mardi 2 septembre 2014

mardi.

Je ne me souvenais plus du nom. Procrastination, c'est exactement ça John (ref.com), merci!!! Je fais de la procrastisation! Je vais essayer de ne pas en faire aujourd'hui.
A la fin de mon post d'hier finalement je me suis mis à m'activer à fond: un peu (!) de ménage, rangement et tentatives d'appels téléphoniques seulement il était 17h et à 17h, joindre les administrations françaises ce n'est plus de la proscrastisation mais de l'illusion! 
J'ai entre autre essayé de joindre le notaire qui s'est chargé de la vente de ma boutique car depuis la signature, le 23 juin, je n'ai reçu que par mail une attesation, aucun dossier et le RSI continu de me ponctionner alors que, noramelement il aurait dû faire la démarche de tout stopper. Seulement il est encore en vacances, "rappelez la semaine prochaine monsieur". Bien Madame ...

Je suis ensuite descendu au village, telle Heïdi de sa montagne, pour passer au tabac (mon ancien) acheter des clopes. Personne lorsque je rentre, pas grand monde durant mon temps chez eux et bien moins de produits qu'à mon époque. Plusieurs personnes disent qu'ils ne sont pas aimables et gentiment, certains clients qu'il m'est arrivé de croiser depuis ma fermeture me disent que je leur manque.
Nous parlons une bonne demie heure ensemble. Apparemment, lui trouve que ce n'est pas trop son truc d'avoir la boutique, il ne sait pas trop mais il avoue ne pas être enchanté de l'activité et reconnait que c'est beaucoup travail. Et ils sont deux! Imagines moi, tout seul! Il angoisse un peu sur le fait que ça ne marche pas, je tente de le rassurer en lui disant que ce multiservice qui existe depuis des siècles a toujours fonctionné et qu'un tabac-presse ne peut pas couler comme ça. "Si vous être souriant et qu'il y a ce qu'il faut chez vous il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas une réussite" ... leur dis-je mine de rien. Toujours aucun ressenti particulier lorsque j'ai passé la porte du magasin. Ça m'a fait drôle de tout revoir mais c'est tout. Il n'y a pas de réels changements, tout est à la même place. Impression d'avoir tenu la boutique encore hier!

En sortant je décide de passer dire un coucou à mes amis du Moulin. Seule la meunière était là. Nous sommes restés 2 heures à parler! Ce sont des gens que j'aime bien, différents d'ici, pas d'ici, donc mentalité différente, ouverture d'esprit plus grande. J'apprends les gué-guerres entre commerçans qui continuent et les histoires de cloche merle. Je comptais passer chez mes amis K&D mais lorsque j'ai vu l'heure j'ai renoncé: il était 19h30, je devais passer chez ptite mère et faire la balade des Patous. Même si la nuit tombe encore assez tard, mine de rien à 21h elle commence à arriver.

Aujourd'hui, pas de programme de défini, j'aime. Passer cette fois ci chez K&D? Passer chez Geneviève? Proposer à C. de prendre l'apéro?  Je verrai en fonction de mon humeur et de mon avancée dans la journée, journée qui est encore sous un beau ciel bleu mais avec bien plus de vent qu'hier.

Nous sommes mardi, il est 11h30, je commence ma journée tranquillement en prenant mon café dans le jardin au soleil, quel pied! Je ne peux encore m'empêcher de me souvenir des mardis lorsque j'avais le magasin: la reprise de ma semaine, la journée la plus chargée en presse et en commandes, j'étais debout depuis 6h30. Et là ... benèze! 

Apple devrait me livrer aujourd'uhi l'imprimante sans fil pour iPad que je me suis commandé vendredi dernier, la mienne étant H.S depuis au moins 2ans.  Enfin H.S ... même pas! En fait, un beau jour il m'a été impossible de racheter une cartouche d'encre car la marque HP avait soudainement changé son format et il m'a été impossible de trouver le nouveau chez les commerçants. Leclerc, Intermarché, internet: je n'avais rien trouvé à l'époque. Je m'étais dit que ce n'était pas possible, il doit bien y avoir un modèle similaire mais comme ça fait maintenant plusieurs années et que je n'ai toujours pas avancé de ce côté j'ai pris la décision d'en acheter une nouvelle parce que c'est vraiment utile ici pour imprimer des documents administratifs (comme mes RIB, la demande de RSA et j'en passe) ou photocopier.

En m'endormant hier (enfin, cette nuit car j'ai du réussir à m'endormir vers 4h!) j'ai pensé à mon chien, mon cher Balthazar (photo sur ce blog, à droite de ce texte) qui est enterré dans le jardin et recouvert aujourd'hui par de mauvaises herbes qu'il me faut absolument enlever. Je culpabilisais.
Je le revoyais courir de joie lorsque j'arrivais pour le week-end, courir lors de nos grandes balades et grogner de tristesse lorsque le lundi matin arrivait et que je partais prendre mon train pour Paris. Et puis les images de l'euthanasie arrivent. Horreur. Je me suis souvenu de la dernière balade que nous avions faite juste avant de l'emmener chez le véto. Il savait. Il savait que nous allions nous quitter, que c'était la fin. Il marchait tout au long à mon rythme, à mes côtés, chose qu'il ne faisait jamais durant toute la durée de la marche. Oui, je sais qu'il savait. Et puis cette arrivée devant le cabinet, le vétérinaire qui arrive à notre voiture, Balthazar sur mes genoux. "Vous êtes toujours d'accord" me demande t-il. Quoi dire! C'est lui même qui nous avait fait cette proposition, mon chien était perdu. Il commençait à cracher du sang et perdre beaucoup de poids. Première piqure, je sens son corps se détendre complètement jusqu'à l'endormissement total puis, la seconde, et là, mes cries et mes pleures, une main invisible qui arrache mon intérieur. Ptite mère essayait comme elle pouvait de me réconforter, impossible. Et puis nous sommes rentrés, avons posé mon Balthazar inanimé par terre, dans notre maison de verre pendant que je creusais sa tombe. C'était en décembre, il faisait froid et humide. Cela fera 3ans cette année.

Même si j'adore mes Patous, il me manque. Les rapports étaient autres, je ne sais pas comment dire mais c'était différent. J'aimerai tant qu'il soit encore là. Parti un an après mon arrivée ici alors qu'il était en grande parti responsable dans ma décision de quitter Paris pour vivre mon quotidien avec lui.

Ma peine était si grande qu'il m'a fallu mes deux ours blancs pour me réconforter et aujourd'hui, bien sur que je suis content d'être avec eux.

Petit mémo: hier, 1er septembre, cela aurait fait 4ans que j'aurais eu la boutique!

lundi 1 septembre 2014

j'ai honte!

Ben non même pas! Hier, je n'ai RIEN FOUTU!!!!! Ma seule sortie était à 20h pour la balade de mes Patous. Aujourd'hui? Réveil midi, petit déjeuner dehors puis je me suis refoutu sous la couette devant mes écrans ou je suis encore à cette heure ci! Il faut que je me bouge. Passer au magasin pour m'acheter des clopes, éviter heure de pointe pour ne pas croiser de clients qui me tiendront (gentiment) la jambe, passer chez ptite mère histoire de lui dire un bonjour et partager un Pineau. faire la balade des Patous. Apéritif chez mon amie Geneviève? Ce sera selon l'heure.
J'ai des appels téléphoniques à faire mais je sens bien que pour aujourd'hui c'est raté, à nouveau repoussés à demain...

J'envie l'énergie de ma mère qui m'annonce par téléphone qu'elle a rangé tout son garage, trié des papiers, rangé ci, rangé ça. En ce moment je suis d'une flemme pas possible, il va falloir que je me mette un petit coup de pied au cul quand même. J'aimerai faire le grand ménage de ma chambre mais ça, ça fait plusieurs semaines -voir mois- que je me le dis. J'ai beaucoup de linge à repasser, une machine à faire tourner et donc, à étendre, un brun de vaisselle à faire, bref, de quoi m'occuper. Mais je ne m'ennuie pas, pourquoi m'occuper?! Oui, ok...

En fait ne rien faire ne me dérange pas! Zapper, surfer, le temps passe vite mais une petite voix me dit qu'il faudrait quand même que je m'active d'autant plus qu'une fois que c'est fait je suis content de moi. En ne bougeant pas je sens un jugement. Certaines fois j'arrive à lui dire:"merde! Je fais ce que je veux, j'en profite!" d'autres fois j'ai plus de mal.

Je n'ai absolument pas avancé dans le jardinage ces derniers jours. L'envie n'est pas là ou du moins il y a tellement de boulot que je ne sais toujours pas par ou commencer et j'ai la sensation que le travail que je ferai ne sera absolument pas visible tellement il y en a.

Il faut super beau, sans un nuage, c'est une belle journée.

Allez, 16h, je me bouge!

vendredi 29 août 2014

boudiou!

Quelle cérémonie! C'est la première fois que je vais à un crématorium. Je préfèrerai faire un entrrement de fête comme l'on voit dans certains pays. Gospel, chanter, danser ... Elever la mort plutôt que de l'enfoncer dans la tristesse. Tristesse il y a, quoiqu'il en soit, inutile d'enfoncer le clou je trouve.
Alors peut-être que toutes les cérémonies ne se déroulent pas comme celle que je viens de vivre mais tout était là pour tirer la larme un peu à la "perdu de vue"... "perdu de vie" pour le coup.

Après avoir attendu une bonne demie heure au milieu des tombes, on nous fait entrer dans une pièce, assez moderne. Deux écrans plats diffusaient en boucle des photos souvenirs du défun. En famille, à la pêche, au bord de la mer, au bord de la rivière.... Puis on nous met une musique qu'il aimait... Jean Ferrat, puis une autre "il est libre max" (!), puis une autre, à nouveau Jean Ferrat et pour terminer, lors de l'envoi du cercueil la musique de fin d'un célèbre western dont je ne me souviens plus le titre, un truc flippant et glauque. 

Alors bien évidemment, même sans toute cette mise en scène la famille pleure mais là, tout était emplifié et même si tu ne connaissais pas le défun tu pleures quand même!

Pourquoi ce besoin de se doubler son mal? Heureusement ce n'est pas le style de ma famille et je n'aurai pas à m'attendre à ça le jour d'un départ qui sera déjà emplument triste, pas besoin de "froufrou"!

Ma maison est très proche de notre cimetière. Il y a 10ans, lorsque mon père est décédé (au domicile), il n'y a pas eu de passage à l'église, nous avons juste eu à traverser le jardin et faire quelques pas pour arriver à sa tombe. Le chemin nous faisait passer devant notre maison de verre qui diffusait à fond un air de jazz, musique que mon père aimait tant. Alors que c'était un air entrainant, ça tordait déjà les boyaux alors je n'imagine même pas avec une musique triste et mélancolique!

Mais aujourd'hui la mise en scène est un choix de la famille en deuille, respect.

Pourquoi chez nous on cache la mort, on en parle pas et lorsqu'elle arrive on ne la charge que de tristesse? Le plus difficile est pour ceux qui restent, peut-être en fait pleurent-ils sur leur sort et non sur le sort du défun? J'arrête là si non j'en ai pour jusqu'à la fin de la journée!

Après cette énergie de mort je dois retrouver l'énergie de vie! Mes Patous m'attendent pour la balade mais je vais attendre un peu car je n'ai fait que le crématorium et ne va pas jusqu'au cimetière hors, l'enterrement de la personne à laquelle j'ai commencé à assister tout à l'heure se termine bien sur ... au cimetière et si tu as été attentif à ce post, tu comprendras pourquoi  je vais éviter de sortir de chez durant une bonne heure....

jeudi 28 août 2014

jeudi.

