jeudi 30 octobre 2014

16:30

Voyage en train sans problème. Mon frère nous attendait sur le quai, à la porte de notre voiture. Contrairement à maman je ne l'ai pas trouvé changé physiquement, juste une marche plus lente, plus tranquille, pas une marche de parisien. 

Nous arrivons à l'heure appartement, déjeuner. Puis vient le moment du café, mon frère me propose d'aller dans la cuisine. Directe je sais que LE moment est arrivée, je pense a mes cachets relaxe qui sont dans la poche de mon manteau, je vais devoir prendre sur moi. 
Moi assis, lui debout à préparer les cafés, la conversation ne vient pas tout de suite. 
-"alors, racontés moi comment ça se passe, quelles sont ces mauvaises nouvelles?" Lui dis-je. 
Il me dit alors que les médecins sont très pessimistes, que la tumeur progresse et progresse vite, que l'opération ne peut se faire car elle rentre en prodondeur dans le cerveau, il y a un eudême.
J'écoute, mon cœur palpite, je ne sais pas comment m'asseoir, que faire de mes jambes. Il poursuit:
"Il faut donc s'attendre à une courte échéance. Dans environ 6 mois, je vais commencer à perdre la mémoire, la compréhension, puis la parole, la vue ne s'arrangera pas, puis se sera le coma et la mort, il faut s'attendre à ce que ça se produise dans un an environ. 
Fontaine, je pleures, mes yeux me piquent. Je mets mes mains devant comme pour me cacher. Nous nous prenons dans les bras et pleurons. En suffoquant il me dit que ce qui l'inquiète le plus sont les enfants et me demande d'être là pour eux. "Il faut que tu sois fort" me dit il. 
"Et quand je pense à toutes les horreurs que je t'ai dis lors de notre clash il y a deux ans", dis-je en pleurant de plus belle.
"Arrêtes, surtout ne reste pas là dessus, je n'y pense déjà plus depuis longtemps, promets moi de ne pas rester là dessus. La vie c'est ça, des clash, des réconciliations....
Je m'effondre encore dans ses bras en lui disant combien je l'aime. 
La porte s'ouvre, c'est Princesse, ma belle sœur. Comprenant la situation elle la referme aussitôt, les enfants étaient à côté, dans le salon. 
Nous restons un bon moment à échanger et à ne rien dire. Mes larmes se calment, s'arrêtent et reprenne de plus belle.
"Ne t'inquiètes pas pour tes enfants, tu sais très bien que je serai là, nous serons la. Ils seront comme mes enfants". Ses larmes mouillés, il exquise un sourire. 
Je suis assomé. Je m'attendais à cette discussion mais une fois les mots prononcés c'est autre chose. Je pleure, ca s'arrête, ça repart. Comme je l'ai dis a mon frère: "ça va aller... Il me faut juste un peu de temps..."

Sur mon chemin du retour, assomé toujours. Je ne me rends même pas compte que je ne vis plus à Paris, pour moi j'ai toujours été là, les 5ans d'absences n'existent plus. Je prends le bus mais ne regarde même pas le paysage, je suis robotisé. Heureusement, le soleil présent me permet de mettre mes lunettes de soleil car je sens que mes yeux sont encore loin de s'être soulagés.

Mon frère me dit qu'il ne l'a pas dit à maman ne voulant pas le faire par mail ni par téléphone. 
"Si tu sens le moment et si tu le veux, tu peux lui dire mais il ne faut surtout pas que ce soit un poids pour toi". J'ai bien senti, et je le comprends, qu'il serait soulagé de ne pas avoir à lui dire. Si nous devons écouter les blouses blanches, il reste 6 mois. Vacances entre temps, maman viendra à Paris dans ce lapse de temps, les opportunités n'allaient pas manquer. Donc je vais devoir lui dire ... Dois-je te développer mes sentiments?...!

Je prends mon casque, mon téléphone et pars marcher au hasard dans les rues de Paris.  

mercredi 29 octobre 2014

23:37

Ok, valise prête sans trop savoir quoi amener. Pluie et froid sur la capitale dès la semaine prochaine. Chambre de Mam prête, ménage, linge, repassage et dernière balade avec les Patous avant une semaine. Il faisait bon et beau, c'était une belle journée avant l'arrivée du cyclone sur la planète piel! Les vents vont se lever, puis viendra l'œil, la casse et la recontruction.
Maman est crevée avec en plus un bon rhume, il etait tant que ce soit la fin du séjour des enfants.

Réveil programmé à 6h15, ca va me rappeler mon rythme boutique, ça va piquer!

Allez, rendez-vous Paris!

Pfff. J-1

Bon, ça y est, dernier jour avant le départ demain pour Paris. Aujourd'hui: préparer mon absence: installer confortablement Mam pour son séjour ici, remettre en route la chaudière, rassembler factures du magasin et passer les donner à mes successeurs pour qu'ils me rembourseent, faire ma valise et bien sur, une grande balade aux chiens, chose qu'ils n'auront pas durant 7 jours.
Ça tombe bien, Gaspard m'a à nouveau réveillé à 7h30 ce matin ce qui me laisse le temps de m'activer. Ah! Ils vont me manquer mes loulous blancs et demain matin, en fermant le portail je vais retrouver la sensation que j'avais lorsque je quittais mon cher Balthazar pour aller bosser la semaine à Paris.

Hier, 10ans de mon petit homme, ça y est, il devient un grand. Je me revois ici t'annoncer sa naissance! Cet anniversaire tombait le jour même de l'inauguration du McDo de la ville alors bien sur, l'endroit du déjeuner été déjà choisi depuis longtemps! Incroyable de voir l'enseigne s'installer ici, qui l'aurait cru. Un monde fou pour ce premier jour. Ça y est, maintenant lorsque je vois la pub tv du dernier burger je peux l'avoir en moins d'une demie heure chez moi! Gnark!

Avant hier, petithomme à voulu dormir avec son pote Gab à la maison, une grande première. Installation d'un grand matelas par terre, ambiance camping, tout pour plaire aux enfants.

Merci pour tes commentaires ici et messages par mail au sujet de mon frère, je les ai bien tous lu, entendu, écouté. Je vais laisser faire l'instant présent et verrai bien ma réaction. Quoiqu'il en soit je suis sur qu'il y aura des pleures. Quand aura lieu LA discussion? Je ne sais pas. Dès demain? Avant le 5 en tous les cas, jour ou ils partent à New York. Sera t-il à la gare à notre descente du train? Sera t-il accompagné de Princesse ou nous attendront-ils tous les deux à l'appartement? Si je suis tout seul à la gare il y aura 3 valises et 2 bambins pour faire le trajet en métro de la gare Montparnasse à St Lazare. Chaud! Je suis sur que dès que j'aurai mis le pied sur le quai l'impression de n'avoir jamais quitté la capitale sera là. Je vais retrouver le bitume, les gens speed qui regardent par terre avec leur casque sur les oreilles, le slalome pour éviter de rentrer dans l'un deux ou marcher dans une merde de chien, le mauvais accueil des commerçants, les klaxons et sirènes (bref, du bruit!), cette chère bonne pollution et tutti quanti! Ne surtout pas regarder l'"autre" dans les yeux, téléphoner en regardant bien autour de soi que personne ne s'apprête à te chourer ton mobile, entendre 1 appel sur 5 à cause du boucan, dire une dizaine de fois dans la journée "non je suis désolé" à la personne qui demandera une pièce ou une cigarette et puis la nuit, plus d'étoiles! Paris quoi! Faire impérativement mon espace, ma bulle bleue, pour ne pas recevoir les énergies lourdes de la ville et de tous ces gens stressés.

Et puis je vais retrouver ma chère petite chambre de bonne, celle dans laquelle j'ai vécu (pas malheureux!) plusieurs années, avec toilettes sur la palier. La dernière fois que je suis venu je me souviens, c'était vers le mois de mars, le magasin n'était pas encore vendu mais sur le point de l'être, la réponse devait arriver à mon retour. En quittant ma chambre pour rentrer ici, à la campagne, je m'étais juré que lorsque je reviendrai je serai libéré de la boutique, je ne pouvais l'envisager autrement. Et c'est effectivement le cas! Je reviens léger mais pour me prendre un autre poids sur la gueule, et quel poids!!! Aujourd'hui, à mon retour de cette semaine parisienne, je saurai. Je saurai la vérité sur l'état de santé de mon frère, plus rien ne sera comme avant. Hier matin il a téléphoné à son fils pour lui fêter son anniversaire. Alors qu'ils parlaient tous les deux, intérieurement je me disais que c'était la dernière fois qu'il le faisait. Y a t-il pensé lui aussi? Certainement.
Si j'ai des retours de mon frère, en tous les cas je n'en ai aucun de ma belle soeur, ce qui me fait penser que le moral n'est pas bon du tout...

Ce séjour va aussi me permettre de retrouver une partie de ma vie d'avant en voyant plusieurs amis que je n'ai vu depuis 5ans, depuis ce fameux changement de vie, celui qui m'apporte tant de problèmes depuis. Je vais devoir énumérer à chacun mes folles aventures.... Gaël, mon employé devenu compagnon qui m'a trompé, trahi, volé au point de faire échouer mon nouveau démarrage et faire fondre mes économies, cet enfoiré de brocanteur qui y a participé, Cathy ma deuxième employée, qui a bossé 3 mois pour enchaîner avec 5 mois d'arrêt jusqu'à son licenciement. La vente à la baisse de ma boutique et, cerise sur le gâteau: la tumeur de mon frère. Et oui! J'avais bien quitté ma prison dorée parisienne pour trouver une vie plus simple, plus calme... Plein succès!!!! Et à la question : "qu'est ce que tu vas faire maintenant?" à part pleurer mon frère et m'occuper de ma famille ma réponse sera "le néant!". Je vais également me garder des moments pour moi afin de faire mon pèlerinage dans les endroits que j'aime et qui m'ont vu grandir, mon cher quartier latin.

Qu'est ce que va me dire mon frère et comment va t-il me le dire, j'appréhende tellement. Je n'ai pas envie, mais tellement pas envie tu ne peux pas savoir. Je n'arrive pas à me voir devant lui et l'entendre me dire qu'il va mourir, l'entendre me parler du futur sans lui, inconcevable.
Vendredi soir j'ai mon diner chez lui avec ses deux bons amis. Je vais le voir rire, manger, vivre en me disant que demain tout ça ne sera que souvenir et ne se reproduira plus jamais. Je n'ai pas le choix que de l'affronter.

Tu le sais, je t'emmène avec moi dans mes valises! La Mascarade et Twitter seront toujours en action!

lundi 27 octobre 2014

Paris, J-3

Il va me falloir répondre au mail de mon frère. Je repousse. Il me propose d'être à un diner qu'il fait avec deux bons amis à lui vendredi soir. Aucune envie car je ne pense pas que j'aurai la super forme mais en même temps s'il m'a convié c'est que ça lui fait plaisir et c'est probablement le dernier auquel je pourrai assister. J'ai pleuré hier soir, j'ai pleuré ce matin et je n'en ai pas terminé. 

