

Tu as vu ce qu'apporte le sport dans les rues des villes où ils jouent en plus??!!! 
D'ailleurs je n'arrive pas à comprendre le déclenchement de ces violences qui arrivent avant les matchs. Je ne saisis pas pourquoi ils se mettent dessus alors qu'en plus dans l'instant chaque équipe est à égalité puisque le match n'a pas commencé!!!! C'est quoi le truc? Parce que François est pour la France alors que Enzo est pour l'Italie? Alors ils se mettent dessus? Mais hors compétitions, François reste probablement fidèle à son équipe et pareil avec Enzo pour la sienne, non? S'ils se croisent en 2017 dans la même ville, ils vont se mettre sur la gueule? 
Que la casse arrive après match, bon ....  une équipe a perdue, il y a de la colère, l'un devient supérieur, l'autre faible, bref, ils deviennent cons mais là, avant, comprends pas les raisons, l'intérêt.
C'est peut être moi le con!
Bon, eh bien, retour de la glande! J'ai retrouvé mon rythme campagnard plus que cool mais qui ne me déplaît pas non plus pour autant même si certaines dois une certaine lassitude peut poindre.

Je me sens toujours plus léger qu'avant mon départ. Bon ce n'est pas non plus "la tête en bas les pieds en l'air" mais il y a un mieux. J'ai beau chercher au fond de moi l'état d'être dans lequel je me trouvais avant mon rdv médecine énergétique (sans trop insister pour ne pas le ramener!), non, il n'est plus là. Maintenant j'ai conscience que cela ne peut durer qu'un temps et qu'il me faut faire un travail approfondi. J'ai envie de demander à un ami qui a des contacts dans le milieu énergétique s'il n'a pas un nom à me donner pour ça. Je n'ai à ce jour, toujours pas de réponse de mon mail écrit à mon praticien avec qui j'avais fait mon développement personnel il y a plusieurs années. L'adresse n'est peut-être pas la bonne.

Lorsque ma soeur était à Paris la semaine dernière et a dîner avec princesse-belle doche, elle m'a dit que celle-ci attendait que je libère mes affaires de la chambre de bonne pour pouvoir la louer (souviens toi: une quantité de vinyles et bouquins). J'ai alors regardé les tarifs SNCF pour faire un A/R à vide pour ramener le plus de choses possible. Manque de bol, ils sont bien sûr plus élevés dès juillet et ce jusqu'à fin août, il me faut donc faire ce voyage ce mois-ci.
Sans être motivé, j'ai écris un mail à princesse pour lui proposer que je fasse cela le week-end prochain, ce qui me demande de prendre un train de retour dimanche à 6h30 du matin (!!!!!!!!) parce que ce même jour, Mam' doit faire l'A/R Paris pour aller chercher mon neveu et il y a toujours l'un de nous qui doit rester à la maison pour nos animaux. Pour le coup j'aurai pu le faire mais manque de chance, alors que ce n'est jamais le cas, Princesse a déjà pris les billets et maintenant que les échanges sont payants et les billets moins chers pour Mam' car carte senior .... Quoiqu'il en soit, la belle doche n'a même pas évoqué cette possibilité. J'ai eu son retour par mail quelques heures après l'envoi du mien: deux lignes: "Oui, merci de t'en occuper. Tu dois savoir que je viens avec les enfants début août, nous nous verrons." Point. 

Nous nous croiserons donc maman et moi. Elle aura son train pour Paris le dimanche à 9h et moi j'arriverai de Paris ce même jour à 10h. Une heure seule pour les Patous, ça ira.
Je viens donc à l'instant de réserver mes places: je repars vendredi pour la capitale et dormirai une nouvelle et probablement dernière fois, dans la chambre de bonne. En même temps cela tombe le jour de la Gay Pride, possible que je la fasse avec mon pote M. que j'ai revu la dernière fois mais si c'est le cas mon réveil dimanche vers les ... 5h du matin va sacrément piquer!

"Nous nous verrons donc an août" m'écrit donc princesse. Mama mia!!! Et Mam' qui me demande hier si vraiment je ne veux pas être présent au moins un peu à ce moment là. J'ai répondu par la négative mais la culpabilisation arrive. Je sais qu'elle préfèrerait que je sois là parce que même si d'apparence elle montre une bonne entente avec princesse, je sais qu'elle s'en passerait. L'absence de mon frère sera malheureusement bien présente, si en plus il y a la mienne .... 
Ptite mère aimerait certainement que je sois là, cela fera plus "vacances en famille" mais l'idée de m'imaginer partager les repas avec la belle doche me paraît insurmontable.
J'ai commencé à regarder les tarifs pour mon voyage chez ma soeur en Angleterre... Est-ce vraiment raisonnable. Plus vite je dépense, plus vite ma situation actuelle va devoir changer et n'ayant toujours pas les dates précises de la belle doche je ne peux réserver celles de mon voyage hors plus j'attends plus les prix augmentent... Ma soeur me disait qu'un voyage chez elle me coûterait le même prix qu'un voyage à Paris...  pas sûr finalement .... Je suis donc un peu déstabilisé aujourd'hui pour ces projets. Ah la la! Certains d'entre vous organisent et se réjouissent d'un voyage je ne sais où dans un beau pays et moi je me prends déjà la tête et n'attends rien de ces vacances d'été. 

mercredi 15 juin 2016

Kundalini

N'ayant pas posé mes questions au bon moment et me retrouvant maintenant seul, je mène mon enquête. En trouvant sur le net les effets d'une Kundalini inversée, effectivement, je me retrouve. Et comme mes dernières émotions positives doivent remonter à 7ans ....!


"La Kundalini désigne un flux énergétique provenant de la terre, qui monte dans les jambes, serpente autour des cakram (comme le caducée d’Hermès) et remonte dans le Cosmos par le 7e cakra. Ce flux tourne dans le sens contraire des aiguilles de la montre, même sens que la rotation de la Terre. C’est le sens positif. Si le flux est inversé, on le dit négatif. C’est sous l’effet de violentes émotions, de chocs, de traumatismes que la kundalini s’inverse mais reprend le bon sens en cas d’émotions positives ou de traitement. Quels sont les effets de la kundalini ? C'est difficile à exprimer : cela donne la coloration générale du sens de la vie. Prenons un verre à moitié plein : la kundalini dans le bon sens qualifie le verre de « à moitié plein » mais le même verre, pour la kundalini inversée le verre sera « à moitié vide ». Une personne ayant une kundalini durablement inversée conduira toutes ses entreprises à l’échec."

lundi 13 juin 2016

Retour dans ma campagne.

Rdv 10h chez le médecin énergétique dans un quartier que je ne connais pas vraiment: Gare de l'Est. Je suis bon: 10mns d'avance. Après avoir été un court instant seul dans la salle d'attente, une patiente vient me rejoindre, une conversation s'engage rapidement. Femme très gentille avec l'accent du nord: elle habite cambrais et voit ce médecin depuis 15ans, depuis qu'elle a perdu son mari et son père à deux jours d'intervalles. J'en profite pour lui demander confirmation: est-ce bien un médecin en énergétique car sur le net est noté "généraliste". Oui, c'est bon, d'après ce qu'elle me décrit je suis au bon endroit et elle ne m'en fait que des éloges.

Mon tour arrive. La pièce est très agréable et lumineuse, assez grande mais pas trop. De nombreuses petites bouteilles d'huiles essentielles et de je ne sais quoi se trouvent à côté de la table ou il pratique. Nous nous installons à son bureau et en 5 minutes je lui fais un résumé de mes 7 dernières années sans trop développer, je sais que nous n'avons en gros qu'une demie heure.
- J'ai changé de vie il y a 7ans. De Paris j'arrive à la campagne, j'arrête mon boulot dans l'espoir de monter une épicerie bio.
- Arrivée sur place je dois changer de plans car après une étude c'est déconseillé.
- Je rachète le tabac presse alimentation du village.
- J'engage un bon ami (!), celui-ci me vol de grosses sommes d'argent qui ruine ma trésorerie.
- Parralèlement il me trompe avec le commerçant voisin et planifient à eux deux de me ruiner pour racheter au plus bas mon commerce.
- J'engage une nouvelle personne, une cliente devenue une connaissance amicale, au RSA avec 3 enfants, après 3 mois de boulot, je reçois tous les mois un arrêt médicale pour "dépression". Ça dure 5 mois.
- Au même moment j'apprends que mon frère qui a 45ans a une tumeur au cerveau, il en a pour 2ans.

Voilà presque textuellement les infos que je lui donne, pas plus, pas moins et je termine par lui expliquer mes 3 jours de sommeils qui m'ont allarmé avec ma recherche sur internet qui semble m'indiquer une dépression.
Il me suggère de m'interroger sur le pourquoi j'ai besoin d'aider les autres en difficultés (Gaël, Cahy...). Est-ce par devoir ou est-ce par le coeur.
Tout en se levant en m'invitant à m'allonger sur la table il me dit qu'avec les enchaînement que je viens de vivre, être déprimé est tout à fait normal. Maintenant de là à dire une "dépression"... Je dois me reposer, je suis en phase de reconstruction. 