Du mal à m'endormir hier, j'ai du décoller vers 3h. Du coup, réveil midi ce matin. Toujours cette petite excitation de voir ce lever tardif en me rappelant de mon rythme d'avant. Mon compte à rebours m'annnonce 80 jours aujourd'hui que j'ai fermé le magasin, déjà.

HIer j'ai donc aidé mon pote Thib à repeindre la chambre de son fils durant tout l'après-midi. De jolies couleurs, un bon résultat. Il a eu la confirmation avant hier: il est licencié. Et un de plus! Nous vivons tous des périodes assez ardues en ce moment. Contrairement à moi il touchera au moins le chômage.

Dans quelques jours nous arrivons au mois de septembre, mois normalement ou je compte partir un peu mais je doute du nombre de destinations possibles. Bon, l'angleterre, pas le choix, il faut que ce soit pour la dernière semaine du mois, seul moment ou ma soeur a du temps. Paris par contre, je doute. Ptite mère n'est pas encore totalement reposée de sa garde d'enfants, toujours un peu de polyartrite et de sciatique, je ne me vois pas lui demander de rester une semaine chez moi dans quelques jours et j'ai peur qu'avec ses mains elle n'arrive pas à mettre le collier anti aboiement de Zoé.. Donc Paris, probablement au mois d'octobre? Quant à rendre visite à mon pote à Monaco, alors là, je ne sais pas quand.

Demain, super activité: crématorium d'Angoulême! Un ami voisin est décédé lundi. Un de plus qui a eu un cancer 1an après sa retraite, un de plus qui attendait désespéremment ce moment et bang! Un de plus qui n'a pas eu le temps d'en profiter. Ce genre de chose confirme ma philosophie et il est hors de question que je me fasse chier des années dans un boulot qui ne me plait pas en n'attendant qu'une chose: la fameuse retraite. Ils sont pas fou les mecs qui programment l'âge de la retraite! Ils regardent en gros à quel âge un homme meurt et hop! L'affaire est dans le sac! 62ans environ on te met au repos, 63ans tu as ton cancer, pendant peut-être 5ans tu donnes de l'argent à la médecine et à 68ans tu meurs (selon le crabe que tu as) !

mardi 26 août 2014

mardi

Ah! Mardi! C'était mon jour le plus dur de ma semaine de magasin: reprise du boulot après une seule journée de pause, réveil 6h, double quantitée de presse, commandes à faire... Et là, aujourd'hui, je me lève à 11h et à midi je suis encore sous ma couette: j'ADORE!

Alors je ne sais pas si ce sont les croquettes de dépannage pour cause de vacances shop, mais depuis plusieurs jours Monsieurs Gaspard demande à sortir à l'aube et me réveil donc. Ok j'arrive à me rendormir mais bon.

Elle est bien arrivée! La pluie est tombée, les nuages gris se sont installés. Est-ce véritablement la fin de l'été? Y a plus de saison ma pauvre Lucienne.

Ça y est, mon petithomme a retrouvé sa vie parisienne. Gris, pollution, agressions, béton, voisins à droite, voisins à gauche, voisins au dessus, voisins en dessous. Ne pas courir, ne pas faire de bruit.
Apparemment nous n'aurons pas les enfants pour les vacances de la Toussaint. Leur mère qui avait coupé tous les ponts avec sa famille semble avoir repris un léger contact car elle voudrait qu'ils aillent chez ses parents...

Arrivée avant elle hier soir afin de lui préparer un truc à manger, ptite mère est rentrée chez elle en clopinan, toujours mal à sa jambe. Sciatique, polyartrite? C'est l'un ou l'autre voir les deux. Le fait d'avoir été assise 2h la bloque après, sa redémarre.
En mettant un pied dans la chambre de mon neveu c'était le grand bordel !! Tous les jouets étaient par terre, j'ai tout rangé au plus vite. Nous nous sommes pris un petit apéro (pinault bien sur!), avons diner ensemble puis je suis rentré chez moi.

Pas véritablement de nouvelles du frangin si ce n'est que sa nouvelle chimio lui apporte une grande fatigue. Son boulot à temps plein n'arrange pas la chose mais est capital pour lui: il faut qu'il continu de bosser si non son moral en prendra un coup. Aujourd'hui c'est encore possible...
Je n'ai pas la date de son IRM de control qu'il doit faire en septembre. Ça approche. Quelle tannée d'avoir cette épée de damocles. Ce sera le premier depuis son nouveau traitement, verdict de réussite ou non...
Je ne l'avais pas noté dans mon post d'hier mais sa maladie m'empêche aussi de voir demain. Je veux être disponible pour la famille quand le pire arrivera. J'ai tellement peur que sa femme (appelée Pincesse ici!) et ma mère s'effondrent. Et moi? Oui aussi tu me diras...

Cet après-midi je vais chez mon pote Thib pour l'aider à terminer la chambre de son fils qu'il refait. En fait c'est pratiquement toute sa maison qui est en chantier, un truc de dingue. Admiratif, moi qui ne sais pas changer un plomb! Alors j'aide comme je le peux en faisant ce que je sais faire: peinture!
Il ne faut pas que je traine trop sous la couette, j'aimerai faire la balade des Patous avant.

Hier je comptais terminer les détails qu'il reste de la boutique: appeler ma comptable pour faire un point, comprendre pourquoi le RSI me prélève encore plus de 700€/mois alors que j'ai terminé, être sur que plus rien ne me sera prélévé, appeler la BNP qui me facture encore la caisse enregistreuse, appeler la Mondiale retraite pour la stopper, etc ... tout ça sont des factures qui vont encore tomber sur le compte du magasin qui n'a plus de sous!! Je ne suis pas sérieux, c'est tout moi: je ne l'ai pas fait! Aujourd'hui? C'est mal barré: il est midi, je prends mon café, les administrations sont probablement en déjeuner et au moment de leurs reprises, je serai chez Thib avec mon pinceau! Alors demain! Mais il faut absolument que je m'y tienne. Je m'énerve moi même de me voir repousser ainsi des conneries qui me bouffent alors qu'en 1/2h tout pourrait être cloturé.

dimanche 24 août 2014

Et voilà

c'est la fin des vacances ... pour les autres. 

Fin d'un rythme. Hier, dernier passage chez ptite mère pour diner avec elle et petithomme. Depuis moins d'une heure ils ont posé le pied à Paris. 15 jours avec chacun de mes petits neveux, c'était bien cool. Première fois que j'ai pu passer autant de temps avec le petit dernier puisqu'il a 4ans et que le magasin aurait eu le même nombre d'années le 1er septembre. Jusqu'à cet été ce n'était que des passsages furtifs des enfants à la boutique pour manger des bonbons! 
Des bons moments avec l'un comme avec l'autre et finalement nous avons trouvé tous les jours des petits quelques choses à faire, aidé par la météo qui ne nous a pas envoyé de pluie (elle arrive demain!).

La rentrée. Forcement ça me fait penser à mon cas mais je sens que ce n'est pas le moment encore de m'arrêter dessus. Un jour ou l'autre il le faudra bien. A force de faire des virements de mon épargne sur mon compte courant, ça va sécher! C'est surtout l'extérieur qui envoi des peurs du genre:"ah bon? Mais qu'est ce que tu vas faire maintenant ???!!!". JE-NE-SAIS-TOUJOURS-PAS !!!
C'est la première fois que je suis à ce point là à l'ouest sans aucune idée de ma direction et c'est vrai que si je commence à y réfléchir c'est la flippe. Avec mon passé qui n'a que été dans les médias, que faire dans un village de 800 âmes sans permis de conduire?! Si je n'avais pas mes chiens je sais que l'horizon pourrait être plus ouverte mais là, ça me bloque complètement. Il parait qu'il faut attendre 3 mois pour demander le RSA... J'y approche, je vais pouvoir en faire la demande. Moi au RSA, qui l'aurait cru! En tous les cas je ne vais pas m'insrire au pole emploi, je n'entre dans aucune case puisque je ne sais pas ou je veux aller.

Bien sur, certaines fois je me demande s'il y a 5ans j'ai fait le bon choix de quitter Paris, mon patron et mon CDI en temps partiel à 2300€/mois et puis, je me souviens. Je me souviens de ce que je vivais, de l'état dans lequel je me sentais, je me souviens du bédo que je me fumais dès le matin et des autres qui s'enchainaient jusqu'à mon coucher. Toutes les journées je me mettais un voile de fumée pour ne pas être dans la réalité, dans ma réalité et je sais que cette réalité n'aurait pas changé car le boss n'allait pas changer (et j'en ai encore la confirmation aujourd'hui: il est toujours pareil voir pire puisqu'il n'a pas d'antenne pour cette rentrée!). Ce qui devait se faire c'est fait et je dois continuer à me convaincre que je suis au bon endroit au bon moment. Pas toujours facile. Ma réalité ne me convenait pas, nous créons notre réalité, c'était à moi de bouger. 

Est-ce vivre que de ne pas tenter, de pas risquer les choses? Vivre c'est une multitudes d'expériences. Je ne suis pas de nature à endurer une vie entière dans un boulot qui ne me plait pas en me motivant avec ma future retraite. 1/ Il n'y aura plus de retraite lorsque j'aurai l'âge de l'avoir, 2/ mon corps aurait somatisé mon mal être et aurait crée je ne sais quelle saloperie de maladie (le mal à a dit!). J'ai la chance (ou pas!) de ne pas avoir de famille: pas de femme, pas d'enfant, je suis libre et mes choix n'imposent que moi. Ça me fait penser à mon pote Thib que j'ai vu avant hier. Il est aussi dans un passage paumé: plus de motiviation pour son métier, pas d'idées de projet et sa rentrée risque de ne pas super bien se passer: il a découvert il y a quelques jours que, sans le lui dire, son patron serait en redressement judiciaire, c'est la banqueroutte. Seulement lui il a une femme, un enfant et un crédit maison sur le dos. Heureusement que ce n'est pas mon cas!

Enfin il n'empêche que j'espère que ça va s'éclaircir pour moi parce que vraiment, aujourd'hui, c'est toujours le néant quand j'essaie de me projeter dans le futur. Le truc, le hic, ce sont mes chers Patous que je suis incapable d'abandonner (avec ou sans le "aban"!). J'aimerai pouvoir le faire, m'en foutre, y être insensible, les passer en second plan comme arrivent à le faire beaucoup de gens. J'aimerai dire comme ma mère :"mais les chiens, tu les donnes! Il s'agit de ta vie quand même!" Oui, je sais, il s'agit de ma vie mais dans cette vie est arrivée ces deux chiens avec lesquels j'ai crée de forts liens. Je suis responsable d'eux jusqu'à la fin. En plus ils sont frère et soeur et donc inséparables. Non, vraiment, je dois faire avec eux. Alors je dois continuer à faire confiance en la vie. Une idée, une personne, un truc va bien se passer qui débloquera cette situation. Et puis merde, 3 semaines de vacances en 4ans, même si là ça fait 2 mois1/2 que je suis en plein repos, j'ai encore du rattrapage à faire. Il n'y a que très peu de temps que je commence à me sentir libre de la boutique, ou je commence à me retrouver. Jusqu'à encore peu de temps j'étais toujours opréssé comme si j'allais de nouveau devoir ouvrir, comme si une nouvelle galère allait m'arriver parce que 4ans de galères quand même cette boutique. Galères crées par mes chers employés, Gaël puis Cathy. Si j'avais su bien m'entourer je serais certainement encore aujourd'hui avec le magasin et des chiffres en progressions. Franchement, ça me plaisait, j'aimais ce rapport clientèle, j'aimais miser sur de nouveaux produits et arriver à les vendre mais la charge d'un multiservice est tellement lourde que seul ça devenait un cauchemar. Et tous ces papiers administratifs, ces inventaires ... pffiuu lala, oui, la galère! Depuis que j'ai arrêté j'ai pris 2 kilos! Content je suis! Tu m'étonnes, quand je bossais je ne mangeais pas ou pratiquement pas, le besoin de repos prenait le dessus. Alors je grignottais: un sandwitch "SNCF", un mars, un bounty, ou rien du tout!  Donc à deux, je regette de ne plus avoir le magasin mais seul, aucun regrêt, vraiment. Aujourd'hui encore lorsque j'ouvre les yeux je me régale de voir l'heure tardive de mon réveil, de savoir que j'ai la journée à moi, pour moi, que je suis libre de faire ce que je veux, quand je le veux. Tout n'est que passage, tout est mouvement, ces instants de liberté prendront fin un jour alors il faut que je profite de l'instant présent mais c'est toujours aussi dur de tenir si ce n'est une heure comme ça! "Si tu es anxieux tu es dans le futur, si tu es déprimé tu es dans le passé, si tu es en paix tu es dans le présent' dit je ne sais plus quel Sâge. Alors je travaille l'état de PAIX !!!