Je me projette devant mon frère, je l'imagine m'annoncer sa fin, j'ai tellement peur de ma réaction en m'effondrant, chose qu'il ne faut surtout pas faire mais comment faire. A quelle moment cette discussion arrivera? Les enfants seront là alors seront nous tous les deux à l'extérieur devant un verre ou un repas? Pleurer en public n'a jamais été mon truc mais pleurer il ne faut pas. Il faudrait que je vide toutes mes larmes maintenant, ici, avant mon séjour qui commence jeudi. A moins que les enfants aillent tout de même à l'école avant leur départ pour New York? Cela se ferait alors à leur appartement? S'il m'en parle avant le diner avec ses amis comment j'arriverai à faire bonne figure, le regarder manger, rire, tout en sachant que ...

Je n'ai pas envie d'aller à Paris mais tellement pas envie. Comment avoir "en-vie" quand on sait qu'on va parler de mort. Je ne me sens absolument pas prêt.

Mam va deviner que nous avons échanger mon frère et moi et je suis persuadé qu'elle me demandera les retours elle qui dit ne pas vouloir en avoir, je sais qu'elle le fera. Je vais me retrouver dans la même situation qu'avec mon père lorsque le medecin m'avait annoncé sa fin et que maman attendait dans la salle d'attente. Que devrai-je lui dire? La vérité et la voir s'effondrer ou le mensonge qui repoussera d'un temps cet effondrement. 

Je ne peux croire ce que je suis en train de vivre et ce que nous réserve demain. Si mon corps acceptait l'alcool je m'en servirai pour divaguer mais ce produit me rend malade, pas plus mal tu me diras. 

J'ai envie d'être ailleurs, de tout effacer, tout recommencer. Envie de dormir et ne plus me réveiller, être en paix, ne pas affronter, fuir.

Bientôt ce sera au tour des enfants d'apprendre la terrible nouvelle, cela va être horrible. Comment annoncer à un petit de 4ans le décès à venir de son papa. Et pour le grand qui n'a que 10ans (demain!)... Aujourd'hui je les vois heureux, sourire, vivre à fond dans l'insouciance...

dimanche 26 octobre 2014

18:23

Ce que j'appréhendais dans mon billet de ce matin est confirmé dans le mail reçu cet après-midi de mon frère. Extrait:
Je sais très bien ce qu'il veut me dire. Je flippe à fond. 

Dimanche.

À nouveau deux réveils très matinaux provoqués par Monsieur Gaspard, j'ai pu me rendormir, heureusement. 

Le départ pour Paris commence à se faire sentir: préparer les billets SNCF, choisir la valise, vérifier que quelques tickets de métro soient dans mon portefeuille... Prochainement il faudra que je prépare la maison pour Mam qui restera ici pendant mon absence pour garder les chiens. Ils vont me manquer mes loulous et eux aussi doivent se préparer .... à ne pas avoir de balade durant 7 jours!
J'aime les réveils lorsque que Gaspard voit que j'ouvre un œil il se met à chanter et faire des sons à la "Chewbacca". Ce matin à l'heure d'hiver, c'est toujours avec une moue que j'exécute ce changement, le début du tunnel. Au moins, là, je ne bosse pas, il n'y aura pas les départs pour le boulot dans la nuit avec les retours dans la nuit

Ma descente d'hier après midi s'est éloignée jusqu'à la prochaine fois. J'essaie toujours de me diviser en deux: une partie qui vie le truc, une autre qui observe. Ça m'est arrivé brutalement au volant alors que je venais de quitter la petite famille pour rentrer à la maison. Je roulais, normal, et puis soudainement, des larmes glissent, comme ça, toutes seules sans qu'aucune pensée particulière ne vienne et puis ça a duré, duré, il me faut évacuer. J'ai du me ressaisir parce que quelques heures après je retrouvais la famille pour diner.

Je n'arrive toujours pas à réconforter ptire mère et ça m'énerve. Aucun mot ne sort, ce qui apporte des moments de silence qui me semblent interminables. Je la vois en peine et ne sais quoi dire. Il n'y a tellement rien que je puisse dire, je n'arrive tellement pas à croire en la maladie de mon frère, à me dire que son départ est proche que je bloque, je bug. Comment moi frère, puis-je réconforter ma mère de la perte à venir de mon frère, donc de son fils???!!! Ce n'est pas possible! Si encore je pouvais dire: "ne t'inquiètes pas, ça ira mieux" mais non, elle comme moi le savons très bien. 

Deux mails que j'ai écris à mon frère en 10jours: aucune réponse. Un mail à sa femme: aucune réponse. J'ai tellement peur qu'ils attendent mon arrivée à Paris pour me parler, tellement peur que mon frère m'annonce sa fin et que je m'effondre devant lui alors qu'il ne le faut surtout pas, je suis le seul homme de la famille qu'il restera. Une fois parti il n'y aura plus que ma belle sœur, les deux enfants et maman, point et je dois me montrer fort rien que pour lui, lui qui l'est déjà tant aujourd'hui avec tout ce qu'il vit. Mon petithomme1 va avoir 10ans mardi, la période de l'adolescence va arriver et son papa ne sera plus là pour le recadrer, l'accompagner dans cette période délicate. 

Comme je l'ai déjà écris je crois, c'est mal foutu la vie. Je n'ai pas de famille à moi, rien construit du tout, aucun projet, avec une philosophie de l'instant présent alors que mon frère est tout l'inverse: famille, constructions, projets, sécurité et c'est lui qui devrait partir en premier. Toujours mettre au conditionnel parce que je peux aussi mourir demain.

Mam a eu mon frère au téléphone hier. Il aurait proposé à ce que je dorme chez eux, chose que je n'ai jamais voulu faire, trop bien dans la petite chambre de mon quartier latin, libre de circuler à ma guise et puis je ne me suis jamais senti bien dans leur apparte, je le trouve froid et leur quartier, je n'aime pas (St Lazare), j'ai toujours été rive gauche! Appartement mal conçu, il me faudra dormir dans la chambre avec les enfants, ce qui veut dire un coucher à 21h alors que moi c'est plutôt 1 ou 2h du matin! Mais c'est la première fois que mon frère me propose cet hébergement d'où ma crainte d'une discussion d'hommes à hommes. Hébergement que je ne peux refuser, au moins pour une ou deux nuits car après en plus, je dois pas mal bouger pour voir des amis et comme ces amis bossent, la plus part de mes rendez-vous sont le soir.  J'appréhende aussi beaucoup l'instant ou je vais revoir mon frère. Mam m'a tellement dit qu'il avait changé physiquement, il faut que je m'y prépare. 

Franchement, je n'ai pas plus envie que ça de ce séjour parisien!!!

samedi 25 octobre 2014

18:48

Ça coule ça coule, je n'arrive pas à me retenir. Je me montre fort devant la famille mais après ça lache. Allongé sur mon lit, casque sur les oreilles, à fond musiques "boum boum" pour me donner de l'énergie, tu parles, ça coule. Je retrouve une plaquette de bromazeman, pourquoi pas. 1/2 cachet histoire de me relaxer parce que dans moins d'une heure je reviens devant la famille pour diner, il ne faut surtout pas que l'on devine mes pleures. Je visualise mon frère, ses enfants, Mam, moi, j'angoisse, je me tiens la tête dans les mains comme pour calmer le volcan que je ressens. 
Ça coule toujours. Inmétrisable. Un petit verre de pinault peut être? Un deuxième, un troisième, je ne comprends pas, rien y fait. Je me sens avoir les yeux gonflés et humides. Un sacré palier vient d'être passé et toujours rien par rapport aux prochains.

Allez Piel, respire un grand coup, prend le volant, ne réfléchi pas et va retrouver la famille.

Samedi

Exeption depuis ces derniers mois: j'ai du mettre mon réveil à 8h30 pour retrouver le Meunier du village qui m'a téléphoné la veille: un service à me demander. Sur place, j'apprends que c'est pour signer une attestation pour un habitant suite à son assurance qui ne veut le rembourser après un accident de voiture. Bon. Même si j'apprécie mon Meunier je suis un peu déçu qu'il n'y est eu de sa part aucune prise de nouvelles en ce qui me concerne, connaissant la maladie de mon frère. D'ailleurs je n'avais pas eu de ses nouvelles depuis cet été. Mais enfin, c'est la nature humaine. Je note aussi que certains amis qui me contactaient avant ne le font plus depuis qu'ils ont appris pour mon frère, c'est un comportement connu et ça me rapproche encore plus du monde animal!

Mon frère justement (qui devrait être le sujet principale de ce blog ces prochaines semaines ...) : Lorsque j'ai retrouvé la petite famille hier pour diner, j'ai tout de suite vu que Mam n'allait pas. Elle venait d'avoir ma belle sœur au téléphone. En fait le voyage à New York ne se fait pas le 5 décembre mais le 5 novembre, soit la semaine prochaine!!!! Cela montre l'urgence de la chose, ce qui a fait venir les larmes aussi bien de Mam que de Princesse (belle sœur). Ambiance.
Comme les enfants commencent à poser des questions, Mam a demandé ce qu'il fallait répondre. 
-"Vous pouvez leur dire. Du moins, pas le mot "mort" ou "cancer" mais que la maladie de papa est très grave."
Sympa! Pour moi ça ne fera qu'engendrer encore plus de questions de leur part, ils ne s'arrêteront certainement pas à cette simple explication. Pourvu qu'ils ne me posent pas de questions!

Aujourd'hui je les retrouve pour le déjeuner, mon petithomme a son ami qui se joint à nous (le fils de mon pote Thib) pour un bon poulet frites! J'espère que tout le monde aura bien dormi...

vendredi 24 octobre 2014

vendredi.

10h, j'ai mis mon réveil pour avoir un peu de temps à moi et retrouver ensuite la petite famille d'autant plus que Mam a eu un gros coup de mou hier après avoir eu mon frère au téléphone. Il lui annonce que 2 bons amis à lui ont réunis auprès de 80 personnes de quoi faire une grosse surprise: ils offrent à mon frère ainsi qu'à sa femme et ses enfant, 10 jours à New York dans le grand luxe: grand hotel, limousine, survole de la ville en hélicoptère et j'en passe.
Cela a apporté à Mam un signal d'urgence car c'est après le rdv de mon frère d'1h30 avec les médecins que la suprise s'est ogranisée. Si le mot n'a pas été prononcé, tout le monde en connait la véritable raison. Maman craint que le mal progresse maintenant très vite. C'est au téléphone qu'elle m'explique tout ça en s'effondrant en larmes, émue par cette générosité est attristée par la réalité.
Je me sens nul sans savoir quoi faire, que dire pour la réconforter. Je ne veux pas mentir en lui racontant qu'il va s'en sortir que ça va s'arranger. Ça me met presque en colère. Colère parce que ça me met face à sa maladie que je n'arrive pas à croire et à accepter. Oui, je sais que cette saloperie a pour habitude de vite progresser...

J'appréhende maintenant lorsque je vais me retrouver devant lui la semaine prochaine à Paris. Mam me dit de plus en plus qu'elle l'avait trouvé physiquement changé, affaibli, amaigri. Je verrai bien. Quoiqu'il en soit je sentirai son énergie. La dernière fois que je l'ai vu c'était au mois de mars dernier et déjà, dès que j'ai franchi le seuil de son appartement j'ai senti une énergie "de mort" même si ce therme ne correspond par réellement. C'est très difficle a expliquer avec des mots. Ce sont des sensations que j'ai déjà eu peu de temps avant de perdre des gens de ma famille (père, grand mère...). C'est comme une odeur, je ne sais comment te dire... comme dans la chambre d'une personne agée en fin de vie, un truc particulier s'en dégage. Ça ne cirulait pas dans tout l'apparte mais uniquement dans sa chambre et légèrement autour de celle-ci.