Je reste habillé et m'allonge.
Il prend mon poignet gauche en appuyant légèrement. Il ne le quittera pas durant toute la cession pendant que son autre main fait de courts balayages, la plus part sur mon côté gauche vers mon bassin.  Il ne parle pas beaucoup et comme un idiot j'ai plein de questions qui arrivent une fois le rendez-vous terminé.
A peine le travail commencé il me dit que je suis trop dans le futur et que je suis décentré. Ça, je m'en doutais. Je lui dis alors que ce qui m'inquiète le plus aujourd'hui sont mes finances.
"Justement, ça n'existe pas aujourd'hui!" Me dit-il. Bon, oui, c'est sur mais bon... 

"Comment c'est passé votre départ avec votre ancien employeur? On ne vous a pas dit que vous alliez vous casser la gueule ou quelque chose dans ce sens?" Me demande t-il.
Bingo! Exactement! J'entends encore mon ex boss me dire que je n'y arriverai jamais et dieu sait s'il était contre mon départ.
"Cette personne était très en colère contre vous pour ce départ. Il y a des gens qui ont une forte énergie et même si c'est inconscient, le fait d'y penser et en plus de le sortir en mots s'imprime chez l'"autre", comme un "mauvais sort" si vous voulez. Et là, cette mémoire de ce moment est en vous. C'est inconscient de sa part comme pour beaucoup de personnes. Lorsque vous maudissez quelqu'un, que vous envoyez des pensées négatives à son égard, cela a une force et du pouvoir en fonction de l'énergie de la personne."
Je lui apprends alors l'indentité de mon ancien patron, il n'est absolument pas surprit. 
Il réussi à m'enlever cette mémoire et continu le balayage.
"Je suis sur votre frère .... C'est bon, votre aide à été faite par le coeur .... Il faut que décrochiez ... Arrêtez de vous inquiéter pour lui". 
Je lui confirme qu'effectivement je m'adresse très souvent à lui et m'inquiète de savoir s'il est bien parti.
"Oui ... Je ne le sens pas coincé ... Mais c'est vous qui le retenait ... Il faut le laisser partir ... C'est fini.
Vous être partis trop loin avec lui lors de votre accompagnement .... Il y a des endroits où il ne faut pas aller .....  Nous sommes ici des humains ..... Cela s'appelle un ..... ??? Spirituel."
Comme un idiot je ne me souviens plus du nom qu'il m'a dit ... Un "dépassement spirituel", un truc comme ça. Je suis allé ou exactement? Je ne sais pas, je n'ai pas eu le reflex de demander.

Je ne le lui ai pas dit mais c'est vrai que lorsque j'étais avec mon frère aux soins palliatifs j'ai fais plusieurs fois un travail énergétique sur lui. Lorsque je pratiquais je transpirais à grosses gouttes, cela m'apportait vraiment une chaleur intense et j'étais très surpris de cet état. Je ne comprenais pas pourquoi j'étais comme ça alors que physiquement cela ne me demandait aucun effort et cette chaleur arrivait très rapidement dès le début des soins (le travail consiste à travailler sur les corps éthériques donc sans toucher le physique. Comme un massage si tu veux, mais au dessus du corps physique.)

La veille de son décès, lors de mon dernier travail sur lui j'ai tout d'un coup ressenti une très forte pression sur mon sixième chakra  (3ème œil). Une pression presque douloureuse qui a duré plusieurs minutes. Est ce à ce moment là où j'ai ouvert une porte? Je ne sais pas.

Le médecin continu son soin sur moi sans lâcher mon poignet tout en continuant de petits balayages et ne dit plus un mot jusqu'à la fin. Une fois debout il m'apprend que ma Kundalini était inversée, d'où mon état actuel mais là aussi il l'a "réparé".

Je n'ai aucun traitement particulier et pas de nouveau rendez-vous.
"Vous n'êtes pas d'ici, je ne vais pas vous donner un nouveau rendez-vous dans un mois. Laissez déjà  le soin agir et quand vous le ressentez, appelez moi pour nous revoir.

Il n'est pas conventionné, je m'en tire avec une facture de 75€. Gloups! Mais c'était important.

Une fois dans la rue, toutes les questions que j'ai pas posé m'arrivent. Et merde, quel con! Je me rassure en me disant que si elles n'ont pas été posé c'est qu'elles ne devaient pas l'être. Je me souviens que l'ami qui m'avait donné les coordonnées de ce médecin m'avait dit: "tu n'as rien à dire, il voit tout et travaille dessus". Bon.

A quels effets je dois m'attendre par exemple, est l'une de ces questions.

Donc quels effets je ressens aujourd'hui. Trop tôt pour le dire. Je sais en tous les cas que je me sens avec bien plus d'énergie et que la sensation de déprime n'est plus là. Maintenant, est ce passager? Est-ce parce que ces 4 jours parisiens m'ont fait du bien? Je ne sais pas, le futur nous le dira.
C'est hier soir, alors que j'étais de retour chez moi dans ma campagne ou j'ai senti qu'il y avait un changement subtil mais bien là: j'ai regardé un film un peu con-con, sentimental. Ces derniers temps j'étais tellement sensible et pas bien que je fondais en larmes en 2 secondes. Une scène fleur bleue arrive... Rien, pas de larmes. Je sens quelques frissons dans mon 3ème chakra mais ça ne monte pas hors je sais très bien qu'il y a quelques jours, si j'avais vu cette même scène: vlan, ça aurait coulé.

J'irai le revoir. Je ne sais pas quand mais j'y retournerai.
Je suis un peu frustré parce qu'aujourd'hui je ne sais toujours pas où je vais et mon futur est toujours aussi flou. "Vous êtes trop dans le futur" !! C'est vrai, il faut que lâche mais enfin ce n'est pas facile non plus!

Quant à mes autres rendez-vous parisiens c'était très bien avec néanmoins une grande déception avec mon amie Emma qui venait du Maroc pour assister à un mariage. Tout son emploi du temps à été chamboulé, nous n'avons pu nous voir que 10 minutes hier dans le hall de mon immeuble, bien triste tous les deux de ne pouvoir avoir plus de temps.

Vu mon cher M., époque Disney. Il était Pluto, j'étais Tigrou! Au moins 16ans que nous ne nous étions vu. Rdv sur le parvis de Notre Dame. Pas anodin puisque lorsque nous bossions ensemble c'était à l'épique de la parade du "Bossus de Notre Dame", Charivari! 
A l'époque je l'avais pas mal aidé dans sa démarche spirituelle et d'acceptation de son homosexualité. Aujourd'hui il a bien évolué le garçon! Il vit en couple avec un mec depuis 4ans. Comme beaucoup d'homos: couple libre. J'ai même apprit un nouveau mot: un "trouble"! Un couple à 3!  Ils semblent se faire régulièrement des plans à plusieurs (au moins 3) et tant que l'autre est au courant, chacun peut avoir une aventure chacun de son côté. Voilà typiquement le fonctionnement gay avec lequel j'ai beaucoup de mal mais mine de rien je pense que c'est grâce à ces règles qu'ils sont encore ensemble aujourd'hui. Le principal est là: l'un comme l'autre semble heureux.

Vu mes anciens collègues! La fille avec qui je bossais et celle qui a prit ma place. Bon eh bien vraiment aucun mais aucun regret d'avoir quitté mon boss! De pire en pire!!! De plus en plus méchant, en colère, aigri, en grosse dépression, encore plus alcoolique qu'à mon époque (c'est pour dire!)
Pour l'alcool je m'en doutais. Les rares fois où il m'arrive de le voir à l'antenne ça commence sérieusement à se voir, son visage est bouffi, il a prit du poids et encore, je le vois avec les filtres du maquillage. Comme je l'ai dit à mon médecin: "il m'a vraiment foutu tout en l'air ce mec!" En plus de m'avoir fait vivre des années difficiles, même une fois parti il continuait à avoir de l'influence négative sur ma vie!
Après avoir fait un résumé de ma vie (une fois de plus!) l'une d'elle me suggère de regarder le site de son frère qui a monté un busness qui fonctionne bien: des articles par correspondance pour l'aide des seniors au quotidien et me propose en gros d'être commercial de la marque. C'est sur que dans mon coin, les vieux sont en majorité et avec ma boutique j'en ai connu plus d'un!  
Iln'engage que des personnes de 45ans et plus. Il me faut pour ça me mettre en auto entrepreneur. Après, c'est à moi de choisir mes moments de boulot, mes rémunérations sont les commissions à chaque vente. J'ai jeté un œil, les articles ont l'air effectivement bien et sérieux. Il faut que j'approfondisse le truc mais pourquoi pas. C'est vrai que c'est un boulot qui me permet de travailler tout en restant dans ma campagne et comme je l'ai dis: je suis entouré de vieux.

Vu mon pote David et son amie Jesse que je connais aussi depuis des années. C'est à leur tour de changer de vie, cela faisait plusieurs années que David en avait envie. Tout comme moi il bossait en télé mais n'en peu plus. Cet été ils quittent Paris pour revenir dans leur région: la Vendée. Pas encore de boulot mais ils sont décidés. Le préavis de leur appartement est envoyé, les déménageurs réservés.