Le programme du jour justement: tranquille!!!! La balade des Patous est mon seul rendez-vous, j'aime. Durant presque un mois je mettais mon réveil pour avoir le temps de la faire tout en ayant le temps de passer du temps (oui, répétition je sais!) avec mes neveux, là, comme je l'ai écris plus haut: fin d'un rythme. Ah si, je passerai chez ptite mère à son arrivée du train ce soir histoire de prendre l'apéritif ou diner avec elle pour ne pas qu'elle soit écrasé par le calme qui sera revenu dans sa maison.

samedi 23 août 2014

3, 2, 1.

Le temps passe, le temps passe et les vacances de petithomme2 se terminent bientôt: départ lundi. Ptite mère fait un A/R Paris pour le ramener. Enchanté de l'avoir mais je reconnais qu'un petit garçon de 4ans, c'est fatiguant!!! Tous les 1/4 d'heure il faut trouver une distraction mais nous nous sommes pas trop mal démerdé durant ces 15 jours. J'ai pas mal soulagé maman en le prenant avec moi plusieurs heures dans la journées d'autant plus qu'elle avait une crise de polyartrite enchainée à une sciatique! Heureusement grace au film "Belle et Sébastien" que je lui ai montré, mon petit n'a plus peur du tout des chiens et réclame de faire les balades avec nous. Un peu réticent au départ parce que je m'attendait à ce qu'au bout d'un quart d'heure il veuille rentrer mais non, il a beau avoir de petites jambes il a pas mal tenu le coup: nous marchions au minimum une heure, c'est toujours ça de prix. Bon, vers la fin du séjour il commence à en avoir marre et depuis hier il a déclaré forfait.

A deux reprises je l'ai amené à un étang non loin de chez ma mère que je ne connaissais pas. C'est une aire de loisirs ou les enfants peuvent se baigner avec un tobogan et un snack. Un endroit agréable avec un grand espace vert ou quelques filets d'eau circulent par-ci par là. Les pêcheurs peuvent également assouvir leur passion. Après, qu'est ce qu'on a fait?Je ne sais plus trop ... un peu de ballon, un peu de ping-pong sans table (!), etc ... 

Nous avons passé de bons moments tous les deux. Deux fois il a diner à la maison, tous les deux  avec avant, le rituel obligatoire: apértif! Bon, les deux fois c'était des pates au gruyère mais il adora ça! 

C'est la première fois que je peux passer autant de temps avec mon petit neveu. Il a 4ans, en septembre cela aurait fait 4ans que j'aurais eu le magasin, je n'avais donc pas de temps à lui consacrer lors de ses passages charentais jusqu'à aujourd'hui.

Ces dernières journées étaient donc rythmées par ce petit bout de choux et je crois que maman ne sera pas déçu non plus de retrouver le calme la semaine prochaine.

samedi 16 août 2014

hier.

Une journée simple et bonne qui n'aurait pas pu être si j'avais encore la boutique. Après avoir regardé sur le net, j'ai vu qu'une fête foraine avait lieu non loin de là. Je propose à mon petithomme d'aller faire un tour: à ne pas dire deux fois! 
Nous voilà tous les deux dans la petite Scouty pour 20 minutes de route dans un village que je ne connaissais pas, guidé par le GPS.

Trajet en petite voiture dans un petit village, avec une petite église et des petits manèges pour mon petit bonhomme! Pas trop rassuré encore pour que je sois loin de lui durant ses tours, je l'accompagne donc. La queue du Mickey existe toujours! Gentiment, le forain fait en sorte que ce soit mon petit qui l'attrape (pas trop difficle dans le choix: il n'y avait que nous dans le manège!).
Puis nous faisons une sorte de maison (photo) avec un parcours à réaliser: passer entre des murs en mousse, descendre d'un toboggan pour se retrouver dans une piscine à balles, shooter dans un gros balon...que de distractions y compris pour tonton qui a du, là aussi, faire le tour. Culottée la foraine m'a fait payer ma personne et ce, en plein tarif. Passage devant un stand de tir, je prends une carabine pour qu'il est un petit cadeau. Trop doué je suis: 3 ballons, 3 balles, il ne m'en a fallu que 2 pour les descendre. La balle qu'il me restait était pour une cible: en plein dans le mile! Lot? Un petit porte clefs Spiderman qui doit couter 0,50€ alors que ma partie était à 3€...

Sans déconner les euros nous ont tout changé. 2,50€ le tour de manège ce qui correspond à presque 20 francs le tour! A l'époque jamais nous n'aurions payé un prix pareil mais quoiqu'il en soit, jamais un prix pareil n'aurait été affiché.

Après avoir fait les manèges qu'il désirait (bon, il y en avait que 2 qu'il pouvait faire sur 4 manèges en tout et pour tout), bien sur, arrêt au stand confiseries. Habitué avant à se servir dans les bonbons de ma boutique, il retrouve les mêmes  mais que je fois payer cette fois-ci au prix fort. Maintenant que je connais les prix hors taxe, ça fait bizarre! .... Alors donc un paquet de bonbons et un Oasis pour lui, une gauffre au sucre et un coca pour tonton que nous mangeons assis sur un banc à regarder forains et passants. Il manquait la chanson de "Mistral Gagnant" ..... A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi et regarder les gens tant qu'y en a .....!

Puis vient le moment du départ à sa demande. Soudainement il me lance : "On y va?" Ok mon grand, allons y!

Retour maison, ptite mère a pu en profiter pour se reposer d'autant plus qu'une crise de polyartrite commence pour elle mais devrait s'atténuer après une prise de cachet, j'espère.
Je m'en retourne ensuite chez moi pour m'occuper du reste de la famille: Gaspard et Zoé, l'heure de la balade est arrivée!

Aujourd'hui il fait beau, j'envisage de l'emmener à une air de loisirs au bord d'un étang, là aussi un lieu que je ne connais pas.

Demain, une autre fête foraine se passe dans un village encore plus proche que celui d'hier, allez hop! La tête en bas les pieds en l'air, prenez vos tickets à la caisse!

mercredi 13 août 2014

juste un petit mot.

On réduit la glande pour quelques jours afin de passer le plus de temps possible avec petithomme2 et soulager ptite mère. Réveil non naturel ce matin mais encore très raisonnable: 10h. Rendez-vous avec la famille à 13h pour le déjeuner.

Ils sont bien arrivés hier soir, avec seulement 5 minutes de retard. J'ai eu le temps de remplir mes missions à savoir passer à la pharmacie et préparer le diner.

Sur le quai, mon petithomme me voit de loin et court dans mes bras en me serrant fort fort pendant de longues minutes, sans rien dire, juste serré dans nos bras. Son frère fait pareil qaund je le vois, adorable.

Nous n'avons pas de programme établi bien à l'avance ... Délicat de divertir toute une journée un petit garçon de 4ans à la campagne. Heureusement l'épisode pluvieux que nous avons eu cette nuit devrait être le dernier de la semaine. Eclaircies et nuages sont prévus.

Plaisir hier d'avoir eu au téléphone ma cousine. Cela fait au moins 3-4ans que nous ne nous étions eu. Même âge, très complices et très proches durant de longues années lorsque nous habitions tous les deux à Paris et encore plus lorsque ses parents ont récupéré notre appartement alors que les miens partaient vivre en banlieue. J'habitais alors au sixème étage, eux au cinquième ... Les allers/retours étaient fréquents! 
Ma cousine a quitté Paris il y a plusieurs années, bien avant moi, pour partir sur Montpellier ou le climat lui convient bien mieux, ce que je compreds. Mer et soleil, il y a de quoi. Il y a quelques semaines j'avais justement regardé par curiosité les billets de train pour envisager d'aller lui rendre visite mais .. Qu'est ce que c'est cher!!! Ça me fait monter à Paris pour redescendre dans le sud soulagé de plus de 100€ pour l'aller, laisses tomber, ce n'est pas le moment.

Comme beaucopu d'entre nous, elle vit aussi le "passage 2012"! Elle vient d'être licencié, son propriétaire lui demande de rendre la maison pour la fin du mois et son mec est parti!!!!

Ah elle est bien la famille en ce moment!

mardi 12 août 2014

captain ho! captain!

Coucher vers 1h30 du matin avec un triste nouvelle: la mort de Robin Williams. C'est dingue cette maladie qu'est la dépression quand même. Acteur américain avec plusieurs succès, de l'argent (donc belles maisons, voitures, voyages etc...) aimé de beaucoup, tu te dis: "quelle chance il a ! Il doit avoir une vie top!"  En plus il habite San Francisco! Et bang! Le mec se suicide à 63ans.  Plus tu es comique, plus en fait tu es triste à l'intérieur. Est ce que ça va calmer les gens qui croient qu'être dans le showbizz c'est extra, que le bonheur est assuré et envient la vie de l'"autre"? Non, je sais.
Quelque part ça me rassure dans ma petite vie avec mes moments de faiblesses. Je me demandais hier encore si je n'étais pas en dépression mais quand je vois les symptômes de cette maladie je n'en suis pas là! J'ai lu un article ou il est dit que ce mot "dépression" est très mal employé et très mal comprit, bien souvent il est utilisé pour signifier un état de tristesse mais c'est loin d'être le cas. Le mot "dépression" et la grande mode de ces dernières années. La preuve en est, surtout en France, ou il y a une prescrition énorme d'anti-dépresseurs. Rien qu'à voir ma dernière d'enfoirée d'employée qui s'est fait arrêter 8 mois pour dépression! Je suis sur que Robin Williams aurait voulu la même qu'elle! Et le médecin qui l'a arrêté n'a pas hésité à lui fournir des ordonnances d'anti-dépresseurs. 

Deux films me viennent tout de suite à l'esprit quand je pense à Robin Williams: "le cerlce des poètes disparus" bien sur et "au delà des rêves" (film pas mal spirituel). Le cas du suicide est dans ces deux films.

C'est dingue la vie quand même. Durant des années tu vis pleins de trucs -bons et moins bons- et en quelques secondes, hop! Tout s'arrête. Tu te fais du mouron, des angoisses, des peines alors qu'un jour ou l'autre tout cela n'existera plus  Je ne sais pas comment font les personnes totalement hatées qui se disent que tout cela ne sert à rien, qu'après c'est le néant. Tes années sur Terre seraient un pur hasard et ne serviraient à rien. 

