... et aussi sur TWITTER!

samedi 1 août 2015

Finalement j'ai fait ma vie de mon côté.

L'amie de maman qui devait arriver hier avec sa famille vers 18-19h annonce que ce sera plutôt 20h. Je commençais à avoir un coup de barre avec une envie: etre sous ma couette à rechercher des fims et documentaires sur mon iPad pour m'endormir doucement... tôt j'espère. Je demande alors à Mam' si mon absence ne la dérange pas. C'est ok.
Vrai que nous avions convenu pour son retour à la maison que nous avions chacun notre vie et recevions de notre coin nos amis. Là, c'était de son côté à elle, je n'avais pas spécialement à me forcer à être là. Et puis j'ai toujours mon mauvais rythme de sommeil: je m'endors vers les 3h du mat' et cela dure maintenant depuis un bout de temps .... Depuis mon frère en fait. Est-ce parce que je l'ai veillé régulièrement de jour comme de nuit? Est ce parce que le sommeil est considéré comme "la petite mort" et qu'alors inconsciemment je ne veux pas m'y réfugier? Je ne sais pas. 

Quoiqu'il en soit j'ai enfin réussir à m'endormir vers 23h-23h30 hier mais avec un réveil vers 5h du matin. J'ai alors à nouveau cherché des documentaires et suis tombé sur le Chamanisme, qui m'intérresse également. Total: 1h de visionnage: coucher à nouveau vers 6h et réveillé vers 11h30, juste quand j'entendais la voiture des amis quitter le jardin pour continuer le chemin de leurs vacances.
Du coup je ne les ai pas vu ni hier soir ni ce matin. Ils étaient assez surpris parait-il, ce que je peux comprendre! Ils repassent le 15 aout pour leur chemin de retour.... même si j'ai une soirée chez mon amie véto ce jour là, je les verrai certainement un peu...

Revenons un peu dans les galères, cela faisait longtemps: Hier, les proprios de mon ancienne boutique déposent une enveloppe dans ma boite aux lettres: c'est une facture du fameux photocopieur, celle qui, normalement, arrive tous les 3 mois mais là, je n'avais rien eu depuis un bout de temps ce qui me laissait espérer qu'ils m'avaient oublié ou du moins, suite à mon dernier courrier expliquant que je ne pouvais régler, avaient classé l'affaire. Eh bien non, je suis toujours dans leurs fichiers.
Immédiatement: angoisses, sensation désagréable dans mon plexus. Je me mets à imaginer qu'ils me réclament à nouveau les 5000€ voir plus. L'angoisse monte de plus belle, je me reprends au plus vite. Comme ces derniers temps je suis pas mal branché spirituel avec mes recherches, je me fais tout de suite une méditation sur l'instant présent et la pensée créatrice. Mon plexus se calme, la sensation désagréable disparait.

J'envisage de contacter le mari d'une ancienne collaboratrice et toujours amie aujourd'hui. C'est un très bon avocat à Paris mais spécialisé dans l'immobilier. C'est lui qui, en un rien de temps, a réussi à me faire récupérer mon studio parisien et qui a sauvé mon frère d'une galère avec l'un de ses locataires qui ne payait plus. Au décès de mon frère il m'avait envoyé un très gentil mail en me disant de ne pas hésiter à le contacter si j'avais besoin de lui. Alors je vais le faire, lui expliquer la situation et si cela n'entre pas dans ses cordes il aura probablement, je l'espère, un collègue à me proposer. Il faut cloturer ce dossier, ce n'est pas possible et il ne faut surtout pas que j'ai à payer ce pxxxxn de photocopieur car j'ai encore moins de sous qu'il y a quelques mois!

Oui, ça faisait longtems que je n'avais pas eu de galères ... 1 mois 1/2 environ! Mais je crois que c'est la vie et que je ne dois pas m'attendre à des années de tranquiilités. Des joies, des peines, des galères, ça ne s'arrêtera jamais tant que je suis ici bas!

jeudi 30 juillet 2015

piano, piano.

La maison de verre se vide petit à petit, la maison d'habitation se remplit. L'installation de ptite mère n'est pas encore terminée mais cela avance ...

Je ne suis pas trop écriture en ce moment, sans raison. J'ai des cycles, comme tout.

Je passe beaucoup de temps sur YouTube à la recherche de films et de documentaires spirituels, influencé très probablement par le décès de mon frère. J'attends toujours un signe, LE signe qui ne me fera pas douter qu'il est bien passé et qu'il est bien. Je pense à lui tous les jours, ne réalise toujours pas, compare le présent à l'an passé comme par exemple aujourd'hui, 30 juillet: je l'avais rejoints avec Petit Jo pour une partie de pêche car je savais que c'était la dernière, d'où cette photo:

C'est avec ces clichés que je peux dater nos moments. Oui, quand j'ai prise celui-ci je savais très bien que l'été suivant il n'allait plus être là. Cette pêche était sa dernière. Je le savais mais ne pouvais l'imaginer ... comme aujourd'hui!
Hier j'ai re-écouté des messages qu'il m'avait laissé sur mon mobile histoire d'entendre sa voix, de ne pas oublier.

Demain, la fille d'une très bonne amie de ma mère (aujourd'hui décédée... aussi!) vient passer une nuit à la maison avec sa famille: mari et 3 enfants. Je ne connait qu'elle et un de ses enfants mais lorsque j'avais rencontré celui-ci il avait 4ans ... Il en a aujourd'hui 16!
Si nous n'étions pas dans cette situation je sais que j'aurai fait ma vie de mon coté pendant leur présence, les laissant papoter ensemble mais maintenant je me sens le devoir d'épauler Mam', de l'aider, de l'accompagner. En fait je suis "accompagnateur" dans cette vie! Des mourants comme des vivants! Mes accompagnateurs à moi sont mes Patous!

Gaspard justement ... il se rétabli de tous ses bobos ... Sa cicatrice d'épillet est belle, c'est aujourd'hui du passé. Son Hot Spot par contre n'est pas totalement guérit et j'envisage de passer tout à l'heure chez le véto pour acheter à nouveau des antibios car il m'avait dit de continuer tant que ce n'était pas terminé. Il a eu les derniers cachets samedi dernier ... J'ai hésité pour en reprendre voulant éviter de lui faire ingurgiter trop de ces trucs mais il me semble que c'est encore nécessaire aujourd'hui.
Sa pâte le gêne toujours aussi. Même s'il marche à nouveau, de temps en temps on le sent gêné, fragilisé. Toujours pas de balade pour lui. Zoé elle, tout semble aller même si elle n'est pas trop promendae ces dernières semaines: est-ce parce que son frère ne vient pas? En tous les cas je l'écoute et ne la force pas. Dès qu'elle me montre des signes de retour, nous rentrons. Du coup hier elle en avait envie, nous avons marché plus de deux heures, c'était bien. Ça me manque ça!

Paragraphe météo: le beau revient aujourd'hui pour au moins une semaine (ignorant encore les prévisions d'après). Ces derniers jours étaient assez gris avec des passsages de pluie.

Voilà, j'ai fini pour ce coup-ci!

vendredi 24 juillet 2015

1an jour pour jour.

Ma soeur et moi recevions cet email de mon frère. Le début de la fin ...

jeudi 23 juillet 2015

Ok.