Bref, j'ai vu toutes les personnes que je souhaitais voir, ça m'a fait plaisir. Des journées bien occupées mais sans non plus être dans le speed.

Aujourd'hui c'est le premier anniversaire de la mort de mon frère. Eh bien tu vois, je ne me sens pas comme avant par exemple. Je ne sais pas comment te dire. C'est vrai qu'il y a comme un détachement naturel, je n'ai pas à faire d'effort. Pas envie de pleurer ni d'être triste alors qu'il y a encore une semaine cela aurait été le cas. Pourvu que ça dure!

À mon retour hier soir, ptite mère me demande si ce séjour ne m'a pas donné envie de repartir vivre à Paris. Surpris par cette question à laquelle je ne m'attendais pas, instinctivement je lui demande si c'est ce qu'elle aimerait (elle m'a dit non mais ce n'est pas pour ça que ce n'est pas le cas). Je lui dis que non, enfin si mais ce ne serait que pour le boulot seulement quoiqu'il en soit, je ne le peux pas. Elle a tout de suite capté que c'était en raison des Patous.

Sur le chemin de la gare à la maison je lui demande justement comment vont mes chiens.
"Il y en a une qui t'attend!! Depuis 2 jours elle a un comportement et un regard très triste, énormément demandeuse de câlin!". Ma Zoé!
Une fois arrivée, c'est la grande joie! Ils chantent tous les deux mon retour! 
Ils m'ont manqué mes loulous!!!!
Fin de mon séjour. Dernier matin, réveil à 8h pour mon rdv médecin énergétique à 10h. J'ai hâte de voir ce que ça va donner, comment je vais ressortir de là. Mes retrouvailles avec mon amie d'enfance se font finalement après car hier soir nous avons dû changer notre programme. À 19h je serai de retour dans la campagne. 

Je repasserai pour développer ces derniers jours. 

vendredi 10 juin 2016

Je savais qu'hier etait la seule et unique belle journée à Paris d'où aucune prise de rendez vous. Après Jeanne Garnier (station Charles Michel) je suis allé à pieds jusqu'à la porte de saint cloud visiter la tombe de mes grands parents maternelles que j'adorais. Lui est parti en 1992, elle l'a rejoint 2ans après. La tombe est totalement démunie de plantes, ils n'en voulaient pas. J'ai hésitais néanmoins à en prendre une, mais non, inutile, une plante morte est encore plus laide qu'une tombe vide.

Ne connaissant pas le trajet à pied de l'avenue Émile Zola à la Porte, j'ai mis le GPS qui me guidait dans mes écouteurs. J'aime bien faire ça, cela me fait découvrir des rues que je ne connais absolument pas.

Arrivée dans le quartier de mes grands parents ils se retourneraient dans leur tombe en voyant comment les commerces ont changé!!! L'ancien café tabac est devenu un McDo et l'ancien bijoutier un Indiana Café! La bonne boulangerie ou ma grand mère m'achetait des chouquettes (j'adore!!!) est toujours là, à la sortie du métro mais plus de chouquettes et probablement plus les mêmes propriétaires. 
En marchand ainsi dans les rues, en prenant tout de même le métro pour rentrer, je m'imaginais vivre à nouveau ici. En faisant abstraction de mes Patous, y arriverai-je? Est ce que je serai bien? Franchement, non, je ne crois pas. Les gens sont toujours aussi gris et encore plus renfermés qu'avant avec leurs mobiles, écouteurs, livres (plus rares!), l'oxygène est d'une lourdeur incroyable, les bruits épuisants: sirènes, Klaxons, cries. La chaleur moite du métro et ses odeurs qui vont avec, les gens qui restent assis sur leur strapantin alors qu'il y a foule...
Et puis aujourd'hui je suis touriste, je marche, je regarde, prends mon temps, vais à droite à gauche, c'est plaisant mais je sais qu'en devenant à nouveau parisien ce ne sera plus du tout la même musique. Je deviendrai comme eux, pressé, stressé, fatigué, à slalomer entre les touristes bien trop lents pour moi, à regarder mes pieds pour éviter les crottes de chiens, à courir après le bus qui s'apprête à partir.... Métro, boulot, dodo.

Je suis allé faire quelques courses au Monoprix du boulevard Saint Michel. À la caisse il y avait la queue. Je guettais le client qui allait me laisser la place. A peine avait il eu le temps de prendre sa monnaie qu'un mec dans la file me crie:" C'EST À VOUS!"
-"Whaouu! Au taquet!" Lui ai je répondu surpris mais amusé par ce stress. Ils ne vivent pas ici, ils survivent. 

Pour ma soirée je me suis fait un ciné à l'Ugc Danton, petite salle que j'ai toujours connue. Film: "Café Society", le dernier Woody Allen. J'aime bien les histoires et atmosphères de ce réalisateur. Alors oui, c'est bon de faire tout ça, d'avoir pleins de possibilités d'activités, de commerces mais il faut raquer!!!

A mon arrivée hier dans l'appartement, mon cousin etait aussi là pour m'accueillir, en plus de sa mama. Sympa. Ils ont toujours été très gentil. Je suis très bien installé dans mon ancien salon avec même une connection wifi! Je reconnais l'ambiance, la luminosité, les bruits. Des détails complètement anodins me reviennent brutalement lorsque je les vois: du verrou des toilettes aux moulures de la cheminée et ces bonnes vieilles poignées aux portes. Dire que ces grandes mains d'aujourd'hui qui les tournent sont les mêmes qu'il y a ... 42ans! 
La pièce qui n'a pas changé d'un poil ou presque est la cuisine: table, placards, éviers, tomettes au sol, tout y est. Toutes les pièces à l'exception de notre chambre d'enfant n'avaient que du parquet au sol. J'adore le parquet même si certaines fois il nous apportait des échardes. Je me souviens encore des endroits qui grincent plus que d'autres mais aujourd'hui, comme les pièces sont louées à des étudiants et que le voisin du dessous se plaignait du bruit, il y a de la moquette et des tapis partout. Moins de charme mais cela n'enlève rien à son âme. 

Malgré la fenêtre grande ouverte pour la nuit, j'ai super bien dormi. J'ai eu des micros réveils mais immédiatement je me souvenais ou j'étais et repartais dans mon sommeil en toute légèreté.
Avant de me coucher, par curiosité j'ai regardé mon Tinder, application que j'ai téléchargé il y a quelques jours. Même si je ne pense pas avoir le temps, si j'ai l'occasion de m'amuser un peu... Évidemment ce n'est pas pour trouver le prince charmant, tu te doutes, c'est fini tout ça! Mais bon, sexuellement je reste un mec! La consommation humaine que représente cette appli, c'est dingue! Tu prends, tu jettes, tu jettes, tu prends... Bref, j'entre dans le jeux. Incroyable la différence entre une connection à Paris et une dans ma campagne!!!! Chez moi j'ai quoi... 2-3 mecs qui s'affichent et ne correspondent même pas à mon nombre de kilomètres demandés: généralement à plus de 100 bornes de chez moi. Là, ici, à Paris, je n'en revenais pas! Je zappais, zappais, zappais, les choix étaient sans fin, je n'ai pu aller jusqu'au bout! Seulement je pensais que les personnes que je voyais étaient connectés en live. Je n'ai eu qu'un "match", un mec marié qui ne pouvait recevoir. Allez, au revoir! C'est con, les mariés me font encore plus kiffer!
Un "match" putain, c'est pas beaucoup! Mais que nenni!! Voilà pas que ce matin, à mon réveil, j'ai pleins de "supers favoris" et de Match (différence entre supers favoris et match???) je ne sais qu'en faire moi maintenant! Je croyais que c'était une application pour consommer sur le moment, sur place! 

jeudi 9 juin 2016

Mon ombre à Jeanne Garnier. Un besoin d'y retourner. Le jardin est ouvert, j'entre et m'assois sur un banc au pied du Marronnier qui est aussi beau que l'été dernier. À quoi ça sert et pourquoi faire. Je ne sais pas. Est ce utile de revivre tout ça. Je ne sais pas. Je ne réfléchis pas.

Qu'importe les personnes qui passent devant moi, je peux me permettre d'être triste, c'est un lieu pour ça. 
Ils ne me voient même pas, je suis une ombre!

Nous étions là tous les deux frangin, à la même date l'année dernière. 
Chambre 114. Qui l'occupe aujourd'hui?

Après ce passage je continu ma vie!



Me voilà posé pour 4 jours dans l'appartement qui m'a vu naître et grandir. Que d'émotions à retrouver ces lieux. Ce balcon ou le revêtement n'a pas changé et ou à l'âge de mes 6ans, j'avais mis des punaises sur les semelles de mes chaussons pour faire du bruit avec Maman qui m'apprend alors que cela existe, ça s'appelle des claquettes! J'en ai alors fait plusieurs années. Je me souviens de cette scène comme si c'était hier. Ce salon ou je vais dormir qui a vu mes boums, nos Noëls, nos anniversaires ... pièce où se trouvait notre télévision ou, avec mon amie d'enfance, nous nous faufilions en pleine nuit pour regarder le film de cul de Canal EN CRYPTÉ en prenant soin de ne pas faire grincer le parquet, les parents dormaient à côté.