Si je n'avais pas cette foi, je sais qu'à plusieurs moments de ma vie j'aurais moi aussi passé l'arme à gauche, je l'ai d'ailleurs fait lorsque j'avais huit ans mais j'ignorais beaucoup de choses à cet âge là, bien sur. Aujourd'hui si je le voudrais je ne pourrais pas je crois parce que dans mon monde les gens qui se suicident restent bloqués à un niveau de bas astral qui ne donne pas envie d'y séjourner (je ne parle pas de l'enfer catholique). Et avec ma notion de karma, le suicide ne fait qu'aggraver les choses. Tu ne peux pas fuir, à un moment ou à un autre tu dois vivre ce qui t'attend alors vlan! Tu reviens sur Terre pour continuer sous une autre identité, en ayant tout oublié de la précédente. Mais il est possible que la douleur soit tellement grande que même avec ces croyances tu passes à l'acte.

La mort ne me fait pas peur, au contraire, je suis persuadé que c'est à ce moment là ou le meilleur arrive. Pour moi, si enfer il y a c'est ici, sur Terre, sur le plan matériel, enfermé dans notre enveloppe physique, alourdi par la matière. Heureusement que jusqu'à aujourd'hui ce qu'il y a "après" reste un secret bien gardé (même si nombreuses expériences de NDE montrent une partie du parcours) parce que si nous disons aux humains qu'une fois mort, c'est "le paradis", il y aurait un nombre très importants de départs volontaires!

Certaines personnes m'avaient dit que mes dons spirituels avient été réveillés lorsque j'ai fait ma TS à 8ans. Je suis monté pour redescendre avec quelque chose. En tous les cas, même si j'étais bien jeune, je me souviens que j'avais eu comme une lecture de la vie qui m'attendait et que je n'en voulais pas. Quoi exactement? Je ne sais pas ou plus. L'homosexualité en faisait probablement parti.
Mon expérience T.S hors spirituel était ridicule: je me souviens l'avoir fait parce que les parents m'avaient interdit de descendre chez ma grand-mère pour voir un film!!! Oui, à l'époque ils refusaient d'avoir une télévision et nous devions déscendre à l'étage ou vivaient mes grands-parents qui eux, avait une Tv. Il est clair qu'à 8ans, tu ne te fais pas une T.S pour ça, n'est-ce pas?!

Bref, redescendons sur Terre dans l'instant présent. Mon blues d'hier est resté à hier, je savais que ça n'allait pas durer. Coucher vers 1h30, réveil à midi, immédiatement je me suis souvenu de la chance que j'avais: je décide de ma journée, je suis libre. Je me souviens d'hier, lorsque j'avais la boutique, que le réveil sonnait à 6h du matin, que ma journée se terminait à 19h30, complètement crevé. J'aurais tout fait pour rester au lit, plus me reposer mais c'était inenvisageable. Même simuler une maladie pour un arrêt, impossible. Je me savais bloqué pour un temps indéterminé. Et finalement, aujourd'hui, c'est la liberté. Il faut que je profite à fond.

Depuis 1h, ptite mère a posé le pied sur le bitume parisien pour ramener petithomme2 à 19h. J'ai comme mission de les acceuillir à leur arrivée avec le repas de prêt. Saucisses-purée, ça devrait le faire! Je dois aussi passer à la pharmacie pour lui prendre des médicaments dont elle a besoin. Voilà mes obligations de cette journée, ça va! 

lundi 11 août 2014

une visite.

Samedi après-midi, appel téléphonique de Dav&Jess, un couple d'amis de Paris. C'est Dav. que j'ai connu en premier il y a déjà bien longtemps maintenant ... presque 20ans, il a bossé dans la même boite de Prod. pendant un certain temps. Beaucoup de complicité ensemble avec lui et avec sa copine qui n'est plus celle d'aujourd'hui. Copine qui bossait aussi dans la boite. Que de soirées, que de bons moments passés ensemble. Pendant un temps il me faisait bien craquer ce petit brun aux yeux bleus et j'ai toujours senti que si je mettais le paquet il y avait moyen de. Mais j'étais alors plus sage qu'aujourd'hui et ne voulais pas risquer un truc avec un collaborateur et puis, notre amitié était bien, pas envie de risquer de la gacher.
Dav. a quitté la boite bien avant moi pour aller chez un "concurant" qui produisait pour la même chaine, la number one sur le poste de télévision. Même si nous n'avons pas de contact régulier il n'a jamais été rompu. La dernière fois que je les ai vu tous les deux ça devait être Il y a 3ans, lors d'un de mes passages parisiens. Lui approche la quarantaine, elle dépasse tout juste la trentaine, ils vont bien ensemble, il y a un bon équilibre je trouve, je m'entends bien aussi ave elle. Un enfant est déjà né de cette union et ils m'ont appris  qu'ils comptaient en faire un deuxième. Lui est aujourd'hui comme moi à l'époque ou j'ai quitté le métier: il n'en peu plus de ce milieu et ne travaille plus depuis janvier. Ils aimeraient dans le futur quitter Paris et revenir dans leur région: la Vendée. Ils sont tous les deux à la recherche d'emploi. Mais j'ai du déjà te parler de ce Dav., ça fait plus de 10ans que je tiens un blog, dingue!

Dav&Jess descendent à Saint Jean De Luz et me proposent de faire une halte d'une nuit à la maison, j'accepte avec plaisir.

Hier, le jour de leur arrivée, j'ai eu très peur car une pluie intense s'est mise à tomber, j'étais à nouveau trempé rien qu'en allant de la maison à ma voiture. Très content de leur venue mais je me suis dit: "qu'est ce que l'on va bien pouvoir faire???!!!" Ici tu sais, c'est tranquille, c'est la campagne, point. Et puis la question n'a même pas eu à être posée. A peine arrivée, ils avaient amené une bouteille de champagne alors apéro! Au bout de 2h de discussion il était déjà 14h: pas cuisinier et surtout pas assez de courses, nous avions prévu de déjeuner dans un resto mais il était déjà un peu tard pour être servi... Alors direction le Mc Do d'Angoulême!
A notre retour, visite du village, passage chez quelques commerçants et arrêt au Moulin pour réserver notre diner. Ils ont beaucoup aimé le village ainsi que chez moi, avec cette chère maison de verre qui fait toujours son effet.
 Au retour de la visite, on recommence: apéro et blah blah! Tant de choses j'avais à leur raconter depuis que nous ne nous étions vu même s'ils avaient eu un échantillon par téléphone. Le temps a vite passé, il a fallu repartir pour diner. Très raisonnable au coucher, aidé par les apéros que ni l'un ni l'autre n'avions pour habitude de prendre, à 23h tout le monde était au lit.

Ce matin notre réveil était programmé à 9h pour qu'ils reprennent la route en direction du sud. Ils veulent prendre leur temps et découvrir la région. Avant leur point de chutte il passe une nuit à l'hotel dans un village qui a été pris au hasard, devant moi, sur une carte routière. Ce sera Villefranche du Périgord! Nous regardons sur le net les hotels, ils en trouvent un correct et réservent.

A 10h30 ils sont partis.

Ça fait toujours drôle après de se retrouver seul, ça apporte souvent le blues à ma porte pour un temps assez court heureusement. Oui, ça me fait toujours drôle quand des amis de "ma vie d'avant", ma vie parisienne, arrivent dans ce petit village. Ça me fait halluciner (gentiment!) de me dire que mon pote Dav. est venu ici.

Après leur départ je suis allé direct faire la balade des Patous: ils n'en avaient pas eu hier.
Pendant ma marche je pensais à eux, Dav. et Jess. et me disais que tout de même, ce doit être réconfortant de se trouver, de savoir qu'on est accompagné pour affronter la vie, ce doit être reposant. Et puis là, aujourd'hui, après avoir laissé leur fils chez l'un des parents, ils prennent la route, à deux pour partager et se créer des souvenirs. Ils ont construit quelque chose, une famille, et s'apprete à s'agrandir, c'est cool.

J'aurai tellement voulu être hétéro dans cette vie, entrer dans les cases, trouver une femme, vivre la naissance de son enfant, couper le cordon, être à ses côtés pour son évolution, faire des projets non pas pour soi même mais pour et avec ceux qu'on aime, avoir une voiture familiale, une maison, etc, etc...

Savoir ce que ça fait d'être père, savoir ce que ça fait de dire "oui" devant monsieur l'Maire... c'est quelque chose qui m'aurait plu. On dit que la plus belle des choses dans la vie, le plus grand bonheur est d'avoir un enfant, ce n'est pas évident de se dire que nous n'en avons pas le droit dans cette vie. Mais c'est ainsi et il faut l'accepter.

Moi je suis toujours le fils de maman et ne serai jamais le père d'un enfant. Fils justement qui veut prendre soin de sa ptite mère et s'apprête à la retrouver pour diner chez elle dès que j'aurai quitté le clavier. Demain elle fait l'aller-retour à Paris pour chercher "petithomme 2", l'action va reprendre.
Mon frère et sa petite famille ont quitté l'Ile de Ré ce week-end et je crois que c'est aujourd'hui qu'il reprenait le boulot. Pas de nouvelles directes de sa part. Je sais que son prochain IRM va être le mois prochain. Toutes les 6 semaines ça va être l'angoisse. Je n'ose imaginer ce que ce doit être pour lui. Terrible.

jeudi 7 août 2014

jeudi.

Plus de clopes en fin d'après midi hier, je décide alors de passer au tabac avant de me rendre à un apéritif chez une ancienne cliente qui habite un village voisin. Tabac que j'avais avant, toujours aucune émotion en y retournant. Sans trop insister je regarde les rayons de l'épicerie qui me semblent bien plus vides qu'à mon époque, je me dis alors que je ne bossais pas trop mal pour en plus être seul. Lors de sa dernière commande tabac il lui en manquait tellement de tabac qu'il a du aller à La Rochelle (je crois que c'est là bas) pour se faire une grosse dépanne. Lieux que j'ignorai, j'étais habitué à me faire des dépannes bien plus près: à côté d'Angoulême seulement il y avait à chaque fois deux jours d'attente entre la commande et la disponibilté alors qu'à La Rochelle c'est direct. J'ignorai cette possibilité mais quoiqu'il en soit ce n'est pas avec Scouty que je pouvais me faire ça, les deux jours d'attente pour la livraison auraient été bien plus rapides que moi faisant un A/R! 

Le repreneur me disait hier qu'il ne pensait pas à la charge de boulot que cette boutique demandait et que même à deux avec sa femme, ça reste important. Il a du aller chez le médecin il y a quelques jours car il a mal au dos et un peu partout! Oh! Que je sais que c'est du boulot!!!! On a beau le dire mais c'est en le vivant vraiment que l'on s'en rend compte. Aujourd'hui si je me demande comment j'ai pu faire pour gérer tout seul je sais qu'à l'époque je ne me posais pas la question, je n'avais pas le choix, la tête dans le guidon, il fallait y aller. Maintenant, une fois l'expérience passée, effectivement je peux me demander comme j'ai fait pour tout faire seul. Grace au compte à rebours que j'avais lancé sur ma tabalette avant ma vente, il m'annonce maintenant les jours passés depuis que je n'ai plus la boutique. Demain cela fera 60 jours que j'ai fermé, 60 jours déjà que je ne bosse plus, incroyable comme ça passe vite. Et aujourd'hui, jour pour jour, cela fait 5ans que j'ai quitté mon ancien boulot. Il y a 5ans à cette heure ci je vivais ma dernière journée au bureau. Là aussi, déjà...
Dans quel état d'esprit j'étais? Je pense que tout devait se mélanger: la joie, la peur, l'excitation, les doutes...