Il n'a pas répondu à mon dernier mail que je lui ai écris il y a une semaine pour en savoir un peu plus sur ce fameux dernier rendez-vous médical et savoir comment son moral allait réellement. Va t-il m'en parler sur place? Et si c'est le cas, comment vais-je recevoir ses propos? Mam, elle, ne veut rien savoir des dernières nouvelles médicales. Mon frère ne lui en parle pas, elle ne lui pose pas de questions. Il parait que dès qu'il est sorti de ce rendez-vous il a vu son meilleur pote et ont parlé longtemps à une terrasse de café. C'est après cette discussion que la chaine d'amitié s'est mise en route. Je ne peux pas me réjouir de cette surprise car cette surprise existe parce qu'il est malade.

Quand j'ai vu hier que j'étais incapable de trouver les mots pour réconforter maman je me suis demandé comme j'allais faire lorsque le terrible moment arrivera. Je regardais ses deux enfants, si jeunes, si innocents, bien loin de savoir ce que nous sommes en train de vivre et ce qui nous attend.

La semaine prochaine à cette heure-ci je suis à Paris et content de revoir de nombreux amis que je n'ai pas vu depuis mon changement de vie, avant tours mes problèmes. Je vais avoir l'impression de faire un bon dans le passé. Même si je n'étais  là non plus pas bien dans ma vie, j'avais bien moins de cicatrices qu'aujourd'hui.

jeudi 23 octobre 2014

Brrrr!

C'était mon premier tweet du jour: "ça y est, on y est, 7° au réveil!". Buée sur les vitres, léger voile à l'horizon, un peu de gel sur le gazon. Après une belle arrière saison aujourd'hui semble montrer la fin des petits déjeuners dans le jardin chauffés par les rayons. Encore plus savoureux de pouvoir rester au chaud sous la couette!
J'aime bien les débuts du changement de saison, ils ont leur charme. Froid dehors, au chaud dans sa maison, les couleurs de la campagnes changent et de nouvelles odeurs arrivent: humidité, feux de cheminées... Bon, après, je m'en lasse vite et attend avec impatience les premiers signes de l'été.

Hier je te racontais le vandalisme de ma boite aux lettres. Sans le savoir, Mam a téléphoné à l'assureur voir s'il pouvait payer. Non: minimum 1000€ de dégâts, nous en sommes loin mais il lui a conseillé de porter plainte à la Gendarmerie au cas ou il y aurait d'autres cas dans le village. Bon, je ne vois pas ce que ça change mais elle l'a fait. Ils sont passés hier après midi prendre en photo les dégâts et Mam doit y retourner ce matin pour faire sa déposition! Tout ça pour ça! Franchement, gendarmes dans les petites régions de province qu'est ce que ce doit être chiant!!! Tu vois les dossiers? Généralement ce doit être des bonhommes qui aiment l'action et là, v'la le truc! J'imagine les débriefs: 
"Officier Martin, vous êtes sur quoi en ce moment?" - "Sur le coup de la boite aux lettres défoncée." - "et vous officier Duchmol?" - "Sur le chien du voisin de Paulette qui aboie"! Quelle adrénaline! 
Je te tiendrai bien sur au courant de ce gros dossier!

Ça y est, j'ai commencé à m'activer dans mon planning parisien. Fred, Rachelle, Elisabeth, Odile, Sandrine, Dominique, Guillaume, ces rendez-vous sont calés. Il me reste David, Jessie, Philippe, Sophie, Nelly .... Je n'aurai jamais assez d'une semaine d'autant plus que la priorité sera la famille. Petithomme1 (pour les nouveaux lecteurs, il s'agit de mon neveu de 10ans) m'a déjà demandé de faire plusieurs trucs tous les deux. 
"C'est chouette que ce soit toi qui nous ramène à Paris, ça fait longtemps! C'est même la première fois que nous allons prendre le train tous les trois! Dis, on pourra faire ça, ça, et ça durant ta semaine?", m'a t-il dit hier. Mouiiiii, bien sur!
Comme pratiquement à chacun de ses passages ici, il me dit la chose que je disais aussi à son âge: "j'aimerai bien habiter ici!!! C'est bien d'avoir un jardin, ça sent bon, c'est tranquille...!" Et il m'a encore relancé pour Disneyland: "On pourra y retourner encore tous les deux et y dormir?". C'est vrai qu'il faut que je m'en occupe seulement je n'ai plus 2400€ qui tombent tous les mois!!!! Même si j'ai des prix, c'est une dépense mais je me dois de la faire, je le lui ai promis. Profiter de ma semaine parisienne serait bien, cela m'éviterai un nouvel aller/retour en train seulement cela ramènerait mon séjour à 10jours, ce qui est un peu beaucoup pour ptite mère qui sera à la maison pour s'occuper des chiens. Dur aussi pour les chiens eux-même qui n'auront aucune sortie autre que le jardin. A voir. Mais si je le fais là, il faut que je téléphone au plus vite à mon "castmember" pour qu'il se charge de me faire les résas et savoir si lui même est disponible pour nous faire entrer dans le parc.

Lors du grand ménage de ma chambre je suis tombé sur ce cendrier:
Quel souvenir! C'était lorsque les parents ont quitté Paris pour venir vivre ici, il y a environ 15-20ans.  Pour l'occasion ils nous avaient invité à diner à la Tour Eiffel, quel bon souvenir. Il n'y avait pas meilleur symbole que celui-ci. A la fin du repas ils avaient demandé au serveur si nous pouvions, mon frère et moi, prendre les cendriers en souvenirs. "Bien sur Madame, pas de problème!". Pas de problème, tu m'étonnes, une fois la note arrivée les cendriers étaient dessus! Pas de cadeau le Jules! Au prix du petit poids ils pourraient au moins faire un effort!

Dossier magasin.
Ouf, j'ai eu confirmation par courrier hier que le RSI a bien eu connaissance de ma radiation et m'a remboursé les sommes prélevées. Tout le monde m'avait dit que cet organisme était une vraie galère à gérer, heureusement, de mon côté ça c'est bien passé. Reste le cas du contrat photocopieur, pas encore de nouvelles... C'est pour cette raison que pour l'instant j'évite d'acheter mes clopes au tabac du village, je n'ai pas envie d'en parler. Du coup lundi dernier, alors que j'étais en panne de clopes il m'a fallu faire 12 kilomètres pour trouver un tabac d'ouvert! Dans ma voiture j'hallucinais: "je fais 24 bornes pour m'acheter des clopes!!!!" C'est l'Amérique!

mercredi 22 octobre 2014

mercredi.

Bon alors maintenant c'est tous les matins: assez tôt (pour mon rythme actuel!), Gaspard gratte la porte pour sortir. Il fait ses besoins et, 5 minutes après, revient se coucher et roupille. Seulement moi, je suis bel et bien réveillé! C'est mon réveil matin à 4 pattes seulement je ne peux pas le mettre en "Off"! Bah! Je me dis que ça me fait bouger et qu'au pire, en cas de grande fatigue (!), j'ai la liberté de pouvoir me recoucher quand je le souhaite. Il n'empêche que chaque matin je profite toujours autant d'être avec mes loulous blancs, de pouvoir trainer avec eux. C'est bon d'avoir du temps tous les 3. Avant je partais à 7h, revenais à 12h30, repartais à 14h45 pour revenir à 19h30, bref, je bossais et eux, m'attendaient. C'est vraiment avec et pour les animaux que j'aimerai bosser. A creuser? En même temps bientôt 44ans et aucun diplôme, dur! La voix des médias que j'ai prise dès mes 17ans ne demandait rien de tout ça!

Hier matin, surprise: on a défoncé ma boite aux lettres!!! Je suis sur que c'est arrivée à 6h30 du matin lorsque j'ai entendu les chiens aboyer comme des fous. Pourquoi? Je ne sais pas. J'avais du courrier en retard à l'intérieur, est-ce à cause de ça? Ça commence à craindre dans ce village dis donc! Entre les deux mecs qui sont entrés dans mon jardin cet été et ce coup-ci, heureusement que j'ai des chiens! C'est certainement leurs aboiements qui ont fait fuir, là aussi,  les loustiques car si la boite est défoncée, ils n'ont pu terminer leur "travail".

Depuis deux jours, ça y est, je me suis enfin activé dans le grand ménage de ma chambre. Un peu réaménagé, tout propre, ça fait vraiment du bien. Depuis le temps que je voulais le faire...
Ça m'occupe l'esprit et c'est mieux que de le faire en scotchant devant des écrans. Ok ,il faut dire que le fait d'avoir mes neveux pour les vacances m'a pas mal boosté pour que tout soit nickel.

C'était hier que mon frère a eu sa première nouvelle chimio par injection. 4h30 de retard!!! Il devait commencer à 10h20, il en est ressorti en fin d'après midi!!!! Apparemment il n'a rien senti et s'est même endormi. Tant mieux! Maintenant, de nouveaux effets secondaires vont-ils apparaître?
Nous avons donc ses enfants avec nous pour les vacances depuis lundi soir. Jusqu'ici tout va bien. Les vacances de la région sont les mêmes que celles de Paris du coup, ils s'amusent avec quelques petits voisins. Je les ramène le 30 novembre ce qui m'obligera à faire mon séjour à Paris que j'ai annulé la dernière fois. Je veux passer du temps avec mon frère (quand il ne dormira pas!) et voir plusieurs amis que je n'ai pas vu depuis mon changement de vie, soit plus de cinq ans aujourd'hui. Malheureusement je ne pourrai pas voir tout le monde. Il faudrait peut-être d'ailleurs que je commence à les contacter pour les prises de rendez-vous.

Le moral? Occupé par le ménage, occupé par mes neveux, c'est correct mais je sens un poids qui ne me quitte pas, probablement du à la situation du frangin. Certaines fois, j'essaie de penser très rapidement à mon avenir professionnel: hop! Je zappe direct car tout de suite c'est le black out total avec angoisses qui arrivent, ça n'a pas changé. Alors cool Piel, encore besoin de repos. En décembre je vais toucher la vente de la boutique. Même si au final j'ai beaucoup perdu, cela mettra un peu de beurre dans les épinards. Monsieur Rocambole (!) je vais t'écrire prochainement parce que j'ai eu le retour de ma comptable pour le RSA, je ne comprends rien et elle, ne bossant plus pour moi, semble vouloir faire le moindre effort. Ah! Dès qu'il n'y a plus d'argent les comportements changent! Apparemment je ne lui ai pas envoyé le bon formulaire, je lui ai envoyé celui pour les "commerçants et artisans". Aujourd'hui je ne suis rien, je n'entre dans aucune case et ne sais quel formulaire je dois remplir. Les papiers, les papiers .....

lundi 20 octobre 2014

lundi.

Les demandes de sorties matinales se font de plus en plus fréquemment de la part de Gaspard ce qui, forcemment, me réveil. Il était 8h30 ce matin mais ce n'est pas plus mal j'ai prévu de faire le grand ménage de ma chambre aujourd'hui, bibliothèque comprise, boosté par mes petits car c'est ce soir qu'ils arrivent pour les vacances.