Mon Gaspard (tout comme ma Zoé!) est vraiment extra: il est monté dans le coffre de la voiture assez facilement hier lorsqu'il a fallu l'emmener chez le véto pour lui retirer les fils. Tout comme les cachets que je lui donne dont on voit bien qu'il n'en raffole pas mais accepte de les avaler. Si vraiment il le voulait, il pourrait très bien avoir le dessus sur moi: refus de monter dans la voiture: il me serait impossible de le porter, refus d'ouvrir la gueule pour prendre les médocs: il pourrait très bien serrer la machoire. Pour l'un comme pour l'autre je serai totalement impuissant comme pour les heures de borssage qu'il accepte sans broncher.

Nous sommes arrivés pile à l'heure chez le véto. J'amène "mon gros" dans une petite pièce ou l'on me demande d'attendre quelques secondes. La porte s'ouvre, il arrive avec ses outils qu'il commence à diriger vers la cicatrice: je détourne direct mon regard! Hyper sensible, je suis incapable de regarder ce genre de truc. Là encore, Gaspard s'est laissé faire.
"Très belle cicatrice (les diapasons ont-ils aidé?) et le brossage est parfait!" me dit le véto, surpris de voir que j'ai pu rattraper tout mon retard car pour lui la meilleure des solutions aurait été de le raser entièrement. Je dois continuer les antibios jusqu'à la fin de son "hot spot"... Au prix que ça coute j'espère que la fin est proche! Les croquettes spéciales arthrose ne sont pas obligatoires aujourd'hui, les compléments alimentaires que je lui donne sont parait-il très bien. Là aussi, à 70€ les 15kgs je préfère!

Hier soir: visite de la filleule de Mam', une bretonne de passage avec son homme que nous ne connaissions pas. Diner agréable dans le jardin sous les tilleuls. Je ne l'avais pas vu depuis 30ans!

A peine lever ce matin, ils sont de nouveau là pour déjeuner! Il faut dire que j'avais mis mon réveil à midi et que sans lui je dormirais encore... Mais là par contre, je reste sous mon figuier pour prendre mon petit déjeuner tranquille.

Un peu plus tôt dans la journée j'ai commencé à transferer des meubles de notre maison de verre à la maison de Mam': encore beaucoup, beaucoup de boulot!!!!

mardi 21 juillet 2015

good moooorning ...

Hier soir, 20h30, mon pote Thib au télépéhone: "J'espère avoir le camion demain pour le déménagement... Je te téléphone avant midi, inutile de te mettre un réveil tôt.
Ça tombe bien, ces derniers jours je n'arrive pas à me coucher avant 3h du mat, ce qui était le cas cette nuit.

8h30 ce matin je ne sais comment j'ai entendu le message que Thib était en train de me laisser sur mon répondeur fixe: "J'ai le camion, on arrive dans 1h!"

Wooo! Je me lève d'un bon et file réveiller Mam'. Les débuts de journée que j'adore!!!!

J'avale mon café, j'allais prendre ma douche quand soudain je vois Thib et Steph arriver. Douche quand même et nous voilà dans le camion.

En enlevant le déjeuner: 5h en tout pour tout ramener à la maison sous une chaleur écrasante.

Tout est entreposé dans notre maison de verre qui est complète! Nous allons maintenant petit à petit emménager ....

La bibliothèque, le buffet, la gazinière reprennent leur place. J'aime. Comme ci cela effacait un peu toute la parenthèse de galères avec Gaël, le départ de la maison de Mam', etc ...

Demain matin, 11h30: vétérinaire! On enlève les fils et le drain de Gaspard. Il va falloir le faire entrer dans le coffre...  pas être simple ça encore surtout avec sa pâte blessée et sa cicatrice. Il aura probablement gardé en mémoire son dernier trajet .... Nous verrons.
En tous les cas les antibiotiques semblent faire effet. Hier soir j'ai fait tant bien que mal un pencement pour sa griffe: il se lèche, la plaie ne cicatrise pas. Cela a tenu jusqu'à tout à l'heure et a bien asséché le tout.

vendredi 17 juillet 2015

Gaspard et déménagement.

Suis allé régler l'opération de Gaspard: 109€. Rajouter à cela des compléments allimentaires en prévention de l'arthrose: une cure de deux mois à 2 cachets/jour à 7,60€ les 10. J'ai commencé à me renseigner sur des croquettes particulières: les meilleures semblent être Royal Canin mais le prix: woo: 70€ les 14kgs (envrion 2 mois de bouffe). Je préfère devancer le mal, les prédictions de l'éleveuse et l'idée que je m'en fais depuis longtemps me donne envie d'agir dès aujourd'hui. Gaspard est un jeune et gros Patou avec des difficultés à se lever depuis longtemps, je mets ça sur sa corpulence mais si ça se trouve, l'arthrose est peut-être déjà présente. Ces dernièes semaines il n'était pas friant de balades 1/ est ce l'épillet ? Est-ce la chaleur? Est-ce l'arthrose? Est-ce les 3 ?!

En tous les cas tous les jours je passe des heures de brossage pour récupérer le travail que j'avais mal fait avec cet fois-ci les outils adéquates et ça change tout. Je suis un vrai toiletteur canin ces derniers jours! Entre Gaspard et Zoé j'ai du boulot mais c'est le Gaspard qui m'en demande le plus. J'ai testé le schampoing sec "spécial poils blancs" avec une appréhention: mode d'emploi: pulvériser à 30 centimètres tout en brossant à l'envers l'animal. Je craignais que le "psshiiit" fasse fuire l'un ou l'autre mais non, c'est faisable et ça marche bien, ils ne sentent plus le chien et les poils sont super doux.

Lors de mon règlement chez le véto j'ai précisé qu'il était revenu avec un problème à la patte arrière: écorchure et impossible de la poser pendant plusieurs jours. Je m'y attendais, ils n'ont rien reconnu si ce n'est le fait que la cage n'est effectivement pas pour un animal de cette taille et qu'il avait eu la nuit une position probablement très inconfortable sans pouvoir la changer. Quand ils sont arrivés le matin, il était endolori et ont eu du mal à le sortir. Le sol est en mousse m'ont ils précisés mais les barreaux eux, non! Je l'imagine très bien avoir une griffe coincée dans un barreau sans pouvoir s'en défaire... Bref je dois y retourner début de semaine prochain pour qu'on lui enlève les fils, ils pourront ainsi regarder. Aujourd'hui, même s'il y a une amélioration, il est encore très gêné et a mal certaines fois, il lui arrive encore de ne pas pouvoir poser sa patte par terre.
Nous y retournons mercredi matin pour enlever les fils et le drain, ils verront ainsi sa patte.
Je lui ai découvert aussi un "hot spot". L'éleveuse m'en avait parlé la dernière fois et il me semble en avoir mis un mot ici: c'est une infection de la peau (un stafilocoque) suite à une piqûre d'insecte ou mauvais entretien (!). Cela se soigne mais il ne faut pas tarder: un truc de plus à montrer au véto la semaine prochaine. Bref, ce n'est pas une bonne période pour mon Gaspard!!!
Je continue les diapasons 3 fois par jour sur la cicatrice et sur sa patte.

Voilà pour le chapitre animaux.