Je me rends compte que petit à petit j'entre dans le quotidien et peux avoir tendance à ne plus avoir conscience de la chance que j'ai aujourd'hui de vivre ce que j'espérais tant lorsque je bossais: vivre libre! Mais tout me revient rapidemment à l'esprit et je savoure alors le fait de ne rien faire et ne rien avoir à faire. Il faut que je profite car à moins de gagner au Loto cette période actuelle ne pourra durer éternellement mais il n'est toujours pas l'heure d'y penser.
Bien souvent ce sont les "autres" qui m'y font penser avec la question inquiétante: "mais qu'est ce que tu vas faire maintenant?". Aucune réponse ne me vient si ce n'est: vivre l'instant présent, priorité reconstruction personnelle et épauler la famille, je verrai après.

mardi 5 août 2014

coucher 4h30,

réveil midi. Je prends mon temps: deux café installé à l'ombre de mon figuier, profitant de cette belle journée qui s'annonce être la dernière aussi belle de la semaine.

Nettoyage cuisine: vaisselle, balais, serpillère, un peu de rangement, j'ouvre un placard dans ma chambre et tombe sur une photo grand format dont je n'avais plus souvenir: Gaël et moi, coupe de champagne en main dans la suite du New York hotel de Disney. Notre premier séjour à Paris ensemble, la première fois que je lui ouvrais mes vies: mon ancienne et celle d'aujourd'hui. Nuits dans mon petit apparte, visites de mes rues: Saint Germain des Près, Notre Dame, Châtelet, de Montmarte à Disney, nous étions bien, tout était alors bien. Me volait-il déjà à ce moment?
Tout était trop bien, tout était trop beau. Aujourd'hui ce même homme m'a fait échouer mon projet de vie et je me retrouve complètement paumé. Mais cela devait être ainsi. Je dois rester sur l'idée que tout est lié, que le hasard n'existe pas et que je suis au bon endroit au bon moment. Pas évident de se le dire sur l'instant mais il le faut!

5ans aujourd'hui que j'ai quitté la Capitale et le monde de la prod. Tv. Cinq ans que je vis dans un village de 800 âmes. Je fonctionne dans le sens inverse des gens "normaux". Régulièrement on entend des provinciaux dire qu'ils ont quitté leur région pour "monter à Paris" afin de réussir. Moi, vis à vis de la société, j'avais réussi et c'est là que je lâche tout, quitte ma prison dorée pour me retrouver épicier d'un village charentais sans aucune expérience dans ce domaine! Je tombe sous le charme de mon livreur de fruits et légumes après qu'il m'est bien rentré dedans, l'engage dans ma boutique, lui apporte salaire, gite, couverts et voyages tandis que pendant ce temps là, il me plume personnellement et professionnellement pendant deux ans. 43ans et je repars à zéro sans aucune, aucune mais aucune idée de la direction de mon futur. Mon frère a une tumeur qui va le tuer (tu meurs!), ma mère fatigue et je suis là, à trouver les outils pour vivre au mieux cette période.

Hier, nous avons appris le décès de Jeanine. Un pan de vie qui tombe. Jeanine, une fermière du coin que nous avions rencontré lorsque nous étions petits alors que nous péchions dans un village voisin avec mon père, ma mère et mon frère. Elle venait faire boire ses vaches, les parents ont sympathisé. Elle faisait des fromages frais, ils aimaient (pas moi!) et les liens se sont formés. A chaque vacances d'été nous venions la saluer. Toujours fidèle, chaque année nous recevions à Paris une "belle" carte d'elle pour les fêtes. "Belle" entre guillemets parce qu'elles ne correspondaient pas du tout à nos gouts personnels: genre un châton avec des paillettes dessus, tu vois? Mais c'était adorable de sa part.
L'enterrement a lieu demain, nous y allons, maman et moi.

Maman, que j'ai appelé tout à l'heure. Depuis la maladie de mon frère nous avons repris l'habitude de cet appel quotidien. C'est important je crois. Nous en avons chacun besoin. Juste un bonjour, savoir si la nuit était bonne... L'un comme l'autre sommes seuls.
Elle m'a parlé de son angoisse du moment: elle est encore à découvert. Je lui dis à nouveau qu'elle a  toujours la maison, ici, si besoin mais elle se sent bien là ou elle est et aimerait y rester si elle le peut. Est ce que si je n'étais pas là elle reviendrait? Je ne sais pas. Je pense. C'est vrai que nous sommes bien aujourd'hui chacun chez soi avec notre indépendance. J'aime comme elle doit l'aimer aussi. J'avais quitté la maison à mes 18ans et le fait de revenir quotidiennement auprès de ptite mère n'était, tu t'en souviens, pas évident il y a 5ans. Ce qui est con c'est qu'elle paie un loyer alors qu'ici, nous sommes propriétaires.

Ce post doit te paraître un peu triste mais je ne le suis pas... Enfin j'ai des coups de blues mais je les accepte et les laisse passer. Ça vient, ça repart ... J'essaie de me dédoubler et d'être observateur de moi même. Faut bien s'occuper!

En tous les cas aucun regrêt d'avoir vendu la boutique et je suis vraiment content de ne plus rien avoir à faire, que mes journées soient libres et donc belles même si des pensées parasitaires essaies d'entâcher cet état!

Hier soir, Thib m'a à nouveau proposé un bbq, chez lui cette fois ci. On a pas mal parlé et il s'avère qu'il vit un peu le même truc que moi en ce moment: il n'en peu plus de son boulot (artisant) et ne ressent plus aucune motivation. Ce n'est pas super en ce moment avec son patron, il a envie de changer sans avoir aucune idée de sa nouvelle direction. Contrairement à moi il a une femme et un enfant, ce qui rend les choses plus délicates.

Programme du jour? Tranquille la journée, apéritif ce soir chez une amie qui se trouve être la voisine de maman. Du coup, après le verre, je passe dans la maison d'à côté pour diner!

Je n'ai plus trop envie de sortir actuellement, du moins d'aller à des soirées avec du monde. J'en ai deux de prévues prochainement et je compte les annuler, toujours avec un petit mensonge, obligé!
-"Excuses moi mais je ne vais pas venir à ton anniversaire, je préfère être tranquille chez moi, tu ne m'en veux pas?" ... Ça ne passerait pas je crois...

dimanche 3 août 2014

finalement ...

Comme annoncé par ma super application "weather pro", la journée d'hier n'était pratiquement que pluie et orage. Nous devions faire nos courses, ptite mère et moi mais elle m'a téléphoné pour ajourner, ce qui m'arrangeait. Cette météo donnait plus envie de rester sous la couette que pousser un caddy.

Vers 17h30 mon amie Claire me propose de passer à la maison boire un verre. Ok.

De là, on frappe au portail: c'est mon ami Thib qui propose de faire un bbq improvisé dans mon jardin. Ok.

Moi qui est annulé un apéro dinatoire n'ayant pas l'esprit festif et pensant rester cocooning à la maison: raté! Mais c'était sympa.

Une grille, quelques pierres et branches posées dans le jardin et hop! Le bbq était monté! Les saucisses et la viande sont prêtes, la femme de Thib et son fils nous rejoingnent. La fraîcheur de la soirée nous envoi dans la maison de verre pour déguster à l'éclairage des bougies.

23h, tout le monde part, je débarasse.

23h30 je vois Zoé foncer comme une folle en abboyant. Je sors dans le jardin et vois deux mecs en train d'escalader mon mur!!! Ils ont vite fait marche arrière en voyant ces deux ours blanc abboyer comme des fous. J'ai eu le temps de les voir (sans pour autant les détailler avec l'obscurité) en allumant la lampe de mon iPhone, ils fuyaient par le jardin du voisin qui, à son tour, se met à sortir de chez lui lampe de poche à la main. L'un était plus paniqué, l'autre prenait son temps pour partir en osant même me répondre: "oui, oui, c'est bon, on y va!". Ils devaient avoir entre 15 et 18ans, capuche sur la tête.
J'ai hésité à appeler la gendarmerie et puis ... il était 23h30, ils seraient arrivés à minuit, je n'ai pas assez vu les gars pour apporter un portrait robot, ils auraient déjà été loin et j'aurai eu plus de galère en devant apporter mon témoignage. J'ai laissé l'affaire sans être totalement rassuré par la suite.
Ils ont du tourner pas loin car Zoé continuait de temps en temps à abboyer.
Alors j'ai fermé portes et fenêtres, ce que je ne faisais pas avant, loin de penser que je puisse être ennuyé. Sans les chiens, ils entraient sans problème. Le pire c'est que j'avais allumé la lampe extérieur pour débarasser donc les gars savaient qu'il y avait une présence. Tu parles, ça ne leur fait plus peur.

Aujourd'hui Dimanche. Il y a quelques semaines je bossais à cette heure ci!
Ciel gris, pluie à venir, à part la balade des Patous (que je n'ai pas fait hier), je ne compte pas m'activer plus que ça. J'ai débarrasser exprès le repas d'hier pour que tout soit clean et que je n'ai pas à le faire aujourd'hui. Entre quelques goutes, je jardinerai peut-être, les mauvaises seront plus facile à enlever avec l'humidité de la terre.

vendredi 1 août 2014

ok.

Le frangin est bien parti avec son fiston tôt ce matin. Les au revoirs était pour lui et moi hier soir, après un dîner crêpe. Difficile de faire comme si de rien était. Beaucoup de mal à m'empêcher de penser que si ça se trouve c'est la dernière fois que je le vois ici, en forme, sur ce pas de porte. C'était donc des au revoirs "normaux", comme si tout allait bien et que le rendez-vous allait se renouveller automatiquement l'été prochain. J'avais envie de plus le regarder, que l'au revoir soit soutenu. Mais surtout pas, il ne le fallait pas.

C'est dingue la vie, nous savons que nous pouvons tous, tout un chacun, partir du jour au lendemain mais vivons comme si nous étions immortels. Il faut une putain de maladie, il faut être au courant d'une période aproximative ou l'"autre" va partir pour que l'on prenne conscience de cette fin. 
Vivre chaque jour comme si c'était le dernier, phrase bien connue, souvent dite, mais si difficile à pratiquer au quotidien tellement nous sommes conditionnés, absorbés. J'y arrive, certaines fois, pendant une période généralement assez courte, il faudrait que cette période soit pour toujours. C'est du boulot. J'y travaille. Certainement pas prêt pour cette vie!

Une ancienne cliente m'invitait demain soir pour une partie chez elle, je l'ai appelé tout à l'heure pour annuler en trouvant un prétexte bidon. Pas spécialement la patate et pas envie de devoir faire genre l'avoir. Impossible de lui dire la vérité, ça n'aurait fait qu'empirer les choses, elle aurait encore plus insisté pour, gentiment, me changer les idées. Pas envie.

Bon excuses moi mais mon riz et croquettes de poisson (enfin ce qui est appelé "poisson" sur l'emballage) m'appellent et mon ventre appui.


jeudi 31 juillet 2014

ça mord!

Cela devait faire 30ans que je n'avais pas tenu une canne à pêche! Je trempe le bouchon quelques minutes: hop! Un petit poisson! Je n'insiste pas, je n'aime pas ça. Même si c'est petit, l'idée de lui mettre un crochet dans la gueule ce n'est pas mon truc.

Un bon moment hier avec la famille. Après le bbq je suis passé à la maison voir si les chiens n'aboyaient pas trop, je n'avais pas mis les colliers, puis je suis allé les retrouver à leur coin de pêche, adorable petit endroit que je ne connaissais pas. Mon frère y allait avec mon père.
Face à un petit lavoir d'un petit village, il fallait traversser la C harente et la longer en passant par un champ. Je les retrouve sans difficulté près d'une petite chaussée ou le fleuve coule un peu partout par petits filets dont un qui passe au pied d'un bel arbre ou je me voyais bien méditer.
Discrètement je prends quelques photos de mon frère avec son fils, je veux garder ces instants. 

Au bout de 20 poissons, décision de petit homme: nous partons.

Chemin inverse, retrouvons ptite mère qui lit à l'ombre d'un arbre. Puis nous nous séparons: un ami de mon frère venait prendre l'apéro, même si je l'apprécie je n'avais pas spécialement envie d'être là, j'en ai profité pour rentrer à la maison et me reposer un peu.