L'appel téléphonique hier soir pour me donner les dernières nouvelles n'était pas bon. Alors que mon frère n'a pas eu de traitement ces derniers jours, maman le trouve soudainement de moins en moins bien, une sensation qu'à certains moments, à table par exemple, il part quelque part, ses pensées ne sont plus là, ses sourcils sont tendus et son regard ailleurs.  Sa fatigue est de plus en plus présente, il n'arriverait même plus à porter son fils et passe son temps à dormir. Ptetithomme 1, le plus grand qui a 10ans commence à poser des questions.... "¨pourquoi il dort autant papa? Piel a aussi eu une grosse maladie comme ça?" (pour rappel, ses enfants pensent que leur papa est épileptique, point). Mam' est contente que ce soit moi qui ramène les enfants après les vacances pour que je puisse voir mon frère encore en forme. Bref, alors qu'en début de semaine elle le trouvait bien, soudainement en quelques jours son état aurait beaucoup changé, probablement du au fait qu'il ne peut se faire opérer. Il parait que c'est une fois avoir appris cette mauvaise nouvelle qu'il a changé. Son rendez-vous avec le médecin aurait duré environ 1h30, preuve que nous ne savons pratiquement rien parce que les seuls retours que nous avons eu de cet entretien étaient néant à part : "le chirurgien refuse d'opérer, trop risqué, risques de devenir hémiplégique", point, soit une info qui demande 5 minutes de rendez-vous. Parler une heure trente, c'est une sacrée discussion. Qu'ont-ils pu se dire?

Est-ce en raisonnance? Je n'ai pas du tout envie de voir du monde ces derniers jours, tout comme Mam' apparement. Lors de sa semaine parisienne, alors qu'avant elle en profitait pour voir des amies, là, rien, elle même le dit: "je n'ai pas envie de devoir donner des nouvelles...". Ce week-end, Claire, Muriel ou encore Thib m'avaient chacun leur tour proposé de nous voir... Je n'ai pas donné de suites.
Je suis comme la Terre, je commence à entrer dans ma phase hivernale. Cet hiver sera rude.

Néanmoins dès demain il va falloir que je me bouge pour soulager de mon mieux maman pour la garde des enfants avec comme toujours, l'appréhension de ne pas savoir les occuper et qu'ils s'emmerdent!

samedi 18 octobre 2014

samedi.

En devinant de mon lit le ciel bleu qu'il y a dehors, je m'attends à prendre mon café dans le jardin mais c'est oublier que nous sommes à la mi-octobre, le soleil ne chauffe plus comme hier, je me lève juste pour prendre mon bol et me faufile tout de suite à nouveau sous la couette, il est 10h30.

Nouveau rendez-vous hier avec des médecins pour mon frère. Sa nouvelle chimio par injection commence mardi, ils l'ont mis un mois en arrêt. Très surpris d'apprendre qu'il est content de cette pause dans le boulot alors que régulièrement il dit vouloir bosser jusqu'au bout, que c'est très important pour lui, qu'il ne se voit pas rester à la maison, etc ... Je pense que les infos que me transmet ptite mère sont plus que filtrées (pas par elle même mais par les médecins puis mon frère).
Ce qui inquiète le plus mon frère est sa vue qui s'en va. Il aurait dit avec sarcasme:"Bon ben je vais devenir aveugle et puis voilà!". Soit avec cette saloperie de maladie on passe par plusieurs paliers émotionnels, soit il y a un truc qui cloche, soit les deux. Les réactions de mon frère ne me semble pas coller avec la réalité. Contrairement à moi qui poserait pleins de questions, maman elle, non, elle se contente du peu de communication qu'elle a de mon frère quitte à s'angoisser et s'inventer des réponses elle-même. Elle préfère le laisser tranquille, ce que je comprends aussi.
Est-ce vrai? Est ce que petit à petit la tumeur va appuyer sur des points du cerveau qui, petit à petit, lui enleverront la vue pour enchainer avec je ne sais quoi d'autre? J'ai peur que oui. Je visualise cette putain de tumeur comme un liquide qui se répend petit à petit sur des circuits électriques et qui, doucement, fait disjoncter tel et tel trucs sur son passage. Comment le réconforter. Nous ne pouvons lui dire: "ça va aller", oui bien: "ils vont trouver le remède", etc ...Lui comme nous connaissons très bien la finalité de cette saloperie. Mon frère a montré à maman hier un sketch de D.ieudonné sur le cancer que ni elle ni moi ne connaissions. Je viens de le regarder...http://youtu.be/b0GDq-R76fY. Elle n'a pas vraiment apprécié, ce que je comprends. Etonnant que mon frère est voulu lui montrer ce skectch. Est-ce un moyen de transmettre quelque chose?

Apparemment il souhaite partager pleins de trucs avec ses enfants, comme s'il préparait son départ. Il envisage de partir cet hiver à New York avec toute sa petite famille et, si son état le lui permet, partir en bateau vers les côtes Bretonnes au mois de mai. J'espère vraiment qu'il pourra réaliser ces voyages mais entre toi et moi si la tumeur avance à chaque fois de 20% par mois comme c'est le cas depuis deux mois, dans 7 mois ou cela en sera??? J'ai tellement peur de demain, tout ce qu'il ne faut pas!!! Il ne faut pas entrer dans la peur et vivre le présent mais c'est tellement difficile.

Je vais essayer de terminer ce billet plus léger, avec ma simple, très simple vie quotidienne dans ma province. Déjà, je dois noter que cette semaine, aucune galère côté boutique: pas de nouvelles du photocopieur, pas eu mes repreneurs, pas de mauvaises surprises, pourvu que ça dure.
Par obligation parce que la grosse flemme était là, je suis allé faire mes courses à Inter, pas des grosses car je me doute que nous y retourneront dès la semaine prochaine lorsque les enfants seront là. J'ai payé  mes impots: ma taxe foncière parisienne, il était moins une. J'arrive à la poste à 17h mais c'est oublier le rythme provincial: c'était avant 16h30 qu'il fallait passer!!!! Heureusement, je connais la postière qui m'a gentiment mis les coups de tampons de la date entre deux clients, pour le coup l'un des bons côtés de la province car à Paris je ne pense pas que l'on m'aurait rendu ce service mais en même temps ce service à Paris n'aurait pas été utile car les dépôts postaux sont bien plus tardifs. Il faut que je m'en souveinne pour ..... le mois prochain!!!! Il sera alors temps de payer la taxe d'habitation. Payer, payer, payer, on ne fait que ça.

En circulant dans la ville j'ai vu que l'ouverture du Mc Do prend de plus en plus forme, cool! Les murs sont montés, les tables extérieures aussi et plusieurs affiches indiquent la direction du resto. Un Mc Do ici! Un truc de dingue!!!! Enfin! Quand je verrai la pub d'un nouveau burger je pourrai l'avoir chez moi dans la demie heure et, si j'ai un creux à 15 ou 21h il y a aura toujours moyen de manger un truc car oui, ici tu peux manger entre 12/14h et 19/20h, en dehors de ces heures, tu oublis! 

Mon téléphone vient de sonner, c'est l'appel quotidien de ptite mère pour les nouvelles. On y revient! Mon frère et sa famille sont invités à déjeuner chez les voisins avec d'autres amis. Bien qu'elle eut été invité, elle n'a pas envie d'y aller. Comme toute cette semaine, elle n'a pas eu envie de voir d'amis:"Je n'ai pas envie de devoir donner des nouvelles", m'a t-elle dit, "j'ai envie d'être tranquille". Ce que je comprends pleinement, je suis pareil. Elle m'appelait de la Fnac St Lazare et comptait ensuite aller au Jardin du Luxembourg  avec le beau temps qu'il y a aujourd'hui à Paris, comme ici.  Ah ce jardin, c'est notre berceau, notre quartier, nos heures de vie heureuses avec toute la famille réunie, je sais que c'est pour retrouver un peu de cette énergie qu'elle va là bas, je fais pareil quand j'y suis. Lorsque je lui demande ce qu'elle va manger, elle me sort:"ho! Un sandwitch, une merdouille sur le chemin". Je l'ai alors presque ordonné de se faire le bon resto chinois qu'elle apprécie rue de Tournon. "Ça va me couter de l'argent, c'est cher", me répond t-elle. Comme elle dépense à droite à gauche pour la famille je lui ai demandé de penser un peu à elle et de dépenser son argent pour elle. Ce n'est pas tous les jours qu'elle peut aller à ce resto rue de Tournon. "Oui tu sa raison", me dit-elle. J'espère qu'elle va y aller.
Elle trouve mon frère changer, ce qui n'était pas le cas au début de son séjour. Son regard ressemblerait à celui de papa quand il était malade et certaines fois il a le regard dans le vide… Ça me fou les boules qu'elle endure cette épreuve cauchemardesque toute seule. Si pour moi c'est dur, qu'est ce que ce doit être pour elle!!! Perdre son enfant, on le sait, c'est la chose la plus terrible pour une mère. Néanmoins aujourd'hui elle garde la tête haute et se montre forte, comme toujours. "Mère courage" comme l'appelait sa mère et c'est si vrai. Je suis adminratif de sa force.


mercredi 15 octobre 2014

mercredi.

Balade, jardinage, très belle journée météo hier qui ne se renouvelle pas aujourd'hui: ciel couvert avec possible passage de pluie dans l'après-midi. Depuis des mois j'aimerai faire le ménage entier de ma chambre, vider la bibliothèque, dépoussiérer chaque recoin. Aujourd'hui peut-être? En tous les cas je ne peux pas repousser les courses à faire, mon frigidaire commence sacrément à être vide. Ça fait longtemps que j'en ai envie mais sans agir: devenir végétarien. Je suis tombé hier sur cette vidéo:

Ce n'est malheureusement pas la première fois que je vois ce genre d'images sans arriver à réellement regarder jusqu'au bout mais là, je me suis forcé et j'ai même enchaîné avec d'autres vidéos disponibles sur le site L214. Ne pas se voiler la face, regarder, assumer. Une horreur! Lapins, vaches, chevaux, cochons, poissons, tous y passent. Même si je sais bien que ce n'est pas parce que le Piel ne va plus manger d'animaux que leurs vies iront mieux je sais néanmoins que cette horreur et ce stresse qu'ils vivent restent dans leurs corps que l'on mange ensuite. Après, faire ses courses devient encore plus délicat et c'est entre autre pour ça que je ne m'y étais pas mis. En regardant le site web d'Inter pour faire mon panier je vois que je serai vite lassé tellement il y a peu de choix. Mais il faudrait que j'essaie quand même ....

Pour rester dans les animaux: Gaspard.
Il m'inquiète: depuis plusieurs jours il se lèche fréquemment et avec abondance ses pattes avant alors qu'après avoir bien regardé, je ne vois rien. J'ai peur que ce soit la chute qu'il a fait lorsqu'il était petit: tombé d'environ 10 mètres de haut! A l'époque il ne semblait rien avoir mais peut-être que ce n'était pas le cas et qu'aujourd'hui sa croissance réveil un problème. Mon amie Véto est en vacances depuis hier, à son retour je prendrai rendez-vous pour demander une radio. En attendant je vais réduire le temps de ses promenades par précaution.