Déménagement Mam':
On avance. 12 cartons. De samedi le déménagement passe à lundi, Thib a eu un empêchement. Pas plus mal, des orages doivent arriver dans l'après-midi et la soirée.
Mam' ne reste pas trop dans sa maison qui lui rappelle trop mon frère, elle le voit partout. C'est vrai qu'elle est dans cette maison depuis 3ans dont deux ans de maladie pour mon frère. Encore une bonne synchronicité: si maman devait revenir à la maison c'était aujourd'hui.

Lorsqu'elle en est partie, il y a 3ans, il arrivait souvent que les amis qui passaient à la maison me demandaient pourquoi je restais dans la dépendance (ma chambre) et n'investissais pas la maison entière. Ma réponse a toujours été qu'on ne savait jamais, que si pour une raison ou pour une autre maman revenait ou si mon frère en avait besoin, je préférais ne rien bouger. Téléphone, tv, wifi: tout est dans ma piaule. J'ai bien fait! Toujours su au fond de moi qu'elle allait revenir un jour mais sans jamais penser un seul instant que cela allait être au décès de mon frère!!

La cohabitation se passe bien, nous avons retrouvé nos marques comme avant, rapidement, facilement. De nouveau j'entends lorsque je me lève le poste de radio branché sur France Inter. Enfin quand je dis "comme avant", je suis attentif à ne pas laisser trop trainer les trucs comme par exemple ma vaisselle: il m'arrivait de la faire bien bien après avoir mangé, maintenant, j'active plus vite!

Depuis une semaine je n'arrive pas à me coucher avant 3h du matin. J'ai des cycles comme ça.

1 mois et 4 jours que mon frère est parti. Ce n'est rien!
Toujours aussi iréel. Toujours. Il est très souvent avec moi. Quand je me sens couler je me remémore l'instant, quelques jours avant son départ ou il pouvait encore nous serrer la main pour communiquer, je te l'avais écrit:
Ses yeux étaient fermés. Main dans la main je lui dis:
"On sera toujours ensemble, ok!!??" Il m'a serré très fort la main à deux reprises consécutives, à ouvert les yeux et m'a regardé en faisant un sourire en coin n'ayant plus la force de le faire entièrement.
Aujourd'hui il m'arrive de me refaire à moi même ce moment: de me donner les mains, de dire: "on est toujours ensemble, hein!" et de m'en serrer une, à deux reprises, comme il m'avait fait.

Cette fin de vie était terriblement dure à vivre et j'y pense encore très souvent mais je suis quelque part tellement content de l'avoir fait. J'ai eu des échanges merveilleux avec mon frère, heureux de pouvoir m'occuper de lui. C'est une expérience qui m'a bien sur profondemment marqué et j'essaie de jeter un oeil sur moi pour ne pas que je flanche. On nous dit tellement qu'il y aura une descente! Cet automne et cet hiver à mon avis ça ne va pas être "gé-gé"!

mardi 14 juillet 2015

diapasons.

Ma soeur m'a offert ceci lors de son dernier passage: des diapasons. Elle a découvert ces outils il n'y a pas très longtemps et travaille avec.

C'est travailler l'énergie avec du son. Chaque diapason a une spécificité pour telle ou telle chose. Le numéro 528 par exemple agit sur l'ADN: cicatrices, blessures, vérues, autres bobos physiques.

En lui racontant les problèmes de Gaspard ma soeur m'a suggéré de les utiliser sur sa cicatrice pour accéler le processus. Du coup je l'ai aussi fait sur ses pattes arrières. Aucune réaction lorsque j'ai fait la cicatrice mais ce ne fut pas le cas lorsque je suis passé sur ses pattes: alors que je ne le touchais pas avec l'objet il a tout de suite réagit en couinant et en bougeant ses pattes comme si je lui faisait mal. J'ai insisté et le lui ai fait à deux reprises.

Est-ce un début de résultats ou pas: à 7h du matin (à ma plus grande joie pour cette heure si matinale!!!) il s'est levé! Certes, ça n'a pas été facile mais il s'est mis debout, est sorti dans le jardin pour faire un petit besoin, pour revenir ensuite se coucher. A 11h, lors de mon vrai réveil (j'ai encore mal dormi) il s'est à nouveau levé pour faire un tour dans le jardin.  Amélioration donc, pourvu que ça dur.

Il s'est peut-être facturé une phalange ou je ne sais quoi, ce qui pourrait expliquer l'écorchure qu'il a près de la griffe et les lèches qu'il se fait.

Tu l'auras compris: c'est mon tracas du moment!!!!

lundi 13 juillet 2015

bon.

Depuis la fin de l'après midi Gaspard n'arrive plus à se lever. De retour de chez le véto vendredi matin il marchait faiblement mais marchait mais là, plus rien, il n'arrive pas à se mettre debout et couine lorsqu'il essaie. Il tente le coup et BANG, se retrouve couché sur l'autre côté. Il me semble que ça vient de la patte arrière droite, la même qui a une écorchure près de la griffe. Je ne vois rien d'extérieur et suis sur que c'est le fait d'avoir été dans cette si petite cage durant une journée et une nuit. Et s'il s'était coincé la patte en pleine nuit?!Une tendinite? Suggère mam'...

Quoiqu'il en soit demain c'est évidement le 14 juillet et notre véto était fermé exeptionnellement aujourd'hui. Sii la situation n'a pas changé d'ici mercredi ce sera à lui de se déplacer à la maison car il nous sera impossible de transporter Gaspard. Bref, des soucis encore des soucis... petits j'espère!!!!!

Date déménagement ptite mère fixée: samedi matin! J'ai eu mon pote Thib au téléphone ce soir. Il nous reste donc 3 jours pour faire les cartons et nous n'avons pratiquement rien fait aujourd'hui. De sacrées journées nous attendent!!!!

dimanche 12 juillet 2015

Back home.

Allez, un petit souvenir d'hier à la fête des tuileries. Une grande première! 
A peine de retour chez moi, à la campagne, je me suis occupé de mes Patous avec en priorité mon Gaspard bien sur. Il boit, a un peu mangé, marche mais avec quelques pertes d'équilibre certaines fois.  Nouveau bobo à une patte arrière: Mam' ne l'a remarqué que ce matin: près de l'une de ses griffes il semble avoir une plaie, une éraflure, il se lèche et cela saigne un peu. Pas un épillet je crois mais c'est à surveiller. Est ce qu'il se serait blessé dans sa cage chez le véto? Véto chez qui je vais passer demain pour régler la douloureuse ... Première fois que je vais avoir à me servir de la mutuelle de Gaspard, j'espère que le remboursement sera raisonnable et que je récupérerai un peu de sous qu'ils me ponctionnent tous les mois!

Apres la pause tendresse j'ai pris mes nouveaux outils et vas y que je te brosse, vas y que je coupe, vas y que je démêle. Maintenant que je sais quoi faire et comment faire, je ne veux plus perdre de temps.

Ptite mère me raconte son week-end sans avoir non plus des tonnes a dire. "Ce n'était que deux jours mais ça m'a semblé bien long" m'a t-elle dit. Oui, c'est vraiment bien que nous nous retrouvions tous les deux. Je reste persuadé (et elle aussi) que si nous étions seul chacun de notre côté, l'absence de mon frère serait bien plus lourde. 