On frappe au portail, c'est mon ami Thib qui passe à l'improviste. Nous buvons un coup: Ricard pour lui, coca pour moi. Je lui dis qu'il y a 35ans nous étions à tous les coups ensemble à cet endroit. Ce village était notre destination annuelle pour les vacances d'été et je connais Thib depuis mes 8ans.

A son départ, bang, sans crier gare la cafard m'envahi. Le passé me revient et se mélange au présent.
Ce lieux qui était un lieu de joie, de naïveté, de vacances, de famille avec mon père, ma mère, mon frère, le passage d'oncles, de tantes, de cousins, de diners dans le jardin, de soirées crêpes ..., je me retrouve aujourd'hui ici, tout seul, paumé dans ma vie avec mon frère qui approche de sa fin.
J'accepte cccomme je le peux cet état et le laisse passer ....

Le soir venu, balade de mes Patous, trop chaud dans la journée pour la faire avant. Comme souvent, cette marche me recharge et me fait du bien, nous revenons à la tombée de la nuit, nuit qui arrive déjà de plus en plus vite. Il faut que je profite de pouvoir prendre mon petit déjeuner sous ce ciel bleu, au pied de mon figuier. Nous sommes déjà le dernier jour de Juillet...

Après ce post je vais appeler la famille pour connaître le programme. C'est le dernier jour, mon frère et son fils repartent demain matin...

Je pense que dès demain, maman va aussi ressentir un gros coup de blues, le fait de se retrouver à son tour seule dans sa maison avec l'ombre encore fraîche de son fils et petit fils. Je vais tâcher de l'accompagner de mon mieux en manifestant ma présence.

mercredi 30 juillet 2014

J-2

Plus que deux jours et ce sera la fin des vacances de mon frère chez nous. Impossible de ne pas se demander si c'est la dernière fois que nous le voyons ici. Je n'arrive pas à me préparer à son départ, comment se préparer à ce genre de truc.
Tous les jours je vais chez ptite mère les retrouver pour le déjeuner et/ou diner. L'après-midi il fait ce qu'il voulait avec son fils: pêcher. Maman est obligé d'être avec eux pour les accompagner, mon frère n'a plus le droit de conduire (épileptique).
Il était fatigué hier, probablement le début des effets de sa chimio qu'il a prit il y a 3 jours.
Nous passons de simples et bons moments. Le manque de communication est toujours présent, comme toujours, comme souvent. L'un ou l'autre parle de tout et de rien pour remplir le vide. Cela me rend souvent mal à l'aise mais ça a toujours été un peu comme ça dans la famille.
Hier j'ai trouvé ptite mère  bien marqué physiquement par la fatigue, ce qui me peine encore plus.


Depuis 2-3 jours je ne tombe à la télévision que sur des films/séries ou dans le scénario un personnage est atteint d'une tumeur du cerveau ou est en fin de vie. Hier soir encore avec le film "à l'ombre du figuier" que diffusait Canal + : une femme de 95ans, condamnée, passe ses derniers jours dans une maison de campagne entourée de 3 personnes (amis ou famille, je n'ai pas saisi).
Beaucoup de raisonnance avec mon présent bien sur, provoquant quelques larmes...

Non, je n'arrive pas à me préparer à l'innévitable. J'ai toujours cette image de moi, en tongues, devant l'Himalaya à escalader. Je t'en avais déjà parlé il y a plusieurs mois: je suis aujourd'hui toujours au même stade: au pied de cette montagne à regarder son sommet et en me disant : "je n'y arriverai jamais!". Un jour qui n'est probablement pas si lointain que ça, nous parlerons de mon frère au passé, nous rappelant certaines habitudes, certaines attitudes, certains mots, certains souvenirs.
Alors qu'aujourd'hui nous partageons les repas tous ensemble, ce ne sera plus le cas, il ne sera plus là. Non. J'ai beau l'écrire, j'ai beau y penser, je ne peux le réaliser, encore moins l'accepter. Et nous sommes tous impuissants. Nous savons ce qui va arriver et nous ne pouvons rien faire pour le changer.

Le futur me fait flipper, il faut que je travaille dessus.
La grosse épreuve qui nous attend, le fait de ne pas du tout savoir ou je vais dans ma vie, ça + ça = opression. Besoin de partir un peu, de voir autre chose, quitter les frontières de ce petit village dans lequel je vis depuis maintenant 5ans. Ça devrait pouvoir se faire en septembre, je l'espère.  J'aimerai voir la mère, j'ai envie de la mère, je ne sais pas pourquoi. Je ne suis pourtant pas bien loin (envrion 1h30) mais sans voiture, tout est bien plus délicat. En attendant un petit voyage, j'envisage de prendre le train pour une journée et partir à La Rochelle pour revenir le soir même. Au moins une journée, juste une.

Ma comptable m'a encore appelé vendredi dernier: il manque des trucs, ça me saoule, je ne les ai toujours pas cherché et n'en ai pas la moindre envie. Ralebole, j'ai tellement perdu avec cette boutique que je ne suis plus à ça prêt. 51 jours et 22 heures que j'ai tout arrêté, déjà! Incroyable comme ça passe vite.

Pour travailler le futur, comme je l'écris plus haut, il faut que je sois dans le présent. Dès que je me sens flancher j'y pense et essaie de pratiquer. Un travail de chaque instant, un travail pas évident.
Là, tout de suite, maintenant, je suis bien. Un beau ciel bleu, un grand luxe par rapport à avant lorsque j'avais le magasin: il va être 11h, je suis réveillé depuis pas très longtemps, prends mon temps pour boire mon café et écrire ces mots, à l'ombre de mon figuier justement! Gaspard et Zoé ne sont pas loin, nous sommes bien tous les 3 et pouvons profiter de l'un et de l'autre. Pas d'obligations pour la journée ni pour les jours qui arrivent. Là, tout de suite, maintenant, c'est un pur bonheur. 
Il n'y a que comme ça que je peux fonctionner pour tenir le coup. Aujourd'hui je suis le seul à ne pas prendre d'ant-dépresseurs! Maman en a, la femme de mon frère en a, mon frère en a.

Ah oui c'est vrai! Il faut que je te dise la réaction de mon frère lorsqu'il est revenu à la maison et a vu l'état du jardin: ça a été! Je redoutais mais ça a été. J'ai demandé confirmation à ptite mère par la suite pour voir si, une fois mon absence, il avait fait des remaqrues: non, aucune, juste qu'il ne supportait pas la bave de Gaspard! Effectivement, chose que Gaspard ne fait pas souvent, il a eu à un moment un filet de bave, bon, y a pas mort d'homme mais ça pour mon frère, c'est rédibitoire. Je n'arrive pas à le comprendre. Il a changé les couches de merde de ses enfants mais un simple filet de bave l'écoeur. Il n'aime pas les animaux, il n'aime pas les animaux, point. De ce côté il est vraiment comme mon père.  C'est dailleurs pour ça que maman m'a laissé en garde sa petite chienne pour la semaine afin de ne pas importuner mon frère.

Je retrouve la petite famille vers 13h pour déjeuner. BBQ au programme (ce devait être hier mais météo couverte). Peut-etre le dernier. Pour moi, tout est peut-être le dernier! Mon frère pense t-il aussi à ça? Lorsqu'il est venu à la maison s'est il dit que c'était probablement la dernière fois qu'il venait ici?  Il ne vient qu'une semaine tous les étés....

Il repart vendredi matin avec petithomme pour continuer leurs vacances sur l'Ile de Ré, un rituel annuel chez des amis. Ensuite c'est petithomme numéro 2 qui vient à la maison (enfin chez maman) pour une quinzaine de jours, vers la mi-aout. Il sera délicat de le divertir... 4ans 1/2... dur. Nous verrons bien, nous trouverons bien.

samedi 26 juillet 2014

passage du soir.

A part quelques petites minutes, le train était à l'heure. Je repère assez rapidement la silhouette de mon franin, jean, chemise blanche, chapeau. Depuis sa tête rasé, il sort toujours couvert.

Belles retrouvailles sur le quai de la gare de la petite famille.

Arrivée chez ptite mère, apéro Pinault. Alors que je me retrouvais seul dans le jardin avec mon frère, j'en profitais pour lui parler du récent passé et du présent. En fait, le coup de tirer au sort sa chimio en cachets ou en injection c'est qu'ils font des test. Ils ont tiré au sort le groupe A qui allait prendre leur traitement en cachet, le groupe B en injection. J'allais écrire: "il a eu de la chance d'être dans le groupe A" mais le mot chance ne correspond vraiment pas.

"Tu as regardé glioblastom.e sur internet?" me demande t-il soudainement.
- "Oui ... Difficile de faire autrement..."
"Flippant non?"
- "Oui ...."
"Comme me le dit ma psy: "VIS! Tu peux partir dans 6 mois alors VIS!"
Quoi répondre ...
Il dit qu'il va bien, qu'il est aussi sous anti-dépresseurs et heureusement. Sa femme par contre c'est moins évident mais elle commence à remonter.

Il doit prendre son traitement une fois toutes les 6 semaines puis IRM, puis ils avisent en fonction du résultat. Les médecins disent que 20% de l'augmentation de sa tumeur n'est rien, minime, ridicule.
Je n'ai bien sur pas relevé mais c'est nous prendre un peu pour des cons, non? Je ne suis pas médecin et suis nul en math mais enfin en 1 mois une tumeur qui grossi de 20%, il reste 80% donc. Début septembre ça peut être 40%, il restera 60% et ainsi de suite... On ne tien pas l'année comme ça. Alors oui, bien sur, si le traitement fonctionne...Ils ne le savent même pas aujourd'hui, ils sont en test! Je n'y crois pas à leur truc, je n'y crois pas. Ça va nous le détraquer, il sera de plus en plus mal, de plus en plus faible, il y aura un moment ou il ira mieux, ou la tumeur n'aura pas bougé voir même un peu régresser et bang! Ça repartira de plus belle et encore plus vite.

Je suis sur qu'aujourd'hui les médecins ont déjà une espérance de vie et savent très bien ou ils vont. Mon frère devient un cas d'étude, les traitements sont un busness qui rapporte, allons-y.

Enfin, en dehors de ça nous avons passé une simple et bonne soirée.

Petit moment de panique lorsqu'il nous dit qu'il compte passer demain, ici, pour chercher son matériel de pêche! Bien que maman et moi l'avons préparé sur l'état du jardin non entretenu, je crains! Je vais mettre mon réveil demain pour arranger du mieux que je peux sans pouvoir faire grand chose non plus.


l'arrivée est proche.

Merci pour vos témoignages dans les commentaires et mail. Merci beaucoup. 

C'est ce soir, à 19h, que mon frère arrive. Probablement plus de détails que ce que je n'ai eu aujourd'hui parce que finalement, hier, il n'a pas eu son nouveau traitement de chimio par injection mais par cachet. "Ils ont tiré au sort" m'a dit maman! 
Comment ça? Tu fais "plouf plouf" pour quelque chose d'aussi important???? Elle ne sait pas trop quoi me dire, elle dit ce qu'elle a entendu de mon frère. La médecine pense que cachet ou injection apporte le même résultat. Comprends pas. Pourquoi alors ne pas chosiir tout de suite la formule cachets, bien plus "agréable" à prendre que 2h avec une perf! C'est tout la médecine ça! Ils te disent des trucs, ils t'embrouilles sans que nous puissions trop comprendre la réalité. Mon frère m'éclairera probablement.