Paris.
Pas eu de nouvelles particulières hier si ce n'est que je suis obligé de ramener les enfants après les vacances: ptite mère à pris pour moi un rendez-vous chez un nouveau dentiste!!!!! Grr!!! Pas bête, elle sait très bien que je n'allais pas le faire. Tu sais, c'est au sujet d'un problème récurant que j'ai à une dent qui, 2 ou 3 fois par an, me lance et me fait mal. Seul l'huile essentielle d'"arbre à thé" me soulage et fait passer la crise. Mon ancien dentiste me disait qu'il s'agissait d'un déchaussement appelé 'la maladie du fumeur" mais l'opération en elle même que mon frère a déjà fait ne me dit rien du tout!!! Bon, au moins, il regardera et me confirmera ou non ce problème. Grumpf.

Bon, voilà, je crois que j'ai fait le tour pour ce matin.

mardi 14 octobre 2014

mardi.

J'ai effectué ce que je m'étais fixé à faire hier: appeler notaire et rex rotary pour mon dossier "photocopieur". Comme je le pensais, le notaire ne peut rien faire. "Regardez le contrat..." m'a t-il conseillé. Merci monsieur. Quant à Rex, ils m'ont un peu rassuré: "Ne vous inquiétez pas plus que ça, je vais appeler la société de financement mais quand bien même, votre contrat est une somme dérisoire pour eux, ne payez pas. Ils vous feront une ou deux relances puis abandonneront, les frais de justice leur couteront plus cher que votre contrat, nous avons déjà eu des cas de ce genre." Ouf. Il me rappel probablement la semaine prochaine pour me donner le retour de la Sté de financement. Je me suis senti plus léger en raccrochant.

Nouvelles de Paris.
Ptite mère m'appelle quelques heures après son arrivée et m'apprend que mon frère est en rendez-vous avec son chirurgien, il est possible qu'on l'opère à nouveau. Quelle nouvelle! Mais ça n'a pas été long. Malheureusement, à son retour, la réponse est négative, le chirurgien refuse: bien trop risqué, il pourrait devenir hémiplégique. Grosse déception. Finalement, il refuse la pose d'un cathéter, probablement à cause des souvenirs de mon père. Il va donc se faire injecter la chimio par perfusion jusqu'à ce que ses bras l'acceptent. Mais après, comment va t-il faire??? Question que j'ai posé sans réponse. Avant cette mauvaise nouvelle, maman avait trouvé mon frère avec un bon regard, une bonne tête, ce qui, bien sur, en fin de journée, avait changé.
J'appréhende cette nouvelle chimio. Jusqu'ici il n'en a eu que par cachets et les effets secondaires principaux n'étaient qu'une grande fatigue. Papa, avec une chimio injectée, avait bien plus d'effets comme de forts vomissements. Ce qui aide beaucoup mon frère à tenir aujourd'hui est qu'il peut continuer à bosser, j'espère que ce sera toujours le cas avec le nouveau traitement si non son moral en prendra un sacré coup.

J'essaie de me montrer fort lorsque je suis au téléphone avec maman ou en face d'elle mais à l'intérieur je suis en miettes! J'entends dans sa voix la douleur qu'elle a. Comment arriver à réconforter   l'un omme l'autre?! A part dire : "il faut être dans le présent", qu'est ce que tu veux dire de plus? "Ça va aller, ça va s'arranger, etc ..." nous savons très bien que ce n'est pas le cas et que ce que nous vivons aujourd'hui n'est rien par rapport à demain. Aujourd'hui mon frère est malgré tout en pleine vie. Il bosse, voit des amis, seule la fatigue rappel la maladie.

lundi 13 octobre 2014

lundi.

Allez, ce matin j'ai mis mon réveil à 9h dans le but de régler mon problème de contrat photocopieur et m'activer un peu plus dans ma journée. J'aime tellement prendre mon temps au petit dej., ne touche mon téléphone que deux heures après (et encore!), que j'ai préféré faire sonner mon lever pour pouvoir trainer avant de m'activer. Mais, ce ne fut pas la peine, vers 8h15 Monsieur Gaspard gratte la porte pour sortir.

A reculons je vais donc devoir appeler le notaire pour voir s'il a une solution pour me sortir du merdier du photocopieur. Je ne vois vraiment pas ce qu'il pourrait me proposer mais puisque c'est un conseil de Rex Rotary, je vais m'exécuter. Rex Rotary a qui je vais également demander d'essayer de faire le médiateur avec l'organisme de financement, c'est la moindre des choses.
Je vais également me pencher sur les formulaires de demande de RSA seulement Ils demandent des infos que je ne comprends pas. Je vais essayer de joindre ma comptable qui n'a pas répondu à mon mail sur ce même sujet envoyé il y a plus d'une semaine. Mon bas de laine commence à se vider à force de faire des virements tous les mois, il va vraiment falloir que je demande de l'aide à notre chère société, la même qiu me demande de payer entre aujourd'hui et mercredi: la taxte foncière de mon studio parisien, ma taxe d'habitation d'ici et son assainissement, soit 3 impots d'un coup qui me coutent presque 1000€!!! Une grosse somme quand tu touches 0€/mois! Bref, aujourd'hui tu l'auras compris, je m'attaque à ma procrastination en faisant toutes les choses que je n'aime pas.

Mauvais week-end, ma baisse de moral a continué. L'état de mon frère ne me quitte pas et tous les à-côtés  s'y greffent. Je me sens paumé. Plus de boulot, plus d'argent, bientôt plus de frangin, j'ai du mal à voir demain. Ça passera, je le sais. Aujourd'hui peut-être. J'espère. Déjà en réglant les "petits problèmes" je serai plus léger, encore faut-il qu'ils se règlent...

Ptite mère est dans son train pour Paris depuis 1/2h. Retour lundi prochain avec nos deux bambins. Hier soir elle m'a proposé que ce soit moi qui les ramène après les vacances histoire de me faire ma semaine parisienne. Oui, pourquoi pas.

samedi 11 octobre 2014

c'est une belle journée?

Réveil, café, cigarette et écriture, ce sont mes rituels du matin. Ecriture que je ne fais toujours plus sur mon application "Pages" qui m'a tout effacé, comme tu le sais, il y a quelques jours. Quand je disais sur mon post d'hier que ce blog me crée de vrais liens avec certains d'entre vous ... L'un de vous s'est gentiment renseigné pour moi sur ce problème. C'est pas gentil ça??!! Bon, malheureusement, des infos qu'il en a retiré: j'ai tout perdu! Seul Apple pourrait peut-être retrouver mes textes mais je suis étonné car aucune alerte n'est arrivée lorsque j'ai décoché cette fameuse case "iCloud. Le plus souvent tu as un message "push" qui te prévient que cette action sera irrévercible, là non. Il va donc falloir que j'appel la pomme la semaine prochaine mais je ne sais pas pourquoi, je doute beaucoup sur l'aide qu'ils pourront m'apporter car celle-ci ne leur apportera pas d'argent! Apple répond t-il à toutes les personnes qui ont un problème avec une appli? Ce serait bien mais étonnant, je te tiens au courant!
Le problème qui me pèse le plus aujourd'hui c'est ce foutu contrat de photocopieur au magasin. Si là aussi l'un d'entre vous aurait une aide, une solution, des renseignements, etc... Ils sont les bienvenus!!
J'échange par mail sur ce problème avec mon amie Madeleine qui a vendu il y a quelques années son magasin de presse. Elle avait eu un problème similaire: ses repreneurs n'avaient pas fait les démarches nécéssaires  du coup le contrat de ses photocopieurs étaient encore sous son nom. Avocat, elle a gagné, la justice ayant dit que le contrat était signé en tant que commerçant hors, aujourd'hui, elle ne l'est plus. Espérons que ce soit la même chose pour moi mais ça me fait chier de devoir à nouveau passer par un avocat. Cela demande du temps et de l'argent avec l'angoisse des menaces que l'organisme de financement m'enverra en attendant la clôture du dossier et en espérant que, comme Madeleine, je m'en sorte gagnant! Qu'est ce que ce magasin m'aura couté de l'argent!!!!! Il va me plumer jusqu'au dernier denier! Je n'ai jamais eu autant de galères ici qu'à Paris! A Paris, jamais de contact avec la justice et les avocats, ici oui grâce à mes deux anciens amployés et voilà pas qu'il va falloir que je recommence une bataille pour ce foutu contrat?! C'est un petit village calme mais les apparences sont trompeuses!

Hier, mauvaise journée. Comme prévu je suis allé aider mon pote Thib pour les travaux de sa maison. Je devais peindre mais ... Il n'avait plus de peinture. Je ne l'ai alors qu'aidé à porter de grandes planches du rez-de-chaussé au 1er et nous avons bu un coup, puis deux, puis trois. Attention, ce n'était que du cidre! Lui aussi je ne le trouvais pas spécialement en forme et comme c'était aussi mon cas et que nous n'avions plus rien à faire je suis rentré chez moi pensant passer chez ptite mère en route pour l'embrasser mais même pas, je me sentais sans énergie et je sais qu'elle l'aurait remarqué. 
Thib est un pote que j'adore, mon ami d'enfance, une sorte de frère mais il n'est pas un pro de la communication et même si je lui raconte mes problèmes, il ne sait quoi me répondre, il y a de longs moments de silence et si je n'active pas la conversation, le silence perdure. Pas de force hier pour le faire. Et là, j'ai vécu un petit moment de descente avec des idées noires, des peurs, aucune motivation. Je sais que c'est ce foutu contrat photocopieur qui m'a mis un coup, a pesé dans la balance du négatif et a entrainé tout le reste Je n'ai même pas fait la balade des chiens, c'est pour dire!
Alors j'ai laissé passer et attendu. J'ai allumé la télé sur n'importe quelle chaine en me disant qu'il me fallait me changer les idées même avec un programme très con et comme ce n'est pas ce qui manque j'en ai trouvé un tout de suite que je n'avais encore jamais vu: "séduis moi si tu peux" sur W9, une sorte de "tournez manège" de 2014: un mec se présente devant 25 nanas qu'il doit buzzer jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une avec qui il pourra passer un diner privé. Le mec comme la fille deviennent un produit, un truc que tu prends ou que tu jettes, super romantique le concept. Ça ne vaut pas "Next" tu me diras! Tout est pretexte pour passer à la télévision maintenant. C'était un peu trop pour moi alors j'ai quitté l'écran pour faire la vaisselle qui m'attendait et l'ai retrouvé ensuite avec mes programmes quotidiens: "C à vous", Barthes et mon prime time qui était sur l'histoire du Splendide que proposait D8. De l'humour, du divertissement, c'est ce qu'il me fallait.

Comment va se passer cette nouvelle journée. A l'heure ou je t'écris, je n'ai rien de prévu, il n'y a que maman qui doit venir dans une heure me saluer après son rdv coiffeur qu'elle a dans le village car même si elle a déménagé "en ville", elle reste fidèle à notre coiffeuse rurale!
Car lundi, elle part à Paris et comme avant chaque départ, c'est coiffeur, elle a trop de difficulté avec ses mains pour se coiffer "à la parisienne"!
Elle aussi je sens bien que ce n'est pas la grande forme en ce moment. Mon frère bien sur. Je sais bien que ma descente est aussi due à ça mais nous restons sur notre schéma familiale: nous le gardons chacun pour nous. Mais même sans parole l'un comme l'autre sait très bien quand l'autre ne va pas.
Ça va lui faire du bien d'être une semaine auprès de mon frère. Et puis elle va revenir avec nos deux petits monstres, ça va aussi aider (mais aussi beaucoup la fatiguer).