Demain nous commencons enfin son déménagement: quelques cartons de petites choses, les gros trucs (meubles, etc...) seront avec mes amis Thibault, Steph et un camion.


Gaspard: cicatrice et épillet.

Voilà cette petite chose qui était dans son flanc et qui peut être si dangereuse!
Et voilà le résultat de l'opération pour enlever cette chose. 

vendredi 10 juillet 2015

Le retour de Gaspard!

Soulagé, j'ai pu voir mon Gaspard 10 minutes avant notre départ. Regard encore un peu aggare, difficultés à se tenir sur ses pattes arrières mais ça va.

Ptite mère a ramené l'épillet qui était dans son corps, assez gros quand même. Il a eu beaucoup de chance de tomber dessus a dit le véto. Il me faudra vraiment faire une inspection minutieuse tous les jours à chacun de mes Patous. V'la le boulot!!!

L'éleveuse rencontré cette semaine nous a aussi dit que Gaspard allait certainement avoir des problèmes d'arthroses à partir de ses 8ans. Arrière-train trop gros, pattes arrières trop comme ci, pattes avant trop comme ça... Et malheureusement ça ne me surprend pas, cela fait un petit temps déjà que j'y pense lorsque je le vois avoir des difficultés à se lever avec une démarche lente alors que c'est un jeune Patou.

L'élèveuse m'a ensuite énuméré d'autres détails mais là, je m'en foutais. Du genre il n'est pas LOF et ne pourra jamais faire de concours alors ça, comme je lui ai dis: qu'importe! C'est mon Patou, c'est mon chien, il est comme ça, on s'aime, c'est le principal!

Je n'ai jamais trop compris les gens qui faisaient des concours canins. Certainement uniquement la satisfaction d'avoir son chien le "plus beau". L'intérêt d'avoir une coupe pour le maître? Beaucoup de travail, de moyens financiers pourquoi au final? Et le chien qui doit être sans arrêt tripoté, brossé, lavé, sans compter les temps de transports qui peuvent être très longs. C'est quoi l'intérêt pour le chien?

J'ai volontairement employé le mot "maître" parce que là, je trouve que ça fonctionne dans ce contexte. Moi, dans mon monde, je ne dis pas que je suis le maître de mes Patous ou de feu mon Balthazar (berge belge tervueren) mais que je suis leur gardien. Ils ont leur propre vie, leur personnalité, ils ne m'appartiennent pas. Même si tu l'as remarqué, j'adore mes chiens, je ne veux pas les humaniser comme le coup d'apprendre à donner la patte. Là aussi je n'ai jamais compris l'intérêt. Des ordres "assis, debout, couché, stop" ok, mais donner la patte....

Bref, l'important c'est que mon Gaspard soit de retour à la maison et qu'il se rétablisse vite. 

Je n'ai qu'une hâte: les retrouver!

En attendant je passe la soirée avec Isa et sa fille. Une très bonne amie qui habite au nouveau Mexique et que, forcément, je ne vois pas souvent. Demain: David, Jessie et Nelly et dimanche retour dans ma campagne!

jeudi 9 juillet 2015

Opération Gaspard. {MISE A JOUR}


C'est avec tristesse que j'ai laissé mon Gaspard à 9h ce matin chez le véto, placé dans une cage de 3 mètres sans pouvoir se retourner et en pouvant tout juste se tenir debout. 

À 16h30 il n'avait toujours pas été opéré. 

Nous allons le chercher vers 18h45...

MISE A JOUR:

Appel du vétérinaire: opération plus lourde que prévue: l'épillet a crée une "poche" plus importante qu'il ne pensait = mon Gaspard passe la nuit là bas avec un drain!!! Je n'aime pas cette situation, je n'aime pas!

D'autant plus que j'ai du coup voulu rentrer de Paris le jour même, demain soir: plus de train!!! Samedi? Plus de train!!!!! Pas avant dimanche soir, je suis dégouté!!!!

Ptite mère doit chercher Gaspard demain à la première heure: 8h30 car ils doivent libérer la cage. Transport complexe pour elle toute seule: faire monter et descendre Gaspard du coffre et personne durant le trajet pour être à ses côtés. 

Je ne le verrai même pas avant mon départ, nous risquons de nous rater d'un quart d'heure. 

Ma Zoé, sa sœur, est triste, son comportement est differement, elle comme moi attendons le retour de son frère. 

En tous les cas je vais redoubler ma chasse aux épillets. Un sacré boulot mais quand tu vois ce que cette petite chose peut provoquer...

Ce matin j'ai acheté tout le matériel conseillé par l'éleveuse de Patous: une paire de ciseaux pour désépaissir, une brosse (carde), un paigne particulier avec dents qui se rétractent, un shampoing sec pour poils blanc! 50€ m'sieurs dames!
J'ai tout de suite essayé sur Zoé, il est clair que cela fait une grande différence. Reste à tester le shampoing mais ça j'attends un peu, je l'ai déjà assez embêté comme ça pour aujourd'hui.

Je pars donc demain pour Paris à 9h, inquiet, ramener mes petits.

Et dire que Gaspard passe sa nuit dans la cage, seul, avec d'autres chiens eux aussi en cage.

J'ai envie d'un peu de joie, gaîté et légèreté dans ma vie là maintenant!

plus léger.


Hier, première partie de pêche ... Tonton Piel prend la canne et BANG! Voir l'illustration de ce post! Oui, la pêche n'est pas mon truc!!! Tu vas me prendre pour un con mais je m'excusais auprès de l'asticot de devoir lui transpercer le corps et espérais intérieurement que les poissons le mange sans mordre l'ameçon. Bon, ça semble avoir marché car tout ça pour ça: rien!!! Il n'empêche qu'au moins un seul pour me la jouer un peu devant mes neveux m'aurait satisfait!

On voyait les poissons tourner autour, toucher la chose mais nada!!! C'est la petite friture que l'on veut nous, à manger bien grillée avec un peu de citron, souvenir de mon enfance. 
Enfin, Captain Igloo a encore de bons jours devant lui en ce qui me concerne!

Malgré ça c'était une très belle journée avec mes deux petithommes. Baignade dans la Charente, fous rires, cris, aventure avec "Scouty la voiturette" , à 5km/h dans un chemin de terre bordé de beaux arbres qui nous ont amené à un nouvel endroit secret. Depuis que Jo est petit, dès que nous trouvons un lieu qui nous plait, nous le baptisons ainsi. 
Après un tournant, le chemin s'est élargi pour nous laisser entrer dans un espace au bord de l'eau pour pic-niquer et faire un barbecue. Tout était là: une grande table et un BBQ en pierres.