Je sais que c'est fortement déconseillé mais comment faire autrement quand tu es isolé: j'ai fait des recherches plus approfondies sur la fin de vie avec le G lioblastome (nom de la tumeur). Je n'ai pas lu les forums mais suis tombé sur une thèse d'un médecin. Même si je ne comprends pas beaucoup de termes, les résultats sont catastrophique!!!! 2ans max d'estimation de vie avec de nombreux symptomes tous aussi terribles les uns que les autres. Beaucoup de souffrances, de dégradations physiques. Etat grabataire et dépendant pour manger, faire ses besoins, etc ... 45ans mon frère, 45ans!

Je comprends un peu mieux la réaction de mon fère lors de notre grosse embrouille familliale l'été 2012. Nous ne le savions pas mais il était déjà malade et l'un des symtomes apporte des énervements. Jamais je n'avais vu mon frère me parler comme ça avec des mots aussi durs à mon égard, je comprends maintenant.
Aujourd'hui encore il a des réactions assez dures, de moins en moins de patience, il peut s'emporter facilement. J'appréhende un peu cette semaine.

En tous les cas, à ma grande tristesse, cette embrouille est encore toujours un peu là aujourd'hui car mon frère aurait dit à ma mère qu'il ne voulait pas revenir à la maison, ici, là ou se trouve notre maison de verre. En même temps je me dis qu'il ne vaut mieux pas qu'il voit le jardin dans l'état qu'il est aujourd'hui! Il serait fou!

Je flippe à fond, je n'arrête pas d'y penser. Je ne me sens pas du tout prêt pour affronter tout ça, je n'arrive pas à imaginer mon frère "vivre" ça. Très difficile pour l'entourage, plusieurs familles dans l'étude demandent une hospitalisation. Cela fait un an que nous avons découvert cette tumeur, combien de temps lui reste t-il vraiment??? Apprement c'est très rapide. Je ne suis pas prêt, pas prêt du tout. Accompagner mon frère, mes deux neveux, leur maman et la mienne, comment je vais faire? 

Lorsque je suis devant petithomme et ptitemère je fais bonne figure mais dès que je me retrouve seul c'est plus difficile. Ça m'a fait rater un pot d'anniversaire que j'avais hier soir. Pas grâve, j'ai dit que je passerai aujourd'hui pour me rattraper.

Voir mon frère souffir sans rien ne pouvoir faire, voir ma petite famille dans la peine sans rien pouvoir faire. Ce futur va rapidemment devenir présent. Comment je vais faire.

Maman est déjà crevée aujourd'hui. Hier, alors que je faisais une course avec petithomme, à notre retour elle était couchée, l'orage aurait réveillé sa sciatique. 

Mais le plus à plaindre est bien sur mon frère. Inimagineable ce qu'il doit vivre, les angoisses qu'il doit avoir. Terrible.

Vivre l'instant présent, je ne vois que ça à faire. Le vivre maintenant avant que ce présent ne soit un enfer.

jeudi 24 juillet 2014

la nouvelle est tombée,

comme je m'y attendais, ce n'est pas bon.

C'est hier que maman me l'avait annoncé, elle avait eu mon frère au téléphone pour les résultats de son IRM. La tumeur a grossi de 20%, fin de la chimio par cachet, on passe au stade plus hard: cathétère pour injection de 2h tous les 15 jours. Il test en plus une nouvelle formule qui vient des USA qui serait 2 produits de chimio. Il a du signer une décharge pour ça.

Tu te rends compte, les rayons ne font plus effets depuis le mois de juin ce qui veut dire que de juin à aujourd'hui elle a augmenté de 20%, c'est énorme.

Ça y est l'ami, ça commence. J'aurais eu peu de temps de réelle pose. Cette nouvelle m'a bien sur foutu un coup. 

Ce que j'appréhendais arrive. 

Beaucoup plus dur pour mon frère de faire ce traitement. Souvenirs lorsque j'accompagnais mon père pour la même chose malheuresuement. C'était d'un glauque pas possible. Plusieurs personnes dans une pièce, chacune avec leur perf de chimio. Je me souviens d'une fois ou une patiente était présente et c'était effondré brutalement en larmes. Je m'étais alors mis à côté d'elle en lui tenant la main. Je revois son regard emprunt d'une peur immense. "C'est ma première séance" m'avait-elle dit en pleurant.

Comment va cette dame aujourd'hui?

Hier je regardais mon neveu s'amuser comme un fou à la console Wii sur un jeu qui demande de dancer. J'étais placé derrière lui, voyais cette silhouette gesticuler et mon esprit s'est projeté dans le futur. Dans pas si longtemps, ce petithomme de 9ans 1/2 qui aujourd'hui ignore tout et est si heureux va être désespérement triste et je ne peux rien faire pour lui éviter ça. Aujourd'hui il sourit, demain il pleurera. Pareil pour son petit frère de 4ans.

Mon frère était accompagné de sa femme quand ils ont donné les résultats, elle s'est effondré en larmes à l'annonce.

Et quels vont être les effets secondaires? Mon père c'était terrible, il vomissait à n'en plus finir.

C'est demain, à 8h30 que nous lui posons son cathétère et qu'il va avoir sa première séance. Après demain soir, il arrive ici pour une semaine de vacances. Comment va t-il être??? Il va faloir gérer.

J'ai peur que ce traitement le dégrade physiquement. Jusqu'à aujourd'hui c'était tout à fait correcte. A part son crane rasé tu ne voyais absolument pas qu'il était malade.

Tout à l'heure maman m'a dit que depuis la nouvelle de la tumeur de mon frère (soit un an au mois d'aout), elle a la sensation que la moitié de son cerveau ne foncionne plus très bien, étrange sentiment qu'elle ne savait pas trop expliquer.

Comment je vais faire pour gérer seul tout le monde quand le pire arrivera ?????? La femme de mon frère n'a pas de famille (enfin c'est tout comme), mes grands parents ne sont plus là, mon père non plus, je vais être le seul homme qu'il reste!!! Il ne faut surtout pas que ma mère flanche parce que si je dois être l'"homme", je sais que j'ai encore grandement besoin d'elle!!!

mercredi 23 juillet 2014

Pas de post possible demain matin

petithomme a voulu dormir à la maison. Première fois que ça se produit depuis que maman a déménagé d'ici.
Dormir à la maison en se faisant une soirée wii avant! Je lui ai acheté 2 jeux, j'avais la console sans aucun jeu!

Nous avons fait tout ce que ses parents ne veulent pas: des jeux vidéos dont un de guerre, Mc Do, coca au diner, coucher 23h!

Puisqu'il dormait là et que c'était l'anniversaire de mariage des parents (des miens!), symboliquement nous avons invité maman à diner ici avec, sur la table, un tout petit bouquet de fleurs du jardin, une initiative de petithomme! Emotion lorsque je l'ai entendu lui dire: 
- "Ce que j'aurais adoré c'est que l'on puisse passer cet anniversaire de mariage avec mon grand père". 
Son Grand père qu'il n'a jamais connu, il est né au moment de son décès. 10ans déjà qu'il est parti. Je m'adresse souvent à lui.

L'organisation du Futuroscope est bien compliquée. Aucun moyen d'y aller en train, ce qui est incroyable. Pour faire 80kms la SNCF t'impose 4h de voyage!!! Elle te fait partir de ma petite gare pour aller dans un sens pour revenir dans l'autre sens en passant par ma même petite gare mais sans s'y arrêter pour ensuite refaire le même trajet inverse et arriver ainsi à destination! Un sketch!
Demain je vais regarder s'il y a moyen de s'arrêter à Poitiers pour ensuite prendre une navette qui nous amènerait au parc mais encore faut-il que les horaires correspondent. Tu vois c'est tout de suite plus compliqué, plus chiant alors que tout pourrait se faire porte à porte en 1h.
Dans ma vie parisienne, lors de mes nombreux A/R retour Paris-ici, à chaque arrêt à la gare du Futuroscope je trouvais hallucinant de voir un quai aussi grand avec pratiquement jamais personne qui ne montait ni déscendait et l'arrêt durait la plus part du temps 7 minutes!
Je comprends maintenant pourquoi il n'y a personne! Ce parc qui était (et l'est peut-être encore, je ne sais pas) en difficultés, ne va pas se remonter avec des moyens pareils! 
Je comptais y aller demain mais je ne suis donc pas prêt. Vendredi est le seul et unique jour qu'il restera: jeudi c'est l'acrobranche et samedi mon frère arrive et je sais qu'il veut passer du temps ici, avec son fils.

Demain, c'est piscine! Il faut vraiment que je l'aime mon neveu parce que ci celle ci n'est pas privée, la psicine municipale c'est pas mon truc. Ça fait prout, je sais, j'assume. 
Le pédiluve, les enfants qui cris, faire du slalom pour faire une ligne ....Il n'y a que pour les yeux ou ça peut-être agréable et encore, tout dépend du casting du jour!
Mais, mais, heureusement, normalement celle ou nous allons est généralement assez calme. J'espère....

Il va être minuit, il faut impérativement que je m'endorme, petithomme est un lève tôt, très tôt! Tonton piel va devoir mettre son réveil.....

mardi 22 juillet 2014

mardi.

C'est aujourd'hui que mon frère à son nouvel IRM pour savoir si sa tumeur a augmenté ou pas... Pourvu, pourvu que ce ne soit pas le cas. Une chose est sur est que ses rayons ne font plus effet depuis plusieurs semaines, quel en sera le résultat. Je redoute un peu. Et lui, tu te rends compte dans quel état il doit se trouver tout de suite maintenant. Cette épée de damoclès qui est maintenant sur lui depuis 1an, déjà.... C'est terrible. Moi je serai complètement démonté à sa place je crois.
Attendre l'examen, le passer, attendre les résultats, quelle angoisse.
Pas de nouvelle directe de mon frère, toujours un "taiseux" comme dit ma mère. Princesse, sa femme, nous a dit qu'il était très, très fatigué et qu'il faisait de grandes siestes l'après midi. Nous n'en savons pas plus.

Hier, réveillé tard, mon petithomme m'attendait depuis le matin! Sans même déjeuner, c'est vers 16h30 que je l'ai retrouvé avec maman. Ils étaient sur un plan d'eau non loin de la maison. J'ai pris la relève: ramener ptite mère chez elle et me voilà parti avec mon neveu sans savoir du tout ce que nous allions pouvoir faire. Il avait envie de retournver ici, à la maison, la maison de verre. Hop! Nous voilà parti donc tous les deux avec Scouty en mode cabriolet. Une fois arrivée il m'a encore dit qu'il regrettait le fait de ne plus habiter ici. "C'est mieux, il y a un grand jardin..." C'est sur que les lotissements, avec toutes ses maisons identiques et chacune leur petit bout de gazon, c'est moin fun.
A sa demande nous avons fait un peu de jardinage, ce qui tombe bien avec tout ce qu'il y a à faire mais, je m'en doutais, ce n'est pas une activité qui a duré bien longtemps! 
Lui, muni de son ballon et moi de Gaspard et Zoé, nous partons au parc de loisirs. Pas extra pour la balade des chiens parce qu'à cette saison il y a "du monde" et je ne peux les lâcher. Au bout d'une demie heure environ je lui propose de faire une petite marche vers un endroit au bord de l'eau qu'il connait histoire de pouvoir lâcher un peu les Patous et tant qu'à faire, qu'ils se baignent.
Nous voilà tous les 4 sur la petite route adorable de campagne. Nous y restons environ une heure jusqu'à ce que je vois qu'il est déjà 20h, heure de rentrer à la maison. Sur le chemin, plutôt que de manger des pates que nous avait proposé ptite mère, j'ai l'idée de nous faire un Kebbab. Grande joie de petithomme seulement c'était en oubliant que nous étions lundi et que le lundi ici, tous les commerces sont fermés. Nous nous rabattons alors sur le seul resto routier ouvert.
Et nous voilà tous les 2 à la table de ce restaurant. Nous parlons de tout et de rien, je lui demande comment va sa vie parisienne, s'il a copains, copines (nous savons sans qu'il le sache qu'il a une petit copine!) mais rien ne fuse, il ne me parle pas d'une petite demoiselle, je n'insiste pas et m'attends en retour à ce qu'il me pose des questions sur l'homosexualité alors qu'il me questionnait sur Gaël mais non, rien, là aussi, je n'insiste pas! Si c'est une expérience qui m'a plus que marqué, lui aussi apparement car il m'en parle souvent. Il aimait bien Gaël, nous avions passé un week-end chez lui une fois.