12h40: ptite mere vient de passer prendre un café. Nous parlons de mon frère, elle m'apprend qu'elle avait envie de profiter de son séjour parisien pour prendre rendez-vous avec son oncologue afin d'avoir des informations sur son réel état de santé. Je lui ai déconseillé sans l'accord de mon frère d'autant plus que je ne suis pas sur qu'il est le droit de divulguer des infos et quand bien même, ils ne disent pas la vérité. Alors je lui ai lu le dernier mail que mon frère m'a envoyé, celui que je t'ai posté, car elle n'avait pas toutes ces infos. Elle s'est mise à pleurer. Merde alors. J'ai tenté de la réconforter en lui disant que nous devions vivre dans le présent. Plus pour me faire plaisir, elle a réussi à se ressaisir. Heureusement parce que je n'étais pas loin des larmes moi non plus. Je me suis dis qu'il me fallait lui donner les dernières infos qu'elle n'avait eu puisqu'elle était en demande et c'est tout à fait normal. 
C'est une bombe qui nous attend. C'est une bombe. 

vendredi 10 octobre 2014

à l'ouest.

Bon eh bien finalement, pas d'achat de lapin nain! J'y suis allé hier, le petit marron était toujours là. Je me suis mis devant sa cage, l'ai regardé, tourné un peu autour, et là, j'hésite. Le vendeur de la dernière fois qui était très sympatique et semblait bien s'y connaître n'était pas là, s'en était un autre pendu au téléphone qui nous voyait avec un peu en hésitation mais sans pour autant venir, il ne me faisait pas confiance. Dans mes recherches il était dit qu'en cas d'achat en animalerie il fallait bien se renseigner sur l'âge du lapin (il doit avoir entre 7 et 8 semaines), sa race (est-ce bien un nain) et faire attention à ce que le vendeur ne nous vende pas tout et n'importe quoi en accessoires, ce qui est commun.
Je regarde à nouveau le lapin qui semble bien s'entendre avec un ou une autre lapine qui se trouve aussi dans sa cage. Alors non, vu mon hésitation et sa bonne entente qu'il semblait avoir avec son congénère j'ai préféré le laisser là. Je ne te dis pas que je n'en prendrai pas un demain, mais sans savoir pourquoi, il y a un petit blocage. Depuis que j'ai vu ce lapin la semaine dernière il y a eu plusieurs fois des freins: je devais l'acheter tel jour et puis j'ai remis au lendemain, puis le lendemain un imprévu m'a fait remettre au sur lendemain, puis le sur lendemain un nouvel impérvu m'a fait repousser jusqu'à hier. Quand les choses ne sont pas fluides, quand il y a des résistances, je prends toujours ça comme un signe. Et puis je dois dire qu'hier, l'appel téléphonique que j'ai eu à mon réveil avec la mauvaise nouvelle au sujet du photocopieur de la boutique (voir post suivant!), m'a bien descendu et angoissé pour toute la journée. Qu'est ce que ça me fait chier cette nouvelle histoire!!! Cette boutique va me plumer jusqu'ou??!! La société Rex Rotary me conseille de téléphoner à mon notaire pour voir s'il y a une solution hors je ne vois pas ce que le notaire pourrait faire: j'ai transmis un vieux contrat dont les dates ont été stipulés dans l'acte de vente, les repreneurs ont signés pour telles dates, aujourd'hui ils veulent rompre ce dit contrat, point. Modifier l'acte ne changerait rien: les repreneurs n'accepteront pas de signer avec une date qui repousse de 4ans la fin d'abonnement! 
Appeler ce même notaire que j'ai incendié il y a 10 jours parce que je continuais à être prélevé du RSI parce qu'il n'avait pas envoyé un formulaire et lui demander aujourd'hui de l'aide? Délicat! Et justement, alors que ce dossier semblait être clos depuis hier car j'ai reçu un Kbis stipulant ma vente, vlan! Une autre galère (celle du photocopieur) prend directement la relève! Ralebole!

Je suis complètement paumé ces derniers temps, je ne sais pas ce que je veux, n'arrive pas à trouver ma place, en perpetuelle hésitation. Je devais aller en Angleterre, finalement j'annule, je devais aller à Paris, finalement j'annule, je devais m'acheter un lapin, finalement j'annule, oui, je ne sais vraiment pas ce que je veux et jusqu'à la télé hier soir: je n'ai pas cessé de zapper sur 2 chaines qui proposaient un programme totalement différent: "Ainsi soit-il" sur Arté et "les rivières pourpres" sur France 3! Impossible de savoir sur quelle chaine je voulais rester!!!

Et puis alors je me sens de plus en plus m'éloigner du Monde que je comprends de moins en moins. Exemples dans les infos de cette semaine: si j'ai bien compris, un médicament existe pour guérir les malades de l'hépatite C mais le laboratoire vend la pilule 53 000€ auxquel il faut rajouter 35 000€ pour une autre qui va avec le traitement!!! Pour 3 mois de traitement cela coute  presque 100 000€! Hors, le coup net de fabrication s'éléverait approximativement à 100€!!! Bien évidemment, la CPAM refusant de régler ces factures, peu de malades peuvent y avoir droit. Il faut vraiment être au stade ultime de la maladie -et encore- pour que ce soit accepté. Ce n'est que du busness! On fait du busness sur notre dos pour tout et dans tout! Je ne sais pas si tu as vu le reportage "cash investigation" cette semaine sur l'industrie du tabac ou l'on apprend, entre autre, que plus il y a de morts du tabac mieux c'est pour la société et les fameuses retraites. Et on va te faire chier à t'interdir de vapoter dans les lieux public! Du n'importe quoi.
Et puis alors dans les problèmes du monde aujourd'hui nous avons "l'affaire" Bedos et son canular sur France 2 ou cela crée tout un débat avec le CSA qui va se pencher sur une possible sanction.
Tout est interdit maintenant, le moindre faux pas, bang! Et encore, faut-il parler d'un faux pas?! Non, un simple canular qui a été annoncé en fin d'émission. Je me souviens très bien de la dernière "Ciel, mon mardi!" ou il y a avait eu plus d'une heure d'un débat qui s'est avéré, à la fin de l'émission, être un faux joué par la ligue d'improvisation. A part avoir salué ce coup réussi, ça n'avait pas été plus loin.
Alors pourquoi aujourd'hui ne pas dire "bravo Bedos, tu as réussi ton coup!", point.

On s'enfonce de plus en plus dans les peurs, les interdits, les sanctions. J'ai envie de dire: "ça me fait peur!" mais non, surtout pas! Cela m'attriste et je me retrouve de moins en moins en connection avec cette société, c'est grave docteur?

 Ah oui! Et puis il y a le "mariage pour tous"! Je n'ai jamais trop compris ce titre. D'instinct pour moi: "mariage pour tous" cela veut dire: "tout le monde peut se marier". Mais là, non, la manifestation de dimanche dernier ainsi que les précédentes étaient "mariage pour tous" mais revendiquaientt "contre les homos", contre ci, contre ça. Il faudrait rajouter mariage pour tous "sauf pour..." Merde alors, qu'est ce que ça peut emmerder Bernadette de Scmouchi de Saint Truc de Rueil Malmaison que Paul et Marc se marient ensemble dans le Lubéron ?! Quels problèmes liés à cette union viendront parasiter la vie de Bernadette? Et si toute cette énergie et tout le busness que les produits dérivés de ce mouvement rapportent servaient à une cause plus grande, plus prioriétaire, plus juste? Je pense au jeune ado homo d'aujourd'hui encore loin de s'assumer, regarder tout ce que provoque le simple fait d'être homosexuel. "Vas-y mon garçon! Bienvenue dans ta vie! Tu es homo? Voilà ce à quoi tu dois t'attendre! Pour être heureux, il faut t'assumer, tel sera ton parcours! Tu sais déjà que la nature ne te permet pas de faire des enfants, les humains non plus. Oui, tu as des enfants abandonnés, qui n'attendent que de l'amour de deux êtres qui s'aiment mais ils préfèrent les garder dans des organismes ou familles d'accueil." 

Et puis le chien de l'infirmière espagnol atteinte de l'Ebola qui a été euthanasié hier de peur qu'il soit lui aussi atteint de la maladie! Allez hop! Carrément!  On tue! Tellement facile. C'est un animal, on va pas se faire chier même si l'ensemble des scientifiques disent qu'aujourd'hui il n'y a pas de risques de transmission par chiens et chats. Par contre j'ai lu qu'une date précise est prévue pour l'arrivée du virus en France: le 24 octobre! Comment arrivent-ils à programmer aussi précisemment? Alors là ???!
Il y a deux mois, le canada a OFFERT à l'OMS un vaccin test contre l'Ebola qui a de bonnes chances de réussir sur les humains hors il n'est toujours pas parti en Afrique et attend encore sur ses terres canadiennes alors que les deux vaccins retenu par l'OMS sont celui-ci et un autre. Merci de bien vouloir mourir en attendant que l'OMS prenne sa décision.

Vraiment, je me sens totalement à l'ouest dans tout.

Mon frère a répondu à mon mail hier!
"Hello frangin !Ouais… c’est pas très bon… La tumeur a encore grossi de 20%…
tu ne peux malheureusement pas beaucoup m’aider, à part être là par la pensée, et je sais que tu l’es !
Je change de chimio d’ici une quinzaine de jours, je passe à la chimio injectée par cathéter  comme Papa avait. Je vais donc devoir aller à l’hosto tous les 15 jours pour me faire injecter… Evidemment, le médecin te dit « j’ai bon espoir, c’est un traitement efficace", mais bon… On verra !
En plus, j’ai perdu de la vue sur le champ gauche. et ça, aucune paire de lunettes n’y changera rien. C’est la tumeur qui appuie à un endroit du cerveau qui fait que mon cerveau interprète mal ce que je vois sur le côté gauche.
Ma prochaine IRM devrait avoir lieu dans 5 ou 6 semaines...

Je suis super content que tu ai pu t’occuper du jardin. Je ne te l’ai pas dit, mais j’étais un peu triste de le voir dans cet état quand je suis passé la dernière fois. C’est tellement un lieu qui compte pour moi, comme pour toi. Même si je comprends parfaitement que ces dernières années, tu avais vraiment d’autres choses en tête !"

Je suis content d'avoir eu ce retour même si ce ne sont pas de bonnes nouvelles.
Ah le langage des médecins! Mon frère est de moins en moins dupe j'ai l'impression.  Si, comme ils disent, c'est un traitement efficace, pourquoi ils n'ont pas commencé directement par celui-ci??!!!

Cet après midi je vais continuer à aider mon pote Thib dans les travaux de sa maison, ça me changera un peu les idées.

Je viens de tomber sur un article dans lequel je me retrouve complètement. Je suis un empathe!

jeudi 9 octobre 2014

Allez!