Demain matin, tout le monde réveil à l'aube: nous devons amener Gaspard chez le vététinaire. Nous l'y avons amené avant hier parce qu'il avait un épillet de rentrer dans le corps mais il est trop profond, le véto n'a pu le récupérer avec sa pince. Saloperie d'épillets, tous les ans à cette saison c'est pareil. C'est une sorte d'épis de blé qui entre dans les poils et s'il n'est pas arrêté à temps il perce la peau pour pénétrer dans le corps du chien. Cela peut-être très dangereux. Il nous arrive d'avoir ce genre d'épis coincé dans notre pull, tu vois?
Demain matin donc, mon pauvre loulou va subir une petite intervention, la première de sa vie. Ça demande une anesthésie, je n'aime pas ça. Nous le déposons entre 8 et 9h pour le récupérer à la fin de la journée. Entre temps nous irons rendre visite à une femme qui a un élevage de Patous dans les environs. Nous l'avons rencontré dans la salle d'attente et lorsqu'elle a vu mon Gaspard elle m'a dit que je m'en occupais mal! Arrgh! Moi?! Merde alors! Mais elle a raison: je n'ai pas l'équipement de brossage qu'il faut. Normalement Gaspard devrait avoir carrément moins de poils sur son train arrière, ce que j'ignorai. Il faut une brosse particulière qui laisse aussi bien aérer la peau si non cela crée des "hot spot": un stafilocoque.
En plus de l'élevage elle fait des concours, c'est donc une pro des Patous! Elle va me montrer les outils qu'il me faut et de là nous irons directement les acheter. Cette femme brosse deux fois par jour ses chiens!!!! Bien équipé, je compte rattraper mes erreurs.

Encore merci pour ton petit mot à mon post précédent, l'ami(e)!

lundi 6 juillet 2015

La lettre.


Les jours passent, le séjour des enfants se termine vendredi: je les ramène à Paris.

Me restait une mission, une de plus extrêmement difficile depuis la maladie de mon frère: donner le courrier qu'il a fait aux enfants 1 mois avant sa mort. Souviens toi, cette fameuse matinée ou il m'a demandé de l'aider.

C'est ce soir ou il m'a semblé que c'était le moment: pour l'une des premières fois nous nous sommes rendus tous les 4 sur la tombe de mon frère. Nous nous sommes assis et avons parlé de tout et de rien. Petithomme, 5ans, a commencé à faire un coeur avec les cailloux qui recouvrent la sépulture. "Je veux faire un calin avec papa!" Il s'allonge quelques instants auprès de lui. "Je veux être avec lui quand je serai mort" A t-il rajouté.

Le tableau était là, le courrier m'est venu à l'esprit. J'en ai parlé discrètement avec maman qui nous a laissé après que je sois allé faire un aller-retour à la maison chercher les deux fameuses enveloppes.
Ni ptite mère ni Princesse ne voulaient être présentes: 1/ pour se protéger de l'émotion que cela allait provoquer, 2/ elles estiment que c'est privé, entre son père et ses enfants et moi par la même occasion puisque je l'ai aidé à faire ses lignes.
Sur le chemin du cimetière à la maison (soit 3 minutes), je parlais à mon frère: "Ça y est, je vais donner tes courriers. Tu es là!!!?? Aides moi!"

Je suis revenu devant la tombe, ne restait que mes deux neveux.

"Les enfants, j'ai quelque chose à vous dire.. Ce n'est pas facile..."
et BANG! Je m'effondre, essaie de me reprendre, j'y arrive difficilement, m'arrête régulièrement.
Et je pleure et je pleure, et je poursuis ...
"J'ai un courrier de votre papa pour vous  ... Il y tenait beaucoup, il voulait tellement vous dire plein de choses mais il n'y arrivait pas. Un matin il m'a alors demandé d'écrire ce qu'il allait me dicter car il ne pouvait déjà plus écrire. Alors voilà. Jo, c'est pour toi, Petithomme, c'est pour toi." et je leur donne les enveloppes.

Jo l'a prise, a commencé à l'ouvrir et a demandé de partir avec à la maison. Petithomme, 5ans, m'a demandé de la lui lire. Dur, très dur, assis là devant la tombe de mon frère, vivant encore le moment de l'écriture de cette lettre, la lire là, maintenant, alors qu'il est sous terre. Ma dernière lecture était avec lui, avec mon frère, le 8 mai dernier.
En sanglot, je commence à lire ...

"Salut mes kids, mes fils, mes amours,
C'est quelques lignes sont terriblement difficiles pour moi à écrire mais indispensable à mes yeux et j'aurai préféré ne jamais avoir à le faire mais la vie en a voulu ainsi ...."

Et je pleure, et je pleure ....

Au milieu de la lettre je commence enfin à retrouver une respiration mais flanche à nouveau lorsque je vois mon petit s'effondrer en larmes. Assis l'un à côté de l'autre sur le rebord de la tombe, nous pleurons tous les deux. Je le prends par l'épaule, sa tête tombe sur mon coeur et je continue tant bien que mal jusqu'au point final.

Une fois terminé nous nous relevons, je sèche mes larmes et le regarde intensément dans les yeux:
"En tous les cas il faut que tu saches une chose petithomme. Ton papa est toujours là et pour toujours. Tu peux lui parler dans ta tête ou à voix basse, lui confier des choses, lui dire bonjour le matin et bonsoir le soir si tu en as envie. Si tu as de la peine ou des choses à lui dire, parles lui, il t'endendra, il te captera. Seulement, de là ou il est il n'y a plus la parole comme tu l'as toujours connu, il n'y a plus le physique, tu ne peux plus le toucher mais il t'entend. Tu as son sang, il est en toi. C'est grâce à ton papa que ton coeur bas. Alors c'est très important et il faut que tu te souviennes qu'il est toujours avec toi, personne ne peut te l'enlever. 
Allez viens! On va se prendre une glace ok? Vanille ou fraise?"

Ce sera vanille pour nous deux.

De retour à la maison, Jo est devant la télévision, ptite mère à les larmes au bord des yeux.

Ce soir, les enfants veulent dormir tous les deux avec leur grand mère ...

samedi 4 juillet 2015

Stèle

Ça y est, le nom y est.

mercredi 1 juillet 2015

De retour à la campagne.

Les jours passent, la réalité n'entre toujours pas. Je dois me forcer, insister, pour me dire que mon frère est décédé. Pour moi, il est toujours à Paris. 

Le nom sur la stèle de sa tombe n'est toujours pas inscrit, cela devait mettre une semaine .... Fameux "retard charentais"! Une fois fait, cela sera un pas de plus même si, lorsque je suis devant je n'arrive pas à réaliser que son corps se trouve là, juste en dessous. 

Ce soir, les petits hommes arrivent, est ce que cet événement là aussi nous aidera à être dans la réalité ? Il manquera quelqu'un. Je pense que ce sera dans plus longtemps, lorsque les fêtes et les anniversaires passeront.

Les enfants arrivent avec princesse bien sur. Il va me falloir composer pour 3 jours: délai maximum pour elle, un jour de plus à la campagne c'est une dépression. Elle nous laisse les enfants 8 jours puis reviendront à la fin des vacances, à nouveau pour une semaine. 

Ptite mère va toujours bien. Je l'ai mis à Facebook pour la distraire et pour qu'elle reste en contact avec les potes de mon frère. Ça marche, elle accroche et se connecte au moins une fois par jour dessus. Petit à petit nous préparons son retour à la maison. Vraiment petit à petit: jusqu'à aujourd'hui nous n'avons ramèné que quelques cadres photos prétextant de la chaleur pour faire le reste plus tard. Seulement les enfants viennent soit disant pour nous aider au déménagement, nous ne pourrons plus faire semblant! La maison doit être libre pour le 21 août. Une première visite a lieu tout à l'heure, à 14h30.


dimanche 28 juin 2015

Pensées du jardin du Luxembourg.