Tellement de bons souvenirs ici. Tu n'as pas beaucoup changé mon apparte, je reconnais chacune de tes pièces, chaque recoin a une mémoire chez moi. 
J'entends mon père tourner son café avec sa cuillère, la cuisine qui diffuse l'odeur du pain grillé et des cigarettes que tu fumais (et maman aussi!). Et mon frangin, là, à mes côtés. Tellement étrange de se trouver là après toutes ces années qui semblent si proches et en même temps d'une autre vie. Si je pouvais en un claquement de doigts retrouver tout ça, remettre le compteur en 1980...
Une femme dans mon train s'apprête à manger sainement. Elle sort de son sac un autre sac puis dispose son contenu sur sa tablette: une salade "Odysée" thon mexicaine dans sa boîte métallique, une bouteille d'eau et deux pommes reluisantes. 
On sent que c'est une femme qui prend soin d'elle naturellement. La cinquantaine, pas de froufrous, simple et probablement sportive. 
Je l'observe discrètement manger et pense alors à la bouteille d'eau, à son plastique qui parasite toute la bonne énergie de la source. Je pense à la boîte de conserve de sa salade "odyssée" et tous ses conservateurs, à ces pommes si belles et rondes bourrées de pesticides. Avant de croquer dedans, la femme prend même soin de mouiller sa serviette en papier pour les nettoyer. Je me souviens qu'il faut enlever au moins 3 centimètres à une pomme pour supprimer au mieux toutes les merdes qu'elle contient. 

Mais la femme a le sentiment d'avoir bien mangé, sain et léger. C'est vrai, une salade, des pommes et de l'eau, ça paraît bien comme ça!

mardi 7 juin 2016

Une annonce d'emploi m'est envoyée par mail ce matin: "surveillant pénitentiaire"! Je crois que je vais supprimer ces alertes qui ne me servent à rien. Entre ça, maçon et chauffeur routier ....
Je ne trouverai pas de boulot dans cette région.

Ptite mère vient de me proposer de nous faire un resto pour le déjeuner. Je devine une tentative de communication profonde, de connaître mes projets et états intérieurs. Que lui dire. Je ne sais pas moi même où j'en suis et où je vais!

Dépression. J'ai tellement de mal à mettre ce nom sur le mien. Est ce que c'est vraiment ça? Le suis-je vraiment? Moi?! Avec toute ma recherche intérieur, ma connection à "l'autre monde" comme j'aime l'appeler. C'est la grande mode du moment cette maladie tout comme "être bipolaire".
Pour moi je suis juste perdu, boqué dans ma vie actuelle. Avec mes épreuves de ces années passées qui n'ont fait que s'enchaîner les unes après les autres, forcément je ne peux avoir qu'un gros coup de moue. Est-ce pour autant une dépression??? Je suis content d'avoir pris rendez-vous lundi avec le médecin énergétique.

Mon séjour à Paris (si j'y arrive) va me faire du bien. Je vais retrouver deux grands amis que je n'ai pas vu depuis plus de 20ans, vivre à nouveau dans l'appartement de ma jeunesse et retrouver des potes moins anciens que les deux précédents mais tout aussi plaisants.
J'envisage de faire un pélerinage dans mes endroits habituels voir inhabituels: une envie de passer devant les soins palliatifs de Jeanne Garnier, en mémoire de mon frère qui s'y trouvait l'année dernière. Aujourd'hui etait le jour où nous allions perdre tous contacts avec lui, le 7 juin 2015 était le jour de l'injection pour sa sédation profonde. Il ne se réveillera pas. 
Envie aussi de passer dans la jolie petite église de Saint Julien le pauvre, là où nous sommes allés nous recueillir maman et moi le jour du décès de mon frère avec la surprise d'assister à un concert classique qui se jouait à ce moment là. Ni elle ni moi de sommes catholiques mais symboliquement nous y avions allumé un cièrge, geste que je renouvelle maintenant à chacun de mes passages dans ce lieu. On se raccroche à ce que l'on peu.

C'est fou, à nouveau hier par hasard, je passe dans le salon alors que ma mère n'y était pas. Son téléphone sonne et je vois le prénom de mon neveu s'afficher. Il l'appelle tous les jours ma parole!
Je travaille dessus. J'entends vos mots, je me crée les miens.  Je me dois d'accepter cette situation, ça fait partie du jeu. J'ai choisi de couper avec la mère, les enfants suivent derrière. J'ai beau essayer de me dire de faire un effort avec Princesse mais vraiment, je n'y arrive pas, c'est plus fort que moi.
J'ai accumulé bien trop de choses, je n'arrive plus à en accepter une de plus. Rien que de m'imaginer la voir, l'entendre, ça me donne la nausée. C'est plus une image qu'autre chose bien sûr mais tu l'auras compris. 

lundi 6 juin 2016

Alors que j'étais assis à l'ombre de mon figuier, je retrouve ce petit ange dans la terre, un souvenir de Glastonbury, il y a 6ans.
Du coup je suis allé recherché ce livre dans ma bibliothèque 
Il me venait à l'esprit depuis plusieurs jours. Déjà lu il y a de nombreuses années, voyons voir ce qu'il m'apporte aujourd'hui, toujours à l'ombre de mon figuier. 
Merci pour vos avis et conseils par commentaires et mails au sujet d'Airbnb. J'ai quoiqu'il en soit un an pour préparer ça car la fin de bail de ma locatrice est tous les mois de septembre... Un peu tard pour cette année, je ne veux pas non plus être un salaud et la mettre dehors sans qu'elle puisse trouver autre chose.
J'ai peur effectivement de quitter une situation qui est limpide et ne me pose pas de problème aujourd'hui pour en trouver une qui me crée tout l'inverse avec les touristes. Comme le dit avec grande classe un pote à moi: "on a chier dans mon ciel astral"! Cela fait quelques années maintenant, je n'ai pas envie d'en rajouter. 

C'est ça, en fait je n'ose plus rien faire aujourd'hui dans ma vie de peur que ça foire et m'apporte des merdes supplémentaires. Lors de mon changement de vie j'ai tout donné, tout dépensé, j'y ai cru à fond et patatra.

Hier après midi j'ai accepté l'invitation de mon pote Thib à prendre un café chez lui. Une fois arrivée, j'ai vu un camion, deux motos devant son portail et des silhouettes dans la véranda. "Et merde! il y a du monde!". Impossible de faire marche arrière. Le replie sur soi est l'un des symptômes de la dépression, d'après internet....
Son frère était là, un autre pote que je connaissais aussi et un non. Ils restent une bonne demie heure, je reste une bonne heure. Sur mon retour, ça y est, je commençais à me sentir descendre. Je ne comprenais pas pourquoi alors me suis arrêté dessus. Je crois avoir trouvé .... Nous avons parlé du passé, d'amis que nous connaissions lorsque nous étions ados. J'ai donc eu des nouvelles fraîches... Ils bossent tous avec femme et enfants. Et BANG! C'est reparti! Cette petite voix qui veut me faire passer pour un nul revient... "tu as vu Piel! Tu en es où toi aujourd'hui? Pas de femme, pas d'enfants, pas de boulot. Même tes neveux s'éloignent de toi! Quelles nouvelles tu as à donner de ces deux dernières années? Rien! Quelles nouvelles tu as à donner depuis ces 4 dernières années?  Des trahisons, des vols, une garde à vue, un changement de vie raté,"
Et pour appuyer le tout, hier soir j'entends ma mère téléphoner dans le jardin, je devine que c'est avec mon neveu. Ça parle, ça rigole, c'est complice. J'ai pensé à ce que tu me disais mais ça me touche encore beaucoup. En plus d'avoir perdu mon frère j'ai perdu ses enfants et notre pied à terre familiale de Paris. Ma famille était déjà très restreinte, aujourd'hui je me sens vraiment sans. Ça me peine.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi tout ça. 
Je n'arrive pas à comprendre mon chemin de vie en fait. 
Comprendre les raisons de mes expériences passées. 
Pourquoi à 20ans j'ai galéré des mois avec un animateur TV odieux qui me rabaissait. Pourquoi j'ai enchaîné avec un autre animateur, cette fois producteur en plus, qui avait un comportement similaire même si différent. Pourquoi toutes ces années dans les médias. Ma philosophie me dit que toute chose à une raison d'être. Je ne vois pas. Pourquoi tout ça pour en arriver là aujourd'hui.

Mon erreur ne vient pas du fait d'avoir lâché mon dernier patron mais de m'être entouré de Gaël car au début, mon changement de vie se déroulait bien. Même si j'étais débordé de boulot, la boutique me plaisait et les chiffres montaient. Aujourd'hui, les repreneurs veulent vendre. Bien moins de clients qu'à mon époque et nombreux se plaignent de leur amabilité inexistante, de leurs prix trop élevés, de leurs horaires incertaines et de leurs fermetures régulières à chaque vacances. Donc oui, je ne m 'en sortais pas si mal. 