Réveil 10h15, le téléphone sonne à 10h30. Généralement je ne prends jamais un appel tant que je n'ai pas terminé mon café et attéri fermement mais là, je décroche. Hop! Une galère supplémentaire avec la boutique etc'est ma faute: pour le contrat du photocopieur je n'ai pas donné au notaire le dernier qui repousse l'abonnement jusqu'en 2018!!! Celui qui a été présenté lors de l'acte et qui est noté dedans est le contrat qui se termine en décembre 2014 hors, le repreneur souhaite arrêter ce contrat. Je ne sais pas comment cette histoire va se terminer. J'ai toujours eu de bons rapports avec le commerciale qui essaie de me rassurer et voir avec sa Direction de quel moyen je peux me sortir de là. Bien évidemment je ne peux pas payer jusqu'en 2018 un photocopieur que je n'ai plus d'autant plus que je n'ai plus un sous. Le repreneur a confirmé au commercial qu'il avait signé un acte avec telle date et qu'il ne comptait pas renouveller.  Angoisse, angoisse, angoisse!!! J'ai bien fait de prendre l'appel au tout début de cette journée!!!! Bon voilà, c'est tout, il fallait que je me libère de ça ce matin!!!

mercredi 8 octobre 2014

mercredi.

C'est naturellement que je me réveil à 9h45. Comme tous les jours depuis que je n'ai plus le magasin, je ressens un réel plaisir à me lever à cette heure ci et ne peux m'empêcher de me souvenir d'avant, lorsqu'il était 6h, qu'il faisait nuit, que je devais quitter la maison pour aller ouvrir la boutique, porter les bacs presse, l'installer et accueillir les premiers clients dès 7h30. Je me lasserai un jour de penser à tout ça mais aujourd'hui c'est encore bien présent. Si le moral peut-être un peu bas, le fait de me souvenir du boulot dont je ne pouvais plus, m'aide à profiter d'"ici et maintenant" et de la chance que j'ai. Quelques soit les problèmes que je peux avoir aujourd'hui, aujourd'hui je suis en bonne santé (j'espère) alors qu'un jour ce ne sera plus le cas, aujourd'hui j'ai ma journée entière de libre entouré de mes deux loulous blancs dans cette campagne que j'aime. Pas de luxe, pas d'extravagences mais ces plaisirs qui peuvent sembler simples et petits seront sacrés demain, j'en suis sur. Comme il m'est déjà arrivé de l'écrire ici je crois, ie bonheur n'existe pas, ce ne sont que de petits instants de bonheur qui nous arrivent et il faut savoir en profiter et les savourer.

Alors que le réveil se fait sous le gris du ciel, chose dont il faut s'attendre maintenant pour plusieurs mois, un rayon de soleil est arrivé en lisant ton commentaire Rdt, sur mon post précédent. Un grand merci, ton texte m'a beaucoup touché et effectivement, vous m'aidez, "amis virtuels" qui, pour moi, ne le sont pas tant que ça. Ce blog qui a maintenant plus de 10ans m'a apporté hier comme aujourd'hui, beaucoup de soutiens et des contacts qui m'ont réellement aidé dans "la vraie vie". J'ai mon petit noyau de fidèles connus ou anonymes et c'est bons de vous savoir là.

Oui, écrire, a toujours été mon truc et maintenant que mes derniers textes quotidiens ont disparus dans les méandres du ciel virtuel appelé iCloud, il est possible que je noircisse encore plus ces pages ici car je n'ose plus écrire sur l'application qui m'a tout effacé (je n'ai pas encore appelé Apple pour l'aide) et le fait de poser mes mots sur une page papier ou un écran a toujours été un exercice qui me faisait du bien. Plusieurs fois je me demandais à quoi cela pouvait bien me servir surtout que plusieurs fois j'ai perdu des textes. Je me disais que si ça se trouve un jour j'aurai alzheimer et ces textes seront les mémoires de mon passé! Mais sans attendre ça il m'arrive de me faire un "back to the past" en relisant la même journée mais à une autre année.
Tout comme écrire sur ce blog, je me demandais à quoi bon, qui cela peut intéresser, pourquoi raconter ma "pauvre" vie ici, au vu du monde entier! Et puis l'expérience m'a montré que cela m'apportait non seulement un bien d'écrire mais me crée de véritables liens avec certains d'entre vous. Merci les amis!

J'ai écris un mail à mon frère hier, je ne pouvais pas rester dans le silence. "Je ne sais pas comment t'aider", lui ai-je dis. Je lui ai posé les questions que j'avais tout en lui disant que je pouvais comprendre que tous ces "?" pouvaient le saouler mais nous nous inquiétons.
"la tumeur a grossi de combien? Que disent les médecins? Quand a lieu la nouvelle chimio? Quand à lieu le prochain IRM? Est ce que ton problème de vue est lié? Comment ça va dans ta tête? Ce doit être les montagnes russes", etc ... Et puis histoire de lui changer un peu les idées je lui ai raconté mon quotidien ici, l'ai rassuré au sujet du jardin qu'il avait vu totalement en friche lors de son passage cet été. "Le jardin est tout propre! Thibault est venu deux jours m'aider, nos tilleuls sont élagués, le bassin est ordonné .../... Je ne déscends dans le village, juste pour acheter mon tabac .../... Les repreneurs, ça va, bien que lui envisage de reprendre son métier de routier car il ne s'épanouit pas dans le commerce, etc, etc ...".
Avant, il me répondait très rapidement. Depuis sa maladie cela met beaucoup plus de temps. Rien ce matin en tous les cas.

Tout lui dire avant son départ, comme tu me le conseil Rdt, je le sais, tu as raison et j'y pense fortement quand le moment sera venu. J'ai l'expérience d'avec mon père, décédé il y a 10ans d'un cancer prostate qui s'est généralisé. Les parents habitaient alors ici, moi à Paris. Dès que j'ai eu connaissance du problème je me suis occupé de lui jusqu'à la fin en venant ici tous les week-end et à chaque moment disponible. J'ai tout de suite pris les choses en mains avec la cancérologue et m'étais lancé le défi de dire à mon père que je l'aimais et que j'étais fier de lui. Tellement délicat à faire. J'avais alors lancé ce souhait en essayant tant bien que mal de m'y reposer en me disant que cet instant arrivera. Il me fallait être sensible à chaque petit signe. C'est délicat parce qu'avec cette saloperie de maladie tu as des moments biens et d'autres moins biens, comment savoir si cela remontera ou sera définitivement la fin. Et puis c'est arrivé. Il était alors assez bien. J'ai eu un moment seul à seul dans sa chambre d'hopital. Je lui ai pris la main et dis ce que je voulais lui dire. "Merci papa, je suis fier de toi et fier de moi car moi c'est grace à toi, ne culpabilise sur rien, je t'aime." Il est parti quelques jours après..
C'était un sacré exercice car la communication a toujours été difficile entre nous et déclarer ainsi nos sentiments n'était pas du tout dans l'habitude familliale mais je savais tellement que si je ne le faisais pas je ne pourrai plus jamais le lui dire et m'en voudrai jusqu'à ma fin que je me devais d'y aller.
Il a vécu 2ans avec cette maladie, très difficile de savoir quand le bon moment est là. Il ne faut pas trop tôt et bien sur, pas trop tard. Il faut alors faire confiance en la vie et si c'est quelque chose que l'on veut vraiment, alors l'espace se crée et c'est à nous de jouer. Et dire que maintenant il faut que je fasse la même chose avec mon frère!!!! Totalement irréel, vraiment. C'est ce que je lui ai écris aussi dans le mail d'hier: "c'est si irréel pour moi..."

C'est marrant, souvent on dit qu'au milieu de sa vie c'est là ou l'on est le mieux. En ce qui me concerne: "mon cul sur la commode"! C'est tout l'inverse! Plus j'avance, plus je vois l'avenir sombre, plus ce que je vis est de moins en moins drôle. Je vais perdre mon frère demain, après demain, ce sera ma mère? Je suis dans un black out total professionnellement, je n'ai plus du tout foi en l'"autre", en "l'amour de sa vie". Même si avant je n'y croyais déjà pas beaucoup, il y avait tout de même un mini espoir mais aujourd'hui, avec l'expérience de Gaël, je sais que c'est terminé. Je n'ai rien construit: pas de couple, encore moins une famille, pas de carrière, nada! Et dans 6ans j'ai 50ans! Alors là c'est un truc de dingue!!!! Je me sens et vis comme un adolescent! Quand j'étais jeune je ne voyais pas un bonhomme de 50ans comme moi aujourd'hui! Et mon frère tu vois, c'est tout l'inverse: beaucoup de constructions: très tôt en couple, puis un enfant, puis un deuxième, un métier qui le passionne... et voilà que c'est lui qui devrait partir avant moi. Quoique, je peux mourir demain hin! 

En même temps, construire, à quoi bon! Nous n'emportons pas nos constructions dans l'haut-delà et l'humanité prendra fin un jour! C'est là ou sans ma sensibilité spirituelle je suis mort! Car si ici je t'écris le noir, il y a heureusement encore un peu de lumière en moi et ma philosophie reste présente: il n'y a pas de hasard, je suis au bon endroit au bon moment, la vie peut changer en un quart de seconde, rien n'est statique, j'ai un destin à réaliser, etc... Ma lumière était bien plus grande il y a quelques années, c'est pour ça que je voudrais aller à Glastonbury prochainement, pour me recharger. Avant je pratiquais beaucoup: méditation, pensée créative, c'était presque instinctif pour moi. J'enchainais bouquins spirituels sur bouquins spirituels. Aujourd'hui je dois redoubler d'efforts. Cela va faire 3ans que je suis sur le même livre: Christophe Allain: "journal d'un éveil du 3ème oeil"!!!

Depuis mon changement de vie il y a cinq ans, les galères ont vraiment commencé. Je me suis intérrogé à savoir si j'avais fait le bon choix: quitter ma prison dorée parisienne. Et puis je me suis imaginé n'avoir rien changé et me suis demandé comment je serais alors, aujourd'hui en étant toujours sous les ordres de mon boss. Eh bien je pense que je serai en pleine dépression ou mort! Mort par un accident de scooter par exemple. Je ne sais pas si j'ai fait le bon choix ou pas. J'ai fais le choix que je devais faire, point. Cela me fait connecter avec une prédiction que l'on m'avait fait un jour alors que je venais de perdre mon cher Balthazar (mon chien!). A la question "pouquoi est-il parti si tôt alors que je venais tout juste de m'installer pour vivre quotidiennement à ses côtés et qu'il n'avait que 6ans" la réponse a été: "il t'a sauvé la vie, il te fallait quitter Paris". La personne ne connaissait pas du tout la situtation et c'est vrai que Balthazar a énormément pesé dans ma décision de changer de vie. Sans lui, je ne sais pas si j'aurais eu ce courage et je m'étais moi même dis que si je ne bougeais pas, il allait m'arriver un accident ou une connerie de ce genre. Bref, anecdote.

En même temps j'ai presque honte de poser ici mes problèmes, il y a des gens qui vivent des choses tellement plus terribles, qui ont un karma tellement plus lourd mais bon, c'est mon blog donc ma vie. J'ai tout à fait conscience que je ne suis pas le plus malheureux, le plus à plaindre et m'excuse auprès de toi si tu es un lecteur avec des choses bien plus lourdes à gérer.