J'aimerai que mon frangin me fasse juste un signe, juste un. Que ce ne soit pas un truc à déduire genre le papillon blanc que je vois là, voler au dessus de la pelouse bien tondue du jardin du luxembourd qui serait un message comme quoi il est là, tout va. 

Je ne veux pas que ce soit quelqu'un qui me le dise ou que ce soit une simple intuition. 

Je veux juste un "OK", un OK de toi.
Un OK qui voudra dire: "tu as raison ptit frère! Ton monde est bien là! J'y suis et j'y suis bien!"

Juste ça et tu repars. Tu reviendras plus tard.

Imprévu.

9h, je me réveil dans ma petite chambre de bonne de Paris. Il y a deux jours j'ai vu que c'était la gay pride samedi. J'ai hésité. La météo allait être belle et c'est probablement la dernière que je peux me faire comme ça, à l'improviste, en ayant un toit disponible tout de suite pour dormir.

J'ai téléphoné à Nelly: m'accompagner la branchait alors c'était décidé: je pars samedi matin et reviens dimanche fin d'après midi. L'année prochaine notre chambre sera probablement en location, innaccessible pour moi. J'ai retrouvé Nelly qui avait, comme toujours, une demie heure de retard Gare Montparnasse. Déjeuner à l'hippopotamus, courses pour elle à la FNAC rue de Rennes, retrait d'une montre pour elle dans un magasin de la même rue, direction chambre de bonne pour déposer mes affaires et nous avons retrouvé le cortège boulevard saint germain. Nelly a suivi jusqu'à Bastille. Partie, je suis resté jusqu'au bout du parcours: République. Des DJ mixaient. J'avais besoin de vibrer par des basses! je suis resté environ une heure en bougeant mon petit corps jusqu'au morceau qui me plaisait le moins puis suis rentré à pieds.  

J'avais envie de me taper un mec (suis vulgaire, tant mieux!). C'est le désert pour moi depuis un temps, perdu dans mon petit village. Applis, messageries: rien a changé de mes 20ans si ce n'est la connexion: choux blanc! Que des pas beaux ou des mecs qui te disent OK sur le clavier mais au moment de concrétiser: plus personne. J'ai alors pensé à aller à "l'Arène" sur les quais de Seine près de l'hôtel de ville. Je recherche les coordonnées, m'aperçois que cela a changé de nom et au moment d'y aller un site internet m'annonce que cet établissement à définitivement fermé. Et merde! Je me suis couché!

Ce matin réveillé à 8h par la voisine: elle avait fermé sa porte alors que les clefs se trouvaient à l'intérieur. Boucan pas possible. Avant de connaître les raison j'ouvre totalement endormi, en calecon, elle m'explique, je me recouche. Elle frappe 1/4 d'heure après pour me demander de l'aide: lui passer de la fenêtre du couloir l'échelle pour qu'elle puisse accéder au à celle de la chambre qui se trouve sur le toit. Mission réussie et moi j'ai maintenant les yeux grands ouverts. Il fait beau, c'est Paris en été. Dimanche, tout est calme, j'ai envie d'aller me balader, peut être une lecture jardin du Luxembourg?
Je me suis acheté hier un livre conseillé il y a un bout de temps pas un twittos (C.André: "l'estime de soi"), un bel endroit pour le commencer. 

En arrivant dans mon village ce soir je vais directement au Moulin: des amies nous y invitent pour diner histoire de nous changer les idées. 

vendredi 26 juin 2015

29.2°

Ressentie 32.

Volets entrebâillés, rideaux tirés, fontaine intérieur en marche, ventilateurs déscendus de leur place d'hiver: haut du grand buffet. Ciel uni, entièrement bleu. C'est l'été.

Patous, affalés à l'ombre des tilleuls ne demandent qu'une chose: y rester!

Ptite mère vient de rentrer: rdv médecin, renouvellement ordonnance: anti-dépresseurs et autres.
Je devais changer mon statut à la sécurité sociale avant le 21 juin. Pas fait, je suis hors la loi, sans protection de santé. Monter un dossier: j'étais avec mon frère à son chevet. L'envoyer avant la date imposée: j'étais avec mon frère pour l'enterrer. Avec Mam' nous nous sommes dit que nous nous laissions cette semaine tranquille. Je ne suis plus à 5 jours près.

Je dois faire ma visite annuelle chez le dentiste et prendre rendez-vous avec un médecin énergétique à Paris... du coup, je ne peux pas. Il parait que ce changement administratif peut mettre bien longtemps: 1an pour le cas de mon amie Nelly ! On fait des trucs incroyables en 2015 mais là, non. 1an pour un changement de situation!

Cette nuit, à 1h du matin, j'ai eu une envie irrépréssive: aller dans notre maison de verre, allumer une bougie, m'asseoir devant la photo de mon frère et lui parler.

Je l'ai fait et j'ai pleuré.

Je ne veux pas plus le déranger. Résister à lui demander d'être à mes côtés. Dans "mon monde", son âme est en pleine évolution, lui demander de m'approcher lui prendrait trop d'énergie et le freinerait, je dois apprendre à accepter. C'est tellement dur si tu savais.

"Il a vu Ghost!" tu dois te demander! Oui, c'est un peu ça c'est vrai, "mon monde". Mais d'ou est venu la naissance du scénario dans les esprits des scénaristes? Ou est la source de l'imagination? Tout dépend de ta connection. 

J'avance dans mes journées avec l'impression que rien a changé: mon frère est à Paris et vit de son côté. Certaines fois, sans s'annoncer, je tombe dans la réalité et là, c'est pas drôle si tu savais.

Et puis ma petite voix vient me rappeler qu'il est toujours là, juste de l'autre côté, qu'il me faut patienter.

Je revis la scène de Jeanne Garnier (soins palliatifs) lorsqu'il pouvait encore prendre ma main et la serrer pour s'exprimer:
"On sera toujours ensemble ok??!!", lui avais-je demandé.
Il a ouvert les yeux, m'a regardé en souriant en me serrant la main comme jamais.

jeudi 25 juin 2015

comme avant, et pourtant ...

Notre maison de verre reprend sa vie d'avant, avant ces 3 dernières années. Je rentre d'un apéro, je retrouve ptite mère en train de diner dans le jardin. Je me lève le matin, elle est dans le salon devant son ordinateur. Sa voiture est de nouveau garer à la même place, les pièces retrouvent l'odeur de son parfum...
C'est vraiment bon de retrouver ça surtout là, maintenant. Je pense que si nous avions été chacun de notre côté après le départ de mon frère cela aurait été terrible pour l'un comme pour l'autre.

C'est comme si sa présence annulait toutes mes galères depuis qu'elle est partie de la maison: gaël, la boutique, mon frère ....

Mon frère ... Son décès est toujours totalement irréel. J'ai beau le savoir, me le dire, mais non, ça n'entre pas. Comme il ne venait ici qu'une semaine par an l'été pour moi, il est actuellement à Paris. Le manque physique n'est donc pas encore là mais il viendra, c'est sur.
Je regarde des photos ... Ne plus le voir, ne plus l'entendre jusqu'à la fin de mes jours, non, je n'arrive pas à le croire.