Alors pourquoi tout ça? Qu'est ce que j'ai fait bon sang pour payer autant?

J'aimerai tellement que dans la vie il puisse y avoir un bouton "PAUSE!" Tu appuies dessus lorsque tu n'en peu plus et, telle la belle au bois dormant, tu t'endors pour 100 ans! 

Une pensée pour mon cher Balthazar, toi, fidèle lecteur, tu l'as bien connu aussi! Voici sa tombe qui se trouve dans le jardin que j'ai nettoyé hier. Lui a appuyé sur PAUSE définitivement. Certaines fois je l'envie, je dois le reconnaître. Mon cher Baltha, tu me manque!

vendredi 3 juin 2016

Airbnb ?

Doute. En ai-je déjà parlé ici? Je le crois. Flemme de chercher dans mes billets. Blogger m'en annonce 2066, combien en tout et pour tout depuis que je tiens un blog, lorsque j'étais chez un autre fournisseur? Et depuis combien de temps j'en tiens un? Mon père était encore vivant cela fait donc plus de 12ans déjà. Et quand je pense que certains d'entre vous me suivent depuis tout ce temps!!! Touchant, reconnaissant, merci!

Bon, recherche de boulot toujours infructueuse, avenir toujours aussi voilé, je pense à nouveau à louer mon studio parisien en Airbnb. De savoir que j'ai un bien qui peut me rapporter dans les 3000€/mois alors qu'actuellement, légalement il ne m'apporte qu'entre 500 et 900€, c'est très tentant. Mais voilà, un reportage m'a apprit qu'en le louant plus de 4 mois par an je devrai payer plus de 30 000€ à la Mairie de Paris! C'est pas honteux ça?! C'est à toi, c'est ton bien, tu paies des impôts dessu, tu paies pour l'acheter ou, comme ce fut le cas pour moi, tu as des frais de succéssion incroyables, eh bien non, il faut encore payer (et pas une petite somme) en fonction du système de location que tu choisis pour ton bien à toi.
J'ai aussi apprit dans ce même reportage que nombre de propriétaires ne réglent pas cette taxe (si on peut appeler ça une taxe) bien qu'il y est quelques inspecteurs qui contrôlent (souvent grâce à la délation, bravo la France!). Alors que faire. Tenter le coup au risque de le payer très cher ou rester comme aujourd'hui et galérer? J'en ai marre d'être toujours honnête. C'est bien souvent en l'étant qu'on galère plus, qu'on paie plus, qu'on se fait avoir alors que des filous eux, s'en sortent bien mieux. Mes parents (mon père surtout) nous ont transmis la peur des contrôles, du fisc. Ne jamais tricher, tout déclarer, payer rubis sur ongle. Résultat ils n'ont jamais vraiment eu beaucoup d'argent et ont été nuls en affaires. Je n'ai jamais volé une gomme dans un magasin, jamais fraudé dans le métro, jamais arnaqué une personne. Lorsque j'avais ma boutique j'ai dû me faire 100€ au black en 4ans, je réglais tout jusqu'à la Sacem, déclarais tout mais là, le besoin me donne vraiment envie de me lancer dans le côté sombre de la Force!!!! 
Sans compter que cela me permettrait d'y habiter lorsque je souhaite aller à Paris puisque nous choisissssons notre calendrier de locations. J'ai écris à mon avocat il y a plusieurs semaines pour avoir son avis: pas de réponse, pas sur d'en avoir, pas envie d'insister. Alors ce billet est plutôt une recherche de conseils et de témoignages sur ce système de location. Qu'en penses tu? Est ce que je m'autorise à risquer le coup? Est ce que cela est trop risqué? Es-tu un propriétaire qui loue avec Airbnb ou en connais-tu qui le font? Je ne sais que faire et comme certains de mes fidèles lecteurs sont avocats, gendarmes, ministère des finances, etc ... Je me dis que, peut-être et comme souvent, je peux avoir des avis éclairés.

Si je n'avais pas besoin de finances je laisserai tel quel, en location meublée. Je ne veux pas faire de l'argent pour faire de l'argent, j'en ai juste besoin, c'est tout.

D'avance merci ou d'avance tant pis.

jeudi 2 juin 2016

La semaine prochaine à cette heure ci s'il n'y a pas grèves, pannes, inondations où je ne sais quoi, je suis dans mon train direction Paris.
J'ai pris rendez-vous avec un médecin que m'avait donné un bon ami à moi, Phil, branché spirituellement. Il m'avait donné ses coordonnée il y a un an, je ne l'avais pas contacté mais un évènement ces dernières heures m'a fait agir: Lundi soir je suis entré dans un gouffre, comme une mini "nuit noire de l'âme". A 21h30 je me suis couché, il n'y avait que ça à faire pour arrêter mon esprit qui ne faisait que broyer du noir, impossible de le calmer, de lui faire changer de cap. Je me sentais un gros nul, un mec qui rate tout, qui n'a rien construit dans sa vie et qui se demande "à quoi bon". Pour quelles raisons je suis là, pourquoi endurer des épreuves qui ne font que s'enchaîner sans paliers de bien être.
Alors je n'ai fait que dormir jusqu'à mercredi fin d'après-midi. Sans manger, sans boire, rien, je dormais, il n'y avait que là où j'étais bien. J'avais des micro-réveils, mon esprit reprenait de plus belle, vite, je repartais dans le sommeil.
J'avais eu une phase identique il y a plusieurs années, cela avait duré 3 jours. Alors stop, ça ne peu plus continuer comme ça, j'ai besoin d'aide sans pour autant gober des cachets chimiques. 
J'ai aussi envoyé un mail à la personne avec qui j'avais fait des stages de développement personnel il y a plus de 15ans. Cela reste un super souvenir qui avait duré deux ans et qui m'avait bien aidé à l'époque. Je n'ai trouvé sur le net que son e-mail, je ne sais si je vais avoir une réponse. A l'époque elle n'était pas facilement disponible en individuel faisant régulièrement des stages et séminaires et si ça se trouve son adresse n'est plus la bonne. J'attends de voir.

Inquiet par mon état j'ai regardé pour la première fois ce que disait internet sur les symptômes d'une dépression. Y a pas photo l'ami, à en croire les écrits je suis en plein dedans. Merde, fait chier.
Cela fait des mois même plusieurs années maintenant que j'essaie de m'en sortir tout seul, de me dire que cela ira mieux, c'est un passage, après la nuit le jour ... Mais les nuits sont trop longues, le jour n'arrive pas et il commence même à être "un jour sans fin".

J'ai mis le doigt sur l'évènement qui m'a fait couler lundi soir: la veille j'avais envoyé un texto à mon neveu Jo sachant qu'il téléphonait régulièrement à ptite mère et que ça ne devait pas aller fort.
"On téléphone à sa grand mère et son oncle, mon cul sur la commode! Je plaisante, l'important est que tu ailles bien. A bientot mon grand". 
Évidement je ne plaisantais qu'à moitié et espérais un retour. Rien. Quelques heures après ptite mère m'apprend qu'il l'avait appelé 6 fois cet même après-midi au point qu'elle lui a même suggéré de me téléphoner mais là aussi: rien. Là j'ai vraiment eu les boules.  Pourquoi ne m'appelle t-il pas et ne prend t-il même pas la peine de répondre à mon texto alors qu'il appelle plus de six fois ma mère? Princesse serait-elle derrière? Pas impossible. Il fallait que je m'y attende: en voulant couper les ponts avec la mère, j'allais me couper avec les enfants.
Même ça je n'y suis pas arrivé: une complicité avec mes neveux. Ce fut la goute d'eau qui m'a noyé lundi soir.
Mais je dois l'accepter. Cela m'attriste mais oui, je dois l'accepter. L'amour que je donne à mes neveux doit être sans attentes de retour. A ce moment là j'entendais l'enfant en moi: "merde! Je lui ai donné ce temps, cet amour et en retour, je n'ai rien?! Il préfère appeler ma mère que moi!" Stop piel! Au fond de toi tu le sais: l'amour doit être donné sans attentes. Ce sont les schémas d'enfançe qui reviennent du genre: "tu auras ça SI tu as de bonnes notes" ou "Tu pourras y aller SI tu es sage": un deal d'amour fait inconsciemment par les parents. Alors oui, il faut que je prenne de la distance. Si mes neveux ont besoin de moi, je suis là mais pour ça il faut qu'ils me le demandent. S'ils ne me le demandent pas ils n'ont pas besoin de moi et je dois l'accepter, c'est leur laisser une totale liberté.

J'ai beaucoup de mal à m'enlever de l'idée que généralement on est avec moi par intérêt: mon ancien boulot qui brillait en société, Gael qui était avec moi parce qu'il me prenait du fric, mes neveux sont avec moi quand je leur offre des séjours à Disneyland, des spectacles C. Goya et autres distraction. Il faut que je paie. Je dois arriver à enlever ces pensées néfastes et certainement fausses.

