... et aussi sur TWITTER!

dimanche 10 décembre 2017

Johnny.

Dès que j'ai appris sa maladie, je savais que lorsqu'il partira on en entendra parler pendant des semaines. Tu le sais, je ne suis pas Johnny. J'ai envie de rajouter Johnny le chanteur car l'homme, d'après les nombreux documentaires que l'on nous a diffusé avait l'air d'un homme simple, bon et touchant.

Comme beaucoup, j'ai été très impressionné de la foule présente mercredi dernier entre les Champs-Elysées et la Madeleine. Certains crient au scandale pour un hommage qui a du coûter une fortune. Je ne pense pas. Plus tu as du fric, moins du paie. Il y a certainement eu des deals entre la Mairie, la télévision et la presse. Certains crient au scandale: le peuple dehors dans le froid, les élites au chaud dans l'église. 1/Comment voulais tu accueillir la foule entière dans cette Madeleine aussi grande soit-elle. 2/Il y a tout de même eu 40 fans sélectionnés qui ont pu pénétrer dans l'église. 
Certains crient leur frustration que Johnny soit enterré loin de la France. Merde quand même! Ce mec s'est donné au public durant de nombreuses années, nous pouvons peut-être le laisser tranquille pour sa dernière demeure d'autant plus que cela est sa volonté.

Un truc que je n'ai jamais compris: la "fan attitude". J'ai vu un reportage dans "sept à huit" tout à l'heure ou l'on montrait un fan de Johnny aller chez le médecin tellement le décès de son chanteur le traumatisait. Il ressort du cabinet avec un ordonnance pour du Xanax et 7 jours d'arrêt! Non mais faut arrêter de déconner quand même!!! Placer quelqu'un sous Xanax n'est pas anodin. Tu m'étonnes que la France soit l'un des pays qui consomme le plus d'anti-dépresseurs. Et 7 jours d'arrêt maladie?!!! On se plaint après du trou de la sécu! Je trouve scandaleux ce geste du médecin. Le fan avait tout de même 42ans! Non mais allo quoi! C'est un traitement de fond qu'il faut faire avec ce patient! Pour qu'il soit touché à ce point là par la mort d'un homme qu'il ne connaissait pas (il ne connaissait que l'artiste) c'est qu'il a quelque chose qui débloque tout de même, non? Alors le mec va gober tout seul dans son coin son Xanax, sans thérapie à côté, tout simplement. On ne se rend pas compte des effets de ces produits.
Je comprends que Laetitia et les proches du chanteur soient touchés au plus profond d'eux même par ce décès, comme tout à chacun qui perd un être proche mais les fans, ils ne partageaient pas ses jours et ses nuits, ils peuvent encore aujourd'hui l'entendre chanter et le voir sur scène, pour leur quotidien cela ne changera rien alors que le quotidien de la famille, si. Il va y avoir l'absence, les habitudes qui ne sont plus, etc ....  Mais les fans... Oui, ok, il n'y aura plus de nouveaux concerts mais avec toutes ces années sur scène ils ont de quoi se faire des visionnages, non?
Enfin bref, je ne comprends vraiment pas que de grands gaillards adultes soient à ce point là touchés, c'est un truc qui m'épate. 

3 commentaires:

Mamy Grand a dit…

Cher Piel,

Le temps n'est-il pas trop maussade de ton côté ? Car l'hiver et la campagne, c'est pas toujours la joie.
Je ne viens pas ajouter une couche de gris ni faire baisser le thermomètre, simplement te proposer quelques babioles au sujet de la "fan attitude", dont tu pointes les excès. Tu dis ne pas la comprendre.
Normal pour moi. On ne peut que la constater. Et je dois bien me borner à des citations.
"C'est parce qu'elle est mouvante qu'elle est émouvante". J'espère ne pas me tromper car je cite de mémoire Michel Paul Guy de Chabanon (1730-1792).
Donc on est dans le domaine du sentiment, de l'émotion. La raison vient après, parfois difficilement, comme en amour. Je pense à l'amour fou, qui rend aveugle. Un mariage "de raison" est d'ailleurs déprécié.
Seconde citation, dont la totalité se lit sur https://gaycultes.blogspot.be/
"Détestez la mauvaise musique, ne la méprisez pas. (...) Sa place, nulle dans l'histoire de l'Art, est immense dans l'histoire sentimentale des sociétés. Le respect, je ne dis pas l'amour, de la mauvaise musique, n'est pas seulement une forme de ce qu'on pourrait appeler la charité du bon goût ou son scepticisme, c'est encore la conscience de l'importance du rôle social de la musique."
(Marcel Proust, Les plaisirs et les jours, Chapitre XIII)
N'est-ce pas la clé ? Pour aborder la "fan attitude", il faut passer par la sociologie de la musique. On peut y ajouter son économie. Et faire abstraction de jugements tels que "mauvaise musique" ou "machine à fric", qui n'ajoutent pas grand chose.
Par contre cette ordonnance de Xanax que tu m'apprends m'a abasourdi et j'espère comme toi que le malheureux malade sera suivi. L'Antiquité, qui payait des pleureuses, paraît plus sage.
Je te quitte en te souhaitant bon courage pour le cours de demain.

Piel a dit…

Merci Pipo pour cette tentative d'éclairage. La musique de Johnny n'est pas morte justement, seul l'homme l'est. Hors l'homme, les fans ne le connaissaient pas. Ils connaissaient ce qu'il voulait bien montrer, il était sur scène, c'est du spectacle. Donc aujourd'hui les fans peuvent toujours l'écouter et le voir. Il ne va pas leur manquer lorsqu'ils vont rentrer chez eux le soir ou pendant les fêtes de fin d'année. Quand je parle fan attitude ce sont les gens en pleures pour qui la vie s'arrête, comme l'exemple que j'ai cité avec le xanax. Jean Philippe Smet est mort mais Johnny, non, Bref, cela restera un mystère pour moi et je les plains. Suite à ce décès j'ai aussi lu que dans le nord, des gendarmes ont été appelé parce qu'une personne pensait que ses voisins avaient une violente dispute conjugale parce qu'il entendait cris et pleures. Une fois sur place il s'avère que c'était un couple en pleures à la suite de cette mort! Bon...
Merci pour tes vœux au sujet de ma leçon de demain!....

Mamy Grand a dit…

Merci Piel, je comprends mieux.
Finalement la confusion entre la production artistique et son auteur est assez fréquente.
Ça génère parfois de belles bourdes. Ainsi, je me souviens d'avoir lu "Si Mozart avait visité Aix-en-Provence, il est certain qu'il aurait voulu y vivre ; il s'y serait senti immédiatement chez lui", alors que ce compositeur, aspiré par sa carrière, recherchait les capitales (tentative à Paris, installation à Vienne) et leur intense activité musicale.
J'en souris, me demandant si cette phrase n'est pas venue de l'Office du Tourisme soucieux de la promotion du festival local ... Pour ne pas me faire accuser de cynisme, j'en termine ici, en te souhaitant une excellente soirée.

Pipo.