J'ai des sentiments paradoxaux: d'un côté cette épreuve me donne envie de manger la vie à pleine dent, de vivre doublement pour mon frère, d'être heureux de chacun de mes mouvements, de commencer une nouvelle journée, toutes les choses que mon frère ne pouvait plus faire dans sesdernières semaines et de l'autre, la peine. Comment être heureux dans ces conditions.

Depuis hier nous commençons à écrire les cartes de remerciements. Ptite mère en a fait une belle: une carte blanche avec juste en haut à gauche, taille photomaton, une jolie photo de mon frère qui avait été prise il y a 6-7ans ici, dans le hamac qu'il avait placé pour l'été.
"Je dois vous écrire un mot de remerciement pour le décès de mon frère ... non, C'est bien trop tôt!! Je préfère vous dire à bientôt!" et l'un des mots que j'ai écris.
C'est vrai. Je suis là, devant la carte, je regarde sa photo et je me dis que ce n'est pas possible. Je suis en train de remercier des gens pour son enterrement.

Souviens toi, depuis que nous avons appris sa maladie la phrase qui me revenait contiuellement et automatiquement était: "ce n'est pas possible!" Eh bien aujourd'hui, c'est toujours la même!

La semaine prochaine princesse arrive avec les enfants: une idée de petit Jo qui, lorsqu'il a su que nous allions commencer le déménagement de ptite mère a tout de suite dit: "je veux venir vous aider!"
Ils devraient rester un peu plus d'une semaine puis repartir pour les vacances et revenir à la fin. 
Commencer leurs vacances ici et les terminer ici. Je compte poursuivre ce que faisais mon frère: amener les enfants à la tomber de la nuit, sur les petites routes, à la recherche de biches et de lapins. Pêcher aussi! Alors ça, ça ne va pas être triste: je ne pêche pas et suis incapable d'enlever un crochet que les hommes appellent "hameçon" qui se trouve dans la gueule du poisson! Ils ne souffrent pas parait-il. Ouai, tu parles! Mais même! Il me faudra pourtant me faire violence. Je dois et je veux continuer ce que mon frère a commencé. Il faut que mes neveux aient encore de bons souvenirs de leur enfance.

La photo en illustration est justement la dernière partie de pêche de mon frère, l'été dernier, en fin juillet. Je savais que ces instants étaient les derniers, c'est pour ça que je les avais accompagné et que, discrètement je shootais.

mardi 23 juin 2015

voilà.

Premier réveil seul, enfin, non: ptite mère a dormi ici, comme hier et comme bientôt tous les jours. Nous n'allons pas tarder à commencer son emménagement pour rester dans la dynamique.

Voilà, ce jour tant redouté de l'enterrement de mon frère est passé. Moins catastrophique que ce à quoi je m'attendais. Mon frère aurait été satisfait du déroulement je pense.
Moment le plus délicat lorsque le corbillard entre dans le jardin. Au dernier moment, ses meilleurs pôtes ont demandé à le porter jusqu'au cimetière. Une fois là, nouveau moment douloureux. Musiques, quelques personnes prennent la parole, les larmes coulent mais c'est toujours irréel. Irréel de me dire que dans cette boite se trouve mon grand frère.

Retour à la maison, du monde. Groupes dans notre maison de verre dans laquelle j'avais disposé quelques photos de mon frère, groupes dans le jardin. L'ambiance n'était pas lourde ni chargée de peine, cela faisait un après midi de réception. Ciel bleu est chaleur, même temps que nous avions tous les jours, les étés, lorsque nous étions enfants.

Ptite mère tient encore. Dans 1 à 2 mois nous devons nous attendre à la descente, dixit l'ancien médecin du village que nous avons croisé ma soeur et moi.

Oui, cette mort est toujours irréel. J'ai beau le dire, l'écrire, rien y fait. J'ai l'impression qu'il est parti pour un bout de temps mais un bout de temps seulement.

Hier soir, j'arrosais les fleurs sur sa tombe, tombe qu'il partage avec notre père. Mon père, mon frère, je me disais qu'un jour probable, notre mère s'y trouvera aussi et je serai là, seul à arroser leurs fleurs, un scénation inenviseable aujourd'hui comme demain. 

De voir mon frère dépérir comme ça, petit à petit, perdre jour après jour les commandes de ses membres jusqu'à rester immobile dans un lit, avoir la langue qui pourrie, ses dents qui se collent à ses lèvres suppérieurs, ne plus pouvoir manger, boire, aller aux toilettes.... Tout cela me dit de profiter pleinement de l'instant présent, d'avoir conscience de la chance que j'ai de pouvoir mettre un pied devant l'autre car un jour ce ne sera plus le cas. De profiter des instants aujourd'hui anodins, que je partage avec ptite mère. Aujourd'hui j'ai l'âge ou mon frère avait appris sa tumeur.

Je ne sais plus si je te l'avais écris mais j'ai eu le temps d'annoncer à mon frère que maman allait revenir habiter à la maison. "C'est une bonne nouvelle, c'est une très bonne nouvelle. Il ne faudra pas vous prendre la tête, pas de violence mais c'est une bonne nouvelle." Je vais honorer ses paroles.

Quant à princesse, c'est la métamorphose. Je reçois un texto soudainement, en pleine journée: "je pense à toi je t'embrasse fort". Des embrassades, des acolades, des "je t'aime beaucoup Piel tu sais, je t'aime beaucoup" ... Ma soeur, très suprise de ce revirement de situation, me voyant accepter et recevoir ces gentillesses me demande ce qu'il s'est passé. 
"Rien! Je joue le jeu mais je ne suis pas dupe, je ne le serai jamais. C'est trop tard, bien trop tard. Ces comportements nous en avions besoin sur le moment, quand nous étions au chevet de mon frère et même avant. Tellement facile. Nous avons enduré toutes ces souffrances tandis qu'elle vivait sa vie tranquillement. Une fois fini, elle revient, en fleur, remplie d'amour et de gentillesse. Trop facile Princesse. Ces gestes et ces mots, mon frère aurait tellement voulu les recevoir et nous en être témoin. Pour mon frère et pour ses fils je ne reviens pas sur cet épisode, cela ne servirait à rien, elle pourra me dire n'importe quelles excuses, n'importe quels pretextes, ils seront irrecevables. Discussion sur ce sujet inutile qui risquerait de déclencher une guerre.

"Pas de violence" m'a dit mon frère. Pas de violence.

samedi 20 juin 2015

Réveil.

Café dans le jardin, tout est si calme. À 14h30, plein de monde sera là. 
Voilà, on y est. 

23h40

Derniers instants au calme avant le grand boum demain. Tellement hâte que ce soit passé.

Pas arrêté de la journée pour tout préparer. A l'heure pour déposer Nelly à la gare pour son retour à Paris. 11 jours au lieu de 7, elle a vraiment été cool. Deux heures après je suis retourné à la gare pour chercher une première invitée, fille d'une vieille amie de Mam'. 

22h, c'était au tour de princesse et des enfants d'arriver. Je n'étais pas là mais les enfants faisaient la gueule: chamaillés dans le train, parait-il.

La maison de verre est prête, j'y ai mis quelques photos de mon frère. 