Alors que je me faisais toutes ces réflexions, Mam' vient me voir: "Jo m'a encore téléphoné!" Et de 7! Alors c'est bon, je lui ai demandé gentiment d'arrêter de me le dire, d'arrêter de me donner des nouvelles, il faut que je prenne de la distance. Si je dois avec des nouvelles, c'est par lui. "Tu n'as pas à me transmettre à chaque fois les trucs, ça me fait plus de peine qu'autre chose. Il n'arrête pas de te téléphoner et ne prend même pas la peine de répondre à mon texto alors savoir qu'il ne va pas bien sans que je puisse rien faire, autant ne rien savoir."
Elle enchaîne sur le fait d'avoir eu ensuite princesse, il ne manquait plus que ça: elle lui demande si Jo peut venir à la maison du 23 juin au 3 juillet parce qu'elle a beaucoup de boulot. Idée lumineuse de ptite mère: "Jo pourrait alors revenir avec toi le 13 juin. Bon, ça lui fera rater une dizaine de jours d'école, je ne sais si Princesse serait d'accord mais qu'en penses tu?"
Qu'est ce que j'en pense??? 1/ pour moi, rater 10 jours en juin quand on est en classe de 6ème c'est beaucoup. 2/ C'est la première fois que je me fais un séjour à Paris sans avoir à m'occuper des enfants, sans avoir à voir Princesse belle doche. Mon oncle, ma tante et mon cousin qui m'hébergent sont au courant: c'est un séjour secret, ne rien dire! Je ne veux le consacrer qu'à mes potes que je vais pouvoir voir de moins en moins souvent maintenant. Et voilà qu'on vient me parasiter ces moments à moi, pour moi. Tout en montrant que ça ne m'enchante pas je lui dis ok à reculons, je ne veux pas foutre plus la merde que ça. Mais vraiment ça me fait chier parce que ça fait un mois que mon voyage est programmé, mes billets sont pris donc s'ils prennent un billet ces prochains jours pour Jo forcément nous n'aurons pas de places à côté et forcément je vais devoir voir princesse car je ne la vois pas laisser seul son fils aller Gare Montparnasse et il est hors de question que je prenne de mon temps avec mes potes pour faire un A/R à l'appartement.

Est ce que je ne pourrai pas avoir pour une fois une bonne nouvelle? Même une petite, une toute petite? Un truc qui me donne envie de continuer? Un truc qui me booste? Ça fait trop longtemps maintenant, je commence à fatiguer.

dimanche 29 mai 2016

C'est dur dur d'être une princesse.

Maintenant que j'ai la joie de voir quelques activités de princesse belle doche sur FB , je souris en voyant les deux derniers achats qu'elle vient de se faire ... L'un coûte 150€, l'autre 275€.

"Je dois mettre la chambre en location car je ne m'en sors pas financièrement", dit elle. 
425€ pour deux sacs (achats indispensables), on approche effectivement la somme que la chambre louée devrait lui apporter. 

vendredi 27 mai 2016

Prendre de la hauteur.

Difficile de développer en commentaire, j'en fais un post: "prendre de la hauteur vis à vis de princesse belle doche". Fabienne, Jimmy, je vous ai lu et vous avez raison dans votre commentaire de mon post d'hier. C'est un peu ce que je voulais dire quand je parlais de "pardon" mais j'ai beaucoup de mal.

Elle s'est mise avec mon frère il y a plus de 22ans. Leur relation n'a pas été bâti sur l'amour. Mon frère avait rompu une semaine avant avec sa première copine avec qui il était resté des années. Impossible pour lui de vivre seul, il s'est casé au plus vite. En tout et pour tout dans sa vie il n'a eu qu'une semaine à vivre en étant solo.
Dès le départ ça n'a pas collé avec princesse que ce soit du côté de mon père, ma mère et moi. Elle est tout l'inverse de sa première copine. Celle-ci était aimante, souriante, douce, de bonne humeur. On sentait réellement qu'elle aimait les gens et encore plus mon frère.
Lorsque mon père était en fin de vie à la maison j'ai une scène qui m'est toujours restée à l'esprit: alors qu'il ne pouvait plus parler et plus se lever de son lit, dès qu'il avait besoin de quelque chose il sonnait une petite cloche que nous avions mis sur sa table de nuit. Un jour elle a sonné avec insistance. Maman, mon frère et moi avions accouru à son chevet. Princesse était là, dans le salon, assise sur un fauteur avec un journal. Le seul mouvement qu'elle a fait était de lever les yeux au ciel sans bouger de son siège, les seuls mots qu'elle a prononcé étaient pour dire qu'elle trouvait ridicule que nous accourions de la sorte à chaque coup de sonnette. Déjà là, ce fut mon premier choc à son égard.

Il y a quelques années mon frère m'a invité au restaurant, rien que tous les deux. C'était la première fois que nous avions un moment comme ça. Il venait de subir une épreuve qu'il m'a dit à ce moment là: alors qu'il rentrait plus tôt que prévu chez lui, ou du moins chez eux, il a trouvé princesse allongée sur leur canapé en train de faire l'amour avec son meilleur pote (à lui). Mais vraiment son meilleur pote. "Tu te rends compte, je lui disais tout y compris sexuellement, on partageait tout, je lui faisais une entière confiance". Ce second évènement à été un nouveau choc pour moi vis à vis d'elle.
Que tu trompes, bon, c'est humain j'ai envie de dire. Ce n'est pas bien mais nous pouvons tous avoir un moment de faiblesse. Mais le scénario qu'elle a choisi, la personne avec qui elle l'a fait, je trouve ça dégueulasse. Au moins un minimum de respect, tu ne fais pas cela au domicile conjugale avec en plus, le seul et meilleur pote de son mec. Je me suis dit que ça montrait bien la personne qu'était cette femme.

Ces deux scènes ont été marquantes, sans parler d'autres détails depuis ces 22ans.
Donc depuis très longtemps je n'ai jamais vraiment apprécié princesse belle doche mais c'était la copine de mon frère, puis la mère de ses enfants, puis sa femme (suite uniquement à sa maladie car mon frère ne voulait pas se marier). J'ai pris sur moi durant toutes ces années comme elle le faisait, je le sentais. Je leur rendais visite, partageais les étés à la campagne, etc .... Aujourd'hui je sais pertinemment que s'il n'y avait pas d'enfants elle ne s'embêterait pas à garder le contact avec ma mère. Je sais qu'elle le fait aujourd'hui parce qu'elle sait très bien la grande aide qu'elle est pour elle. D'ailleurs ma mère n'a de ses nouvelles que lorsque princesse a besoin d'elle. Elle met ses longs silences sous le coup du: "je ne vais pas trop bien, je ne veux pas vous miner encore plus le moral" ou "je n'ai pas le temps"! Mais quand elle a besoin d'elle pour garder les enfants ou venir à la maison pour ses leçons de conduites, là, ça marche. De nos jours il est tellement facile de donner un signe de vie, avec ou sans le moral, temps où pas. Un texto, un mail, il y a moyen.

Et puis le couperet finale, comme vous le savez tous: l'accompagnement de mon frère. Je ne vais pas à nouveau développer puisque tout est déjà écris sur ce blog.

C'est pourquoi aujourd'hui, maintenant que mon frère n'est plus là je me dis que je n'ai plus à faire d'efforts. J'ai néanmoins essayé jusqu'au coup de la dernière fois, en janvier dernier lorsqu'elle m'a prit de haut en me parlant comme à un autiste. Pour la première fois, je lui en ai fait la remarque en faisant attention à ne pas m'emporter, à ne pas dire de mots que je pourrai regretter. J'ai laissé reposer 3 jours pour que ma colère s'éloigne puis lui ai écris un mail sachant ce que celui-ci risquait de m'enlever  la chambre de bonne. Et j'ai eu raison: 24h après l'envoi de ce mail elle prend la décision de louer mon pied à terre parisien alors que quelques semaines avant elle m'avait dit vouloir garder cette chambre pour moi: "c'est plus pratique pour toi quand tu viens à Paris, pour les enfants, etc...", m'avait-elle dit. A ce moment là elle n'avait pas de boulot puis, elle en a eu et là, brutalement, comme par hasard, elle doit absolument louer la chambre car financièrement elle ne s'en sort pas. Conneries! Je sais que mon frère avait un compte avec pas mal d'argent qui lui restait de l'héritage de mon père. Depuis sa mort princesse touche les loyers parisiens qui tournent autour de 4 à 5000€/mois. Aujourd'hui, elle a en plus un salaire. J'ai beaucoup de mal à croire que les 400€-500€ que peuvent lui rapporter la chambre soient d'une nécessité absolue. Elle l'a fait tout simplement en réponse à mon mail, point. Mais le reconnaître serait bien trop risquer pour la continuation des relations avec ma mère.

Donc avec elle tu es toujours obligé de faire semblant. Tu dois accepter ses humeurs et ses caprices en fermant ta gueule. Eh bien aujourd'hui j'en ai marre de fermer ma gueule, je n'y arrive plus, la coupe est pleine et j'ai peur qu'un jour, devant elle, je pet un cable et là, elle fera en sorte de ma casser auprès de mes neveux pour m'éloigner d'eux. Comme pour la chambre: je suis sûr à 98% de ça.