Je vais terminer avec un peu plus de légèreté: mon lapin nain! Bon, hier, je n'ai pas eu le temps d'aller l'acheter. Beaucoup de boulot à faire dans la maison de Thibault, je l'ai quitté à 18h. Alors normalement c'est cet après midi. Ptite mère en a presque plus envie que moi! Nous partons donc tous les deux tout à l'heure pour le prendre (si le petit marron est toujours là!). Je suis obligé d'y aller avec sa voiture car la cage ne rentrerai pas dans ma Scouty! Au début, c'est maman qui avait flaché sur lui et voulait le prendre pour les enfants. Et puis, comme je te l'ai dis, avec ses A/R à Paris dans quelques jours, elle a décidé d'en prendre un plus tard et c'est alors là que l'idée m'est venue: "moi aussi je pourrai très bien avoir un lapin!". Ok, il y aura une sacrée adaptation à faire avec mes deux Patous!!!

Affaire à suivre!...

mardi 7 octobre 2014

tic tac.

9h30, mon réveil sonne. Thib m'a téléphoné hier pour me demander de l'aide dans les travaux de sa maison, j'ai rendez-vous chez lui vers 13h30. Exprès, je n'avais pas fermé les rideaux pour appuyer mon lever. J'ouvre un oeil, vois une petite pluie fine tomber dehors et entends le vent qui accélère la tombée des feuilles. Tout de suite je pense à mon frère, j'ai peur de demain alors profite encore plus d'aujourd'hui, du moins j'essaie. La parano m'envahie en me disant qu'avec tous les cancers qu'il y a eu dans la famille un jour j'aurai le mien. Mon père et ses 3 frères ont eu cette saloperie. Colon, poumon, prostate... Je stop au plus vite ces pensées néfastent qui ne font qu'attirer le mal. Le décès d'un proche a un effet miroir sur notre propre existence. Oui, mon frère n'est pas mort mais ses derniers résultats IRM sont un palier de plus franchi dans l'épreuve qui nous attend.
Comment vit-il tout ça, taiseux comme il est c'est très difficile de le savoir. Ce doit être terrible. On se croit tous immortelle, que tout est figé ou au pire que nous allons mourrir entre 70 et 90ans, nous sommes dans l'illusion et là, aujourd'hui, il a "une date" de fin. La période des fêtes va arriver à grands pas, se demande t-il s'il passera le cap de la nouvelle année? En vivera t-il d'autres? Lorsqu'il est venu passer quelques jours ici cet été, s'est t-il dit que, peut-être, c'était la dernière fois? Lui qui est très technologie Apple, se demande t-il s'il pourra se procurer la Iwatch? Lorsqu'il entend les politiques parler de demain, se demande t-il s'il sera là pour voter? Hollande sera t-il son dernier président? Quand il voit ses deux enfants de 4 et 10ans, pense-t-il à leurs futurs sans lui? Certainement. Tu ne dois pas t'arrêter de penser à ce genre de petites et grandes choses quand il t'arrive ce qui lui arrive.
Comment arriver à se lever le matin, partir travailler, régler ses factures et  continuer de s'occuper de sa famille comme si de rien était. Oui, je n'arrive pas à croire ce qui nous attend.

J'ai envie de lui écrire un mail mais je ne sais même pas quoi lui dire, je ne sais pas comment l'aider.
 
Ma mère me téléphone, elle vient d'avoir ma belle soeur qui se dit ébétée par les dernières nouvelles. Vers le 20 octobre elle a rdv avec des assurances pour que tout soit mis en ordre en prévision du pire.
Je n'arrive pas à le croire bon sang de bonsoir, je n'arrive pas à le croire.

Je me revois, avec mon frère, quand nous étions jeunes et partagions la même chambre, les routes que nous tracions à la craie sur la moquette pour jouer aux petites voitures, je le revois me tenir les pieds pour que je fasse la brouette. Je nous revois ici, dans notre maison qui était alors celles des vacances, lui couché sur le lit de gauche, moi sur le lit de droite, je me revois le suivre avec ma meilleure amie, place de l'Odéon lorsque nous avions appris qu'il avait une copine! Je le revois jouer à la batterie quand il était adolescent et dans un groupe, je le revois m'accompagner dans les coulisses du Palais des Congrès quand j'étais avec Chantal, il en était très fier. Tous ces souvenirs refont surface.
Lui qui a toujours été plus sécuritaire que moi, pensant à demain, lui qui est le seul à avoir eu des enfants alors que moi, impossible. Bang! C'est lui qui devrait partir le premier et encore si jeune.

Et je me souviens du grand clash (déclenché par Gaël!) ce fameuse été, il y a 2-3ans ou je lui ai sorti des horreurs en réponses aux siennes. J'avais été très surpris de ses mots qui n'avaient jamais été aussi violents à mon égard. Je comprends pourquoi maintenant. J'avais lu qu'avec ce type de tumeur les réactions étaient modifiées avec des pics d'agressivités. Le mal était déjà là, invisible mais déjà en action.

Bref, tu auras compris dans quelle atmosphère je commence cette journée! Pour m'apporter un peu de douceur c'est décidé: s'il est toujours disponible, j'achète mon lapin nain aujourd'hui en espérant quitter à temps Thib pour me rendre à la boutique, si non ce sera demain.

lundi 6 octobre 2014

Courroux apple.

Il a été rapporté plusieurs bugs avec la nouvelle version apple IOS 8. Beaucoup pour l'iPhone 6 mais rien pour l'iPad hors moi, ça galère sérieux depuis cette mise à jour: mes mails se bloquent, je ne peux plus surfer entre mes différentes adresses, certains sons ne se jouent plus quand j'ouvre et éteinds mon iPad, lorsque j'écris sur le clavier et visionne sur certains sites une vidéo.
Et puis hier, je regarde un peu dans "son ventre".. Configurations, applications, iCloud... et, problème dans le iCloud: je vois bons nombres d'applications connectés à ce nuage dont certaines que je ne veux pas comme l'application "pages" qui est celle dont je me sers pour écrire mes textes au quotidien . Même s'il n'y a rien de dingue, c'est une sorte de journal privé, je n'ai pas envie qu'il soit envoyé dans le ciel! Alors je décoche la case iCloud et continu ma journée jusqu'à ce que, hier soir, je me sens l'envie d'écrire quelques mots. J'ouvre l'appli est là, c'est le drame:

Une bonne année d'écriture disparue, comme ça, hop! En un clique! Je suis dégouté!!! Je renouvelle plusieurs fois l'opération, rien n'y fait. Je désinstalle l'application et la réinstalle: rien. Ce n'est pas possible quand même! Il y a bien un moyen de tout récupérer!? S'il suffit d'un simple "décochage" pour tout perdre, c'est nul leur iCloud! Moi je pensais que le iCloud était comme une seconde mémoire et que mon iPad avait la sienne, ben même pas!
En fouillant, je trouve un moyen de poser mon problème à Apple que je vais devoir appeler plus tard. Cette aide me parait trop belle, je doute. J'espère qu'ils vont effectivement prendre connaissance de mon cas et qu'ils auront une solution à me proposer. J'avais déjà perdu plusieurs années de textes lorsque l'on ma cambriolé à Paris en me volant entre autre mon ordi, je n'ai pas envie d'en perdre encore!!!! Tout ça pour ça, je suis vert.
Voilà, ça me fait du bien de te l'écrire et qui sait, un pro d'apple va peut-être passer sur ce texte et trouver la solution.

Je viens d'être intérrompu par un appel téléphonique de ptite mère qui me parle d'une anecdote mais j'entends bien que sa voix a pleuré et je sais pourquoi: à sa grande surprise elle a eu mon frère au téléphone ce matin, les résultats de l'IRM de samedi sont arrivés et ne sont pas bons, comme je m'y attendais. La tumeur a augmenté. Nous pensions les résultats arriver comme dh'abitude 2-3 jours après son IRM mais là, cela a été très rapide. Il va donc avoir une nouvelle chimio soit par cathétère soit par perf., ce qui est bien plus contraignant que par cachets.
Comme elle ne s'attendait pas du tout à cet appel les questions ne sont pas arrivées du genre: la tumeur a augmenté de combien? Son problème de vue est-il lié à ça? Quand démarre t-il cette nouvelle chimio? Quand a lieu le prochain IRM?

Nous savons très bien que ce n'est pas cette chimio qui va le guérir puisqu'il ne peut guérir de cette merde. Ça ne va que prolonger un temps ... Mais aujourd'hui tant qu'il n'a pas de souffrance et qu'il peut continuer à aller à son boulot, c'est déjà bien. J'espère qu'il n'y aura pas d'acharnement quand les choses empireront. J'ai toujours la sensation d'écrire un roman, absolument pas l'impression de t'écrire ce que vie réellement ma famille. Quelle merde alors.

Pour la peine aujourd'hui je ne fais rien! Il fait gris, il pleut, il fait froid, l'automne est là, je reste sous ma couette! Terminé les petits déjeuner au soleil dans mon jardin. Mes tilleuls ont de plus en plus de feuilles jaunes qui, bientôt, tomberont au sol. Notre famille est en osmose avec la nature.

Au vue de la météo, pas de regrêt d'avoir annulé mon séjour parisien qui devait être cette semaine. Même si ici aussi ce n'est pas le beau, je suis tout de même mieux sur la terre mouillée que sur le bitume.

dimanche 5 octobre 2014

Alors?...

J'ai failli, et puis non. Au moment de m'activer, le timing ne collait pas, la balade des chiens n'était pas faite, au retour il aurait été trop juste pour aller dans le magasin où se trouve le lapin nain. Je me laisse encore deux jours, jusqu'à mardi, ré-ouverure. Ce n'est pas plus mal ce moment de réflexion en espérant que le petit marron soit toujours là. S'il n'y est plus, je le prendrai comme un signe de:"ce n'est pas à faire, du moins actuellement". Mais je crois bien que je vais craquer et qu'en plus de Gaspard et Zoé, il y aura un Buzz (nom de mon futur lapin nain si celui ci est un mâle!) à la maison. 

Une nuit coupée. 
Depuis que je ne bosse plus je suis content de pouvoir regarder à nouveau Ruquier le samedi soir seulement hier je me suis lamentablement endormi au premier invité. Comme toujours, la politique me fait décrocher. Ils ne font que parler, leurs pensées sont les meilleures, il faut faire ci, il faut faire ça, et patati et patata, c'est une branlette d'égos. J'avais pris la précaution de mettre en "arret automatique" mon téléviseur au bout de 120 minutes de marche ... Il n'en aura fallu que 30 pour que je décolle dans ma nuit. Mais, vers 4h du mat' Gaspard demande à sortir, ça me réveil, je mets plus d'une heure avant de me rendormir alors je me suis fait le reeplay de l'émission "médias le Mag" de France 5. Total: ré endormissement vers 5h avec un réveil programmé à 10h30: je suis invité à déjeuner chez "mamie F.", souviens toi, la maman d'amis d'enfance chez qui c'est tout crade! Sa fille est de passage, d'où l'invitation. 
Il ne faut pas oublié que nous sommes dimanche, que la chasse est ouverte et comme toutes les semaines ces abrutis se garent toujours devant mon portail avec leur minuscule remorque remplie de chiens. Cette fois ci j'avais fermé la fenêtre pour éviter que Gaspard et Zoé les entendent ... Peine perdue: nouveau réveil vers 7h30!!! Donc oui, une nuit coupée. Heureusement que je n'ai plus à me lever pour ouvrir le magasin à 9h le dimanche.

Je vais apprendre à mon futur lapin de prendre un fusil!