Gazon tondu, aspirateur, courses, allers/retours à la gare, la journée a vite passé. Je l'ai terminé par une balade de plus de deux heures avec mes Patous. 15 jours qu'ils n'en avaient eu! En plus, sous une très belle météo de printemps. Demain, les pauvres, ça ne va pas être drôle pour eux (pour personne d'ailleurs!): pas d'autre solution que de les laisser dans ma chambre durant la cérémonie. J'espère que ça ne va pas être long, j'espère que les gens vont vite partir mais, je ne sais pas pourquoi, je n'en ai pas l'impression. 

Je n'ai tellement pas envie de vivre cette journée si tu savais. Il y a 8 mois j'étais autour de la table de la cuisine de mon frère, avec lui, autour d'un café et il me disait tout: l'évolution de la maladie et de son état à venir... Je pleurais en lui disant que je ne pouvais y croire tant que ce n'était pas là. Il m'avait alors dit: "j'espère qu'ils se plantent et que je suis avec toi ici dans un an autour de cette table à boire un café!" ... 

Eh bien ça y est et très vite, comme c'était dit. Nous avons effectivement franchi les étapes annoncées et 8 mois après il est enterré. Il y a un mois 1/2 il était ici, avec moi, et mangeait encore ses tartines avec son chocolat chaud.

Si seulement je pouvais faire comme avec ce blog: aller en arrière. Mais non, ce n'est pas ça le "jeu de la vie". Dans le mouvement, dans l'instant, dans le présent. Mais là, le présent, woof!

Il faudrait que je sois couché à cette heure ci, demain j'ai le réveil mais je n'en ai pas envie, comme pour repousser au maximum le lendemain.

vendredi 19 juin 2015

Un recommandé

Est arrivé le 11 juin, Nelly ne voulait m'en parler et elle a bien fait! Hors de question que j'y aille tout de suite.

C'est pas vrai bon sang, ne me dis pas que c'est l'histoire du photocopieur boutique qui revient là, maintenant!!!!!

maison.

Sensation de ne pas avoir vécu ces dernières semaines. Je retrouve mes Patous et mon espace. Et pourtant dès demain, tôt, il faut se bouger: faire la balade des Patous qui n'en n'ont pas eu depuis longtemps et qui devront être en plus enfermés dans ma chambre le temps de la cérémonie. Acheter gobelets, assiettes, serviettes. Nous pensons être 40-50. Préparer la maison de verre: enlever draps qui recouvrent les meubles pour l'hiver, l'installer en mode été. Je suis dégouté: le jardin fait de nouveau en friche, beaucoup d'herbes se retrouvent encore dans les cailloux.

A 16h30 je dois ramener Nelly à la gare qui a vraiment été une vraie amie en me m'offrant la possibilité d'être auprès de mon frère ces dernières semaines. Toujours présente à la maison et affectueuse envers les animaux, je savais que mes Patous allaient être biens.

Maman fait la route avec mon frère, dans le corbillard, demain. Au pif on dit qu'ils arriveront vers 18h. Et puis les arrivées s'enchaînent, Princesse et les enfants à 22h et ça continuera le lendemain matin jusqu'à 1/2h avant le début.

Je suis en train d'halluciner. Je suis en train de t'écrire que je suis en préparation de l'enterrement de mon frère. C'est inimaginable. Il y a 3ans encore on ignorait tout de tout cela.
Samedi nous allons faire exactement ce que nous avons fait il y a 11ans pour mon père: cercueil dans le jardin, passage devant notre maison de verre qui diffusera des musiques, direction cimetière à quelques pas de là. Et un autre nom sera gravé sur le caveau familiale. Il n'y avait jusqu'à aujourd'hui que celui de mon père.

C'est un cauchemar éveillé et en même temps irréel. Un romand que j'écris ici, sur ces pages.

J'ai tellement peur de cette journée de samedi, tellement. Des mois que j'y pense et elle est arrivée, il va falloir y aller, passer ce mur de la douleur.

L'avant et l'après.

Tout ce monde ne sera plus là, le calme reviendra. Et là, qu'est ce qu'il se passera.

C'était tellement dur cet accompagnement. Tellement content de l'avoir fait mais dur. Mais tellement rien par rapport à ce que lui a vécu. Voir son frère diminuer ainsi, passer par des phases psychologiques certainement insoutenables pour lui et ne pouvoir rien faire. Être là, le voir dépérir et ne pouvoir qu'attendre. C'est terrible.
J'ai vu la mort le prendre par étape, lentement et en même temps si rapidement.
On dit qu'il n'a pas souffert, je l'espère tant. Sédaté, endormi, comment sait-on vraiment ce qu'il se passe dans sa tête. Je l'espère. En tous les cas avant cette sédation il a eu des moments très difficiles. J'ai peur que ces images me hantent.

mercredi 17 juin 2015

Et le manège continu de tourner...


Jardin du Luxembourg. 

Hommage.

Retour de soirée ou tous les potes du boulot de mon frère avaient organisé un pot au bar ou il avait ses habitudes. Open bar offert par le patron de mon frère, au moins 100 personnes étaient amassées dans la rue, incroyable et touchant de voir autant de monde présent. Que des éloges sur mon grand frère aussi bien sur sa nature humaine que sur son talent professionnel reconnu. Lui aussi bossait dans les médias, comme quoi il n'y a pas que des hypocrites et des requins. Cela reste un domaine d'artistes et donc d'êtres sensibles. 
Il n'empêche qu'il a eu beaucoup de chance de tomber dans cette boîte car en en connaissant déjà pas mal, ce n'est pas partout pareil et ce n'est certainement pas mon ancien boss qui aurait fait ça!

En tous les cas j'ai vu ce soir que mon frère était très apprécié. Je n'en doutait pas mais à ce point là c'est touchant.

Fier de ne pas avoir à me présenter tellement notre ressemblance est grande paraît-il. 

Cette soirée était plus légère que l'après midi: je ne comptais pas y aller mais il m'a fallu accompagner maman voir mon frère au funérarium. Inutile de te développer l'ambiance et notre état.

L'enterrement a lieu samedi dans la plus stricte intimité. Pas d'église, mon frère partira de notre maison de verre au cimetière. Depuis des mois j'appréhende ce jour. 

Je n'arrive pas à croire ce que nous sommes en train de vivre comme je n'arrive pas à croire que je ne reverrai plus jamais mon frère de ma vie. 

mardi 16 juin 2015

Un petit grand message.

Une composition avec un message venus naturellement dans la tête de mon petithomme, 5ans. 

dimanche 14 juin 2015

Un dimanche pas comme les autres.

Un grand merci pour vos témoignages les amis, merci beaucoup. Shooté par la peine et la fatigue il me faut patienter pour remonter. 

Tout juste poser dans ma chambre de bonne ou, bien sûr, je m'effondre en larmes: c'est la pièce de mon frère. Je me lâchais pensant que j'allais avoir la soirée pour le faire mais non: le téléphone sonne: ptite mère et princesse m'appellent à la recousse: petit Jo qui a apprit la nouvelle ne veut pas rentrer à la maison. Je m'apprête donc à y aller. Ils pensent que cela pourrait aider les choses. Je ne sais pas ...

Saint Julien le Pauvre

Avec maman, pour mon frère. 
Pour le symbole, un cierge chacun, les deux plus grands!