Aujourd'hui, en début d'après midi, nous partons tous les 3 à Angoulême, au magasin Cultura pour lui acheter un jeu vidéo Wii car si j'ai récupéré la console de l'époque de Gaël justement, je n'ai aucun jeu. Mais comme je dois faire gaffe au fric et qu'il me reste des chèques cadeaux pour cette enseigne, j'ai eu cette idée.
Et comme ce n'est pas loin d'un Mc Do, tu devines ce que j'ai proposé...!!!

Après, à la demande de petit homme nous allons chez moi pour installer la console qui jusque là était chez maman. "C'est mieux, ta télévision est plus grande et nous aurons plus de place pour jouer!" m'a t-il dit. Je pense que c'est aussi un petit prétexte pour venir plus régulièrement à la maison.... Comme il me l'a dit, cette mison lui manque.
Les peurs qu'il avait à l'encontre de Gaspard et Zoé ne sont plus là du tout, c'est cool. Je le dois entre autre à Nicolas Vanier (que j'apprécie bien moins depuis que j'ai appris qu'il maltraitait ses chiens et en a laissé plus de 60 à la SPA de besancon!) et son film "Belle et Sébastien". Je le lui avais montré dans ce but, but atteint! 

Lorsque je suis rentré chez moi hier soir, Claire m'a à nouveau téléphoné pour passer à la maison ... Il était environ 23h30. Nous avons parlé dans la maison de verre jusqu'à 1h et bang! J'ai à nouveau raté le premier train du sommeil. Résultat je me suis couché vers 3h30!!!! Total le réveil programmé de 10h m'a mis dans le coltar, coltar dans lequel je me trouve encore lorsque j'écris ces mots. 

lundi 21 juillet 2014

go.

Il va falloir que je change ça quand même ... coucher pratiquement à 3h toutes les nuits. Je pense que je rate le coche en fait ... Si vers minuit je ne me suis pas coucher mon horloge interne repousse le décollage vers les 3h. Bon en même temps je peux me le permettre donc il n'y a pas mort d'homme mais quand même.

Voilà, petithomme 1 est sur nos terres! A l'heure ou j'écris, sa maman est déjà de retour à Paris. Maintenant il va falloir organiser le planning. Difficultés pour le Futuroscope, très peu de trains. Ça, dès que tu n'es pas de passage par une gare parisienne c'est la galère. 
Les choix que j'ai c'est soit plus de 4h de train (pour le parc qui se trouve à 1h), soit une arrivée vers 14h pour repartir vers 19h, un peu juste. Quatre heure de train non mais franchement! C'est un A/R Paris! J'ai commencé à demander à ptite mère si elle peu nous y amener en voiture et nous rentrerons en train seulement, le but de cette journée est bien sur de faire plaisir à mon neveu mais aussi de soulager maman hors là, ça ne la soulagera qu'à moitiée. A voir. 
L'accrobranche, parfait, il est fou de joie. J'emmenerai également son meilleur pote d'ici: Gab, fils de mon meilleur pote d'enfance: Thib! Il me reste à téléphoner pour réserver un accompagnateur car je n'ai jamais fait ce genre de trucs (je redoute un peu) et ne veux pas prendre cette responsabilité. Tu grimpes aux arbres, marches sur des ponds en corde, glisse sur une tiroliènne (c'est bien ça le nom?!), bref, l'aventure. Ça ne va pas êtres triste en ce qui me concerne!!!

Je viens de regarder le compte bancaire de la boutique en fermant les yeux le temps de l'affichage de la page. Ouf! Je n'ai pas dépassé l'autorisation de découvert et aucun débit n'a eu lieu ces derniers jours. Toutes les factures seraient elles passées? Je l'espère tant!
Bien sur, sur mon compte perso j'ai eu le 2ème retour du chèque de 1000€ de Gaël ... Encore une 3ème présentation et il sera en interdit bancaire. Moi sans les sous bien sur mais lui paiera d'une certaine manière.

Oops! Un texto vient d'arriver: "tu es réveillé?" me demande ptite mère.

Allez, on appel et on voit le programme du jour.


je traine

Il faut que je me couche.

Je traine sur FB et m'étonne en voyant le message d'une jeune fille de 17ans à sa mère, qui est une amie à moi. 

C'est un très chouette témoignage d'une fille à sa mère mais je trouve étonnant de le mettre ici, comme ça, sur FB. Chez moi ce serait plutôt le genre de chose intime à dire en tête à tête. 

Mais je suis peut être vieux. 

Il n'y a que quelques jours que j'ai découvert que le sigle "<3" n'est pas un caractère que mon ipad ne peut pas à lire mais un cœur penché! Enfin, si ça se trouve je me plante? Franchement le cœur il a une sale tronche. Ça pourrait même faire penser à autre chose!

Vieux je suis.

dimanche 20 juillet 2014

Dimanche.

Sièges arrières baissés, cool, hier Zoé monte sans difficulté par le coffre de la voiture, moi y compris, recroquevillé, la vitre du coffre collée au visage (image!). Normal, Gaspard qui reste sur place, fait quelques aboiements de tristesse, aboiements qui, je l'espère, se sont estompés après notre départ. Ils ne sont pratiquement jamais séparés. La dernière fois, lorsque Gaspard n'avait pas envie de faire la balade et que Zoé était partante, c'était la première fois que nous n'étions que tous les deux à la faire. Marrant, d'habitude elle est toujours loin devant moi, ce coup ci elle restait bien proche. Leurs comportements sont différents lorsqu'ils ne sont pas ensemble. De bons frère et soeur!

Nous partons pour 20 minutes de route chez mon amie Vétérinaire. Sur place, pas de problème, même si l'on sent que Zoé n'est pas dans son élément elle reste sage. Rendez-vous rapide: juste un vaccin à faire. Contrôle du coeur: tout va. Au moment de régler, mon amie véto me prend à part et m'invite dans leur espace privé pour boire un café et fumer une clope. Je tombe nez à nez avec un jolie chat roux et blanc qui dort sur une table métalique.
"Qu'est ce qu'il lui arrive à ce joli chat?" 
"Je viens de l'euthanasier", me dit elle. "pas encore eu le temps de l'enlever".
Oops.

En sortant du cabinet, appel téléphonique de mon amie Nad qui m'invite à diner le soir même. Ok, vendu. Juste le temps de rentrer à la maison, déposer Zoé, repartir avec ptite mère pour l'aider à faire les courses, revenir à la maison faire la balade Patous et départ à nouveau pour le diner.
Une fois à table, texto d'une autre amie, Claire, qui me demande si elle peut passer à la maison après ma soirée. Ok, vendu. Alors que le ciel gronde, que la pluie tombe et que de grands éclairs illuminent le ciel, je la vois effectivement se ramener, il devait être minuit.

Pour la première fois, sous les conseils de mon amie véto, j'ai laissé les chiens dans la maison pour la soirée car lorsque nous avons diner ensemble et qu'elle m'a vu inquiet de les laisser trop longtemps le soir dans le jardin par crainte d'aboiements intempestifs, elle m'a suggéré cette solution.
Alors hier soir j'avais laissé la fenêtre ouverte avec le rideau tiré, la moustiquaire aussi et les volets entrebaillés. eh bien à mon retour, à ma grande surprise, Zoé était dans le jardin! Je ne sais pas comment elle a fait mais elle a réussie à passer par la fenêtre!!! Elle aurait pu se faire super mal mais ce ne fut pas le cas, heureusement. Elle avait réussi à lever la moustiquaire (sans l'abimer) et se faufiler je ne sais comment entre les volets.
Ce n'est pas le "chien chien à son pépère", je ne leur parle pas comme un bébé, je n'ai pas certains comportements exécifs que l'on peut voir dans des reportages avec les maîtres qui sont gagas de leur animal, non, je suis normal avec eux mais c'est fou le lien que j'ai (comme j'avais avec mon cher Balthazar). J'aimerai y être moins attaché mais n'y arrive pas. Quand je ne suis pas à la maison, je pense à eux en espérant que tout va. Quand j'accepte une soirée je me dis tout de suite" merde, mes chiens!". J'adore les animaux et en particulier les miens! Mes récentes expériences humaines n'ont fait qu'augmenter ce sentiment. Il m'est impossible de comprendre les maîtres qui arrivent à abandonner leur animal l'été sur les routes de France. Je sais très bien que si je reste ici aujourd'hui c'est parce que j'ai mes deux Patous. Je me souviens d'une conversation avec ptite mère quand il était question que j'arrête la boutique. Elle pensait que j'allais retourner à Paris pour avoir plus de chance de trouver du boulot et lorsque je lui ai dis que cela m'était impossible à cause de Gaspard et Zoé, elle n'a pas comprit. "Oui mais enfin, quand même, on peut trouver une solution, les donner à quelqu'un, etc..." m'avait-elle dit. Quoi???? Impossible!!!!! Leur vie passe avant la mienne, ce n'est peut-être pas bien mais je ne peux le concevoir autrement.
Bref.

A mon réveil tout à l'heure, texto: c'est une ancienne cliente qui m'invite à un apéro dinatoire avec musique et fiesta le 2 aout. N'ayant pu honorer un apéritif qu'elle m'avait proposé cette semaine, je ne peux refuser cette deuxième invitation. Puis c'est au tour d'une autre cops: Cécile, qui m'invite pour un week-end de fête le 15 aout: son anniversaire de naissance et de mariage, ça ne va pas être triste!
4ans que je ne m'étais pratiquement pas fait de soirées à cause du boulot, on peut dire que l'affaire est rattrapée. Le truc ici c'est que contrairement à Paris, trouver un bon prétexte pour échapper à une invitation est bien plus délicat et comme j'en ai refusé pas mal quand je bossais, aujourd'hui je n'ai plus d'excuses!

Si tu ne me connais pas bien tu dois te dire "ce mec boit comme un trou avec ses nombreux apéros!" mais détrompes toi: je ne bois pas d'alcool. Généralement je trinque avec un verre mais poursuit avec du coca ou autres jus. Même si je le voudrai, mon corps refuse l'alcool: très rapidement je ne suis pas bien: mal au coeur ou mal à la tête ou les deux. Avant je n'osais pas refuser et me payais ces symtomes, aujourd'hui c'est terminé, j'assume, oui j'suis un PD! Ici, dans le coin ça boit pas mal et c'est assez "bourrin" du genre si tu ne bois pas, t'es un PD. En ce qui me concerne ça tombe bien!

C'est ce soir qu'arrive mon petithomme 1. Princesse, sa maman, sera avec lui mais repartira dès le lendemain matin: la campagne n'est pas son truc. Je me suis renseigné auprès d'amis sur des activités afin de,1/lui faire plaisir, 2/soulager ptite mère. Je reste donc sur de l'acrobranche qui se trouve à 15kms d'ici et le Futuroscope, à 1h. S'il fait beau, j'ai quelques adresses de plans d'eau avec jeux qui ne semblent pas être trop loin mais il faudra le concours de ptite mère pour conduire car avec Scouty, la distance est triple!

Leur train arrive à 19h, je vais bien sur faire parti du comité d'accueil et diner avec eux ce soir.