Moi j'ai toujours eux besoin d'exprimer les choses. Les retenir m'étouffe et j'en ai marre d'étouffer. Alors m'imaginer cet été à partager le quotidien avec elle, faire mine que tout va bien, qu'on s'aime et tout le toutim ... J'ai beaucoup de mal d'autant plus que sa présence devrait durer plusieurs jours. Nous n'avons pas encore ses dates mais d'instinct le chiffre 15 me vient à l'esprit et je vois cela pour le début du mois d'août. Alors pour le bien de tous je crois qu'il est préférable que je ne sois pas là.

Tout cela ne change en rien sur le fait que vous avez raison, je dois prendre de la hauteur mais voilà les raisons pour lesquelles je n'y arrive pas aujourd'hui. 
Pourtant je pense à mon frère, je me dis que s'il me voit il aimerait que je continue à faire semblant...

jeudi 26 mai 2016

iPhone. Je regarde mon agenda. Oui, tellement de rendez-vous et réunions ces derniers jours, semaines, mois, années ! ... Ironique? Oui, un peu.
Bref, je regarde la journée de demain et tombe sur une récurrence annuelle programmée: 
"Dernier big Mac avec mon frère".

Je me souviens de cet instant comme si c'était tout à l'heure. Il était aux soins palliatifs et pouvait s'exprimer. Faiblement mais encore très clairement par rapport à ce qui nous attendait les jours suivants. 

Lui dans son lit, moi assis à côté de lui. J'envisageais déjeuner libanais et puis j'ai changé d'avis. Je crois lui avoir demandé s'il voulait que je lui en ramène un mais ça ne lui disait rien. Je lui ai alors proposé un McDo et, à ma grande surprise, il m'a dit oui et à la grande surprise aussi des infirmières quand elles ont appris qu'il avait mangé son big Mac en entier alors qu'il mangeait peu ces derniers jours.

C'était notre dernier McDo tous les deux, c'était son dernier big Mac.

J'ai un selfie de cet instant que j'avais envoyé à maman histoire qu'elle voit que son fils "allait bien": il mangeait un burger! J'ai appris par la suite qu'en fait cela avait fait tout l'inverse: elle s'est mise à s'effondrer en voyant la photo. La différence entre moi, en bonne santé et mon frère, comme ça, dans son lit, très amaigrit....". Je n'y avais pas pensé. J'étais tellement content de voir que mon frère se régalait avec un big Mac après ses dernières semaines si difficiles et des plateaux repas d'hôpitaux...

Voici nos mains. Effectivement, rien qu'avec elles on voit la différence...

J'ai beaucoup de mal à oublier cet accompagnement. Tellement difficile de voir mon frère se dégrader comme ça, souffrir. Je me souviens lui avoir demandé comment il allait alors que son corps ne répondait plus, seul un souffle sortait de sa bouge avec une fréquence à peine audible.
"C'est dur, très dur" avait-il réussi à me dire.

J'ai accompagné mon père, je l'ai vu aussi se dégrader jusqu'à la fin. Au moment de son départ, je pleure, mon frère me sert dans ses bras, en pleurant aussi mais avec la force de me dire: "Ça va aller Piel, on est tous les deux maintenant. Ça va aller."

12ans après, je suis tout seul. Jamais je n'aurai cru cela si on me l'avait prédit.

Je ne l'avais pas avant mais maintenant j'ai peur pour moi. Je ne veux tellement pas vivre ce qu'ils ont vécu. Dès que je sens un truc dans mon corps, la pensée me vient. Je fais en sorte de vite l'annuler puisque la pensée crée ...

mercredi 25 mai 2016

Joyeux non-anniversaire.

Mam' absente. Je passe dans le salon au moment où son IPad sonne, l'écran s'allume. Je tombe sur un texto de princesse belle doche. Oui, c'est son anniversaire aujourd'hui mais je ne le sais pas!
"Je suis triste, j'ai envie de pleurer, Sté est avec moi", écrit-elle.
Bah bah bah bah!!!!! Mon cul sur la commode oui!!! Envie? Tu pleures ou tu ne pleures pas. Moi mon frère je le pleure tous les jours, je n'ai pas à attendre le jour de mon anniversaire. Voilà qu'elle fait la veuve épleurée, je n'y crois pas un seul instant. C'est peut-être le fait de ne pas avoir de cadeau qui la fait chier. Suis mauvais? Je sais.
Et le pire là dedans c'est que Mam' va entrer dans son jeu, lui envoyer une réponse de compassion, de soutien. Il était où le soutien de la femme envers son mari quant il était aux portes de la mort?
L'année dernière à cette même date mon frère était en soins palliatifs. Je n'ai pas souvenir voir Madame si triste que ça et si présente à ses côtés. C'est tellement facile ma pauvre chérie de le pleurer aujourd'hui, juste aujourd'hui. C'était avant qu'il avait besoin de toi pauvre idiote! Suis méchant? Je sais mais ça fait du bien.

Envie. Ben pleures alors! C'est quoi le but d'envoyer un texto pareil? Hin? C'est quoi l'intérêt franchement, si ce n'est se faire passer pour une femme aimante de feu son mari et avoir en retour de la compassion. Elle ne s'est même pas manifesté pour l'anniversaire de ma mère il y a 20 jours.
C'est tellement facile.  


Le pardon. Je sais, dieu que je sais. J'aimerai, j'essaye, je n'y arrive pas (tout comme pour gaël) hors c'est pourtant ce qu'il faudrait. Un jour peut-être. J'ai vu un documentaire tard hier soir de Mireille Darc sur le pardon justement. J'étais en admiration devant les témoins qu'elle a interviewé. Un très beau docu comme elle sait souvent les faire.

mardi 24 mai 2016

Je prépare mon séjour parisien. J'ai tellement d'amis que je voudrai voir qu'en quatre jours l'organisation est chaude. Je lance les invitations mais en attendant la réponse de l'un j'ai la réponse de l'autre qui tombe le jour au l'"autre" est dispo... Bref, je jongle.
Il y a quelques jours j'appréhendais une grève de la SNCF avec tout le climat actuel. Bon, aujourd'hui ce n'est pas elle (du moins, pas encore) mais la RATP qui lance un préavis. Mon passage est en plus en plein Euro2016!!! La tuile!!! Je préfère que ce soit la RATP que la SNCF. A Paris, comme tu le sais, je préfère marcher.

Le climat actuel ... C'est le bordel hin! Ça l'est dans ma vie, ça l'est dans beaucoup d'autres. Je ne sais pas où l'on va, je ne comprends rien aux humains et me sens vraiment comme étranger sur cette planète. Tous les jours les infos sont remplies de mauvaises nouvelles pourtant ce n'est pas possible, une Terre aussi grande et belle doit aussi avoir de bonnes nouvelles quotidiennes, non? Les médias nous aident à entrer dans l'égrégore de la peur, ce n'est pas bon. Il faut absolument essayer de prendre du recul avec tout ça. On se fou de la gueule de Pernaut mais en même temps, ses sujets légers ne sont peut-être pas si mal ...

En ce qui concerne le mois d'août et l'arrivé de princesse belle doche, c'est vu avec ma soeur: je vais me réfugier chez elle, en Angleterre, à Glastonbury. Un peu de magie ne me fera pas de mal. Seulement encore faut-il avoir les dates de la princesse pour que je puisse commencer à boucler mon séjour. Quand? Combien de temps? Seule elle le sait!  Hors pour avoir des billets à bon prix il faut réserver bien à l'avance et comme j'ai la phobie de l'avion depuis ce fameux 11 septembre je vais devoir prendre l'Eurostar puis un autre train jusqu'à Bristol, puis un bus jusqu'à Glastonbury. L'aventure!
Je redoute un peu la durée du séjour de princesse à la maison car reprendre des leçons de conduite ne vont probablement pas être en une semaine et je ne peux pas non plus m'absenter un mois: mes Patous ont besoin de moi. Même s'ils ne seront pas seuls, il faut tout de même leur faire des promenades, ce que personne ne peut (ou veut) faire en dehors de moi.

Avec Mam' ... Ça va ... Je sens des non-dits, des petites tensions. De mon côté ce n'est pas le coup des photos ... C'est bon, j'ai bossé dessus, j'accepte. Mais je ne sais pas ... Je sens un truc ... Je la connais ... Encore une fois des trucs cons comme hier: elle a fait sa vaisselle en laissant la mienne de mon côté alors que jamais je ne calcule ce genre de choses et elle non plus généralement. Quand il y a de la vaisselle je fais tout sans diviser les choses. 
Le jardinier est passé hier ...Ah le jardinier elle l'aime beaucoup... 
La tondeuse que nous avons acheté l'autre jour à marché un temps puis brutalement s'est arrêtée. Fier de moi d'avoir déjà pu la monter et la mettre en service, je n'ai pu comprendre les raisons de cette panne. "Bruno (jardinier) la regardera, il vient lundi", me dit-elle. Ok. Hier, avant son arrivée je lui propose donc de préparer la machine, à savoir la mettre sur le gazon et la brancher. "Non, il le fera". Bon, je n'insiste pas, c'était pour la bonne cause.
Il arrive, elle marche comme par magie. Je le vois alors la passer..
"Maman c'est inutile de le payer pour tondre la pelouse alors que je peux le faire!"
-"Non, ça va, il l'a mis en route ..."
Bon, ok, là encore c'était pour la bonne cause.
Puis je le vois ensuite débroussailler les herbes qui poussent en grand nombre sur nos cailloux. La plus part sont des saloperies car elles forment des épillets, ces petits épis qui entrent dans la peau des chiens et peuvent être très dangereux pour eux. 
"Maman, il vaut mieux éviter qu'il fasse ça parce que les épillets aujourd'hui encore frais vont sécher et devenir un danger d'autant plus qu'ils seront éparpillés partout"....
-Je lui demanderai de les enlever...".
Au final elle ne lui a pas demandé mais me le demande à moi, ce matin, au réveil. En gros elle paie un jardinier pour faire les choses "faciles" et moi je me tape les trucs chiants. Ah! Il a trouvé la bonne cliente! Mais c'est son argent, elle en fait ce qu'elle veut. Donc il a passé 3 heures à: tondre la pelouse (je pouvais le faire), étaler des épillets partout (à éviter) et faire le bassin (je pouvais le faire). Je n'ai surtout rien dit ce matin quand elle m'a demandé de balayer le jardin car là, je sais que nous serions entré en conflit. Dès que je ne suis pas d'accord avec elle ou que j'ose remettre sa parole en doute, alors là .... Alors je ferme ma gueule mais c'est difficile pour moi. Je pense à mon frère qui, lorsque je lui avais apprit quelques jours avant sa mort le retour de Mam' à la maison avait dit que c'était une très bonne nouvelle mais qu'il ne fallait pas de violence ...

Je tâche aussi de me souvenir des leçons de nos dernières embrouilles, de notre cohabitation précédente et fais en sorte d'être le plus discret possible tout en étant très présent dans les tâches ménagères. En même temps je le suis déjà tellement d'habitude que faire plus m'est difficile.J'ai pris les devant en lui demandant de ne pas repasser mes affaires... Je connais le truc, cela me sera reproché si un jour il y a embrouille. 
"Non, ça ne me dérange pas tu sais, ce n'est pas 3 tee-shirt en plus ...". Bon. Je l'ai dis en tous les cas.

Voilà, que des petites choses comme ça ces dernières heures. Cela me fait bien sûr connecter avec l'histoire bête de la photo et je me dis qu'elle en a peut-être déjà marre de ma pomme. Pourtant vraiment, comme je l'ai écris plus haut, Mam' et moi ne faisons que nous croiser. Nous sommes chacun indépendant. Nous nous saluons le matin et le soir, prenons nos repas chacun de notre côté et entre: nous nous croisons.
Quoiqu'il en soit même si nous avons chacun une dépendance, ce n'est pas facile à mon âge d'être sous le même toit que ma mère et c'est probablement réciproque. Je pense aussi qu'elle doit commencer à en avoir marre de me voir vivre ainsi... Mais ça, dès le départ je lui avais dit quand elle avait pris la décision de revenir vivre à la maison: "nous vivons chacun comme nous l'entendons. Si toi ou moi avons envie de rester la journée au lit, respect!". Je sens comme une légère pression, pression que je redoutais à un moment où à un autre. Bref, faut gérer.

Franchement, en dehors de mon ancien boss, là aujourd'hui j'aimerai vraiment retrouver mon indépendance totale quitte à être à Paris, dans mon studio, 100% libre de mes faits et gestes. J'ai beau retourner la situation dans tous les sens depuis des mois, mes Patous bloquent tout. Impossible de les laisser là, Mam' ne pourra et ne voudra s'en occuper. Impossible de les donner, je les aime trop et personne ne voudra prendre deux montagnes des Pyrénées adultes. Je ne peux me séparer d'eux. Et même en imaginant que Mam' puisse les garder, je revivrai les déchirures que j'avais avec mon Balthazar d'autant plus qu'aujourd'hui je ne pourrai faire comme avant c'est à dire venir tous les week-end.  Sur FB je suis inscrit à un groupe de Patous. Très régulièrement je vois des annonces pour se libérer des chiens ... "Pour cause de déménagement", "pour cause d'aboiements" ... Je ne sais pas comment font les gardiens, j'en suis incapable. Pour moi c'est comme si je les euthanasiais. Certaines personnes prennent leur animal comme un meuble. Je sais pertinemment qu'un animal à des émotions et des sentiments, que son gardien est sa famille. Prendre un animal est une responsabilité à vie, jusqu'à celle de l'animal ou de son gardien. Tout serait tellement plus facile pour moi si je n'avais pas cette ligne de vie Bref, comme tu le vois, ma situation d'impasse est toujours bien présente et cela me pèse de plus en plus même si j'essaie de travailler dessus. 

samedi 21 mai 2016

Tout est dit!

Ce docu, ma dope de ce Week end !

Bad trip.

Cela a commencé par une connerie hier matin. Mam' m'apprend qu'elle venait d'avoir eu mon neveu Gab qui avait prit l'initiative de l'appeler tout seul, il sait maintenant noter les numéros qu'il a recopié dans un petit carnet: celui de sa mère et de la mienne, point. Et moi là dedans? Out.
Son frère avait déjà acheté un souvenir à tout le monde sauf à moi lors de sa dernière colo, faut il que je paies des séjours à Disney et autres pour que l'on pense à moi?! Susceptible: je crois! Sensible? Cruellement. Anyway.

Les heures passent, Mam' a envie d'aller "en ville". Moi pas spécialement mais par gentillesse je lui propose de l'accompagner: nous pourrions acheter la tondeuse gazon que l'on doit prendre depuis 1an?! Idée validée.
Au moment de passer en caisse elle sort son chéquier en laissant son portefeuille ouvert et là je vois 3 photos: mon frère et mes deux neveux, point. Moi? Absent. Encore. Là je t'avoue que ça m'a foutu un peu les boules. J'avais envie de le lui faire remarquer sous le ton de l'humour mais je me suis ravisé, à quoi bon. Et là, mon esprit est parti en vrille (ou pas): et si ma mère aurait préféré que ce soit moi qui parte plutôt que mon frère? C'est vrai, elle qui est si sensible au paraître et à la place que l'on a dans la société ... Mon frangin lui, il avait une femme, deux enfants, un métier qui brille (aussi dans les médias) avec le salaire qui va avec. Moi? Mon métier ne brille plus, je n'en ai même plus, je suis perdu et n'ai pu lui apporter de famille. Y a pas photo entre lui et moi.
J'ai pourtant essayé: pas heureux dans mon boulot j'ai fais en sorte d'être acteur de ma vie et non spectateur. Rester en place et me plaindre n'aurait rien changé, bien au contraire. J'ai sauté dans le vide, je suis tombé. Si je n'avais pas croisé Gaël sur ma route tout aurait été différent: la boutique que j'avais racheté fonctionnait et me plaisait mais il me fallait néanmoins un second, je me suis mal entouré, il m'a coulé.
Ma mère aurait certainement préféré que je reste l'assistant de l'animateur produteur TV! C'est tellement plus valorisant! Passer du statut de cadre dans le milieu de showbiz avec un bon contrat au statut de buraliste-épicier dans un village pour finir avec rien du tout...

Je continue à recevoir des alertes mails de jobs dans le coin: que dalle! Soit l'environnement ne me convient pas, soit il faut des diplômes (n'en ai aucun) soit le permis de conduire soit tout à la fois. J'ai surfé sur un site de travail à domicile, en vain. Sincèrement si je n'avais pas mes Patous je crois que je reviendrai à Paris. J'ai mon studio avec plus d'opportunités côté boulot même si le cadre de vie de ma campagne me manquerait terriblement. 

J'ai encore rêvé de mon ancien boss cette nuit. Je ne sais pas pourquoi il tourne autour de moi ces derniers temps. Est ce mon subconscient qui regrette cette période où je n'étais pas perdu, ou j'avais bien moins de blessures? Je n'étais pourtant tellement pas heureux, à côté de ma vie. Est ce que je le suis aujourd'hui? Non, toujours pas. J'ai tellement hâte de noircir les pages d'ici avec de bonnes nouvelles! T'écrire: "ça y est! J'ai trouvé! C'est top! Je suis. Bien, c'est le bonheur!"

Hier soir j'ai travaillé sur le regard des autres y comprit celui de ma propre mère car je sentais mon énergie s'abaisser sérieusement. Si mon bad trip n'en ai pas un, si ce que je me suis imaginé en voyant les photos est la vérité alors je dois l'accepter et ne pas y prêter plus d'attention, ne pas lui donner de pouvoir. On est seul à notre naissance et à notre mort, entre, c'est de l'illusion. Je suis trop entier comme mec. Je suis là pour vivre ma vie, pas celle sous le regard des autres. Bon, en ce moment c'est un peu pourri, je te l'accorde!...