... et aussi sur TWITTER!

vendredi 25 août 2017

off.

Ils n'avaient pas de réservation pour le déjeuner du coup j'ai appris hier lorsque de quittais le boulot que je ne bosserai pas aujourd'hui. Ça me va! 1 journée de boulot, 2 jours, off, 1 journée de reprise, 1 journée off! Qu'est ce que j'aime ne pas bosser quand même!!! Surtout que cette habitude a eu le temps de bien s'installer. Il faut dire que le poste en lui même est tellement pénible qu'il faut être particulier pour aimer ça. Commis de cuisine, c'est fait. Une expérience, pas une vocation! SI je ne sais pas ce que je veux faire je sais ce que je ne veux pas faire.

À peine tu as fini la vaisselle que d'autres montagnes arrivent. Entre temps je prépare les entrées, rempli les bouteilles de blanc ou de rosé et la fin de service est ce que j'aime le moins: laver plats, gazinière, meubles, sol...
Je m'apperçois en tous les cas que mon cher meunier qui a des paroles de bouddha a la théorie mais pas la pratique. Il stresse comme un fou à certains moments, ce que j'ai du mal à comprendre: le restau n'est pas un gastronomique avec étoiles au Michelin, je ne comprends pas pourquoi il se met la pression comme ça. Même si ce n'est pas dirigé contre moi je n'en peux plus de ces patrons stressés, énervés, j'ai tellement donné de ce côté. Ça apporte une ambiance de merde.
Mais la saison se termine, je ne devrai plus avoir beaucoup de semaines. En septembre il est possible que ce ne soit que les week-end et encore, ce sera en fonction du monde.
Ils m'ont appris qu'un restaurant à 10kms de là cherchait un commis. Je connais les patrons et le restau mais après cette expérience je ne crois vraiment pas que je vais postuler d'autant plus que je pense qu'avec eux ce sera sous contrat. Alors si eux aussi sont stressés comme des fous (ce qui semble être une obligation quand tu es en cuisine!), aucune envie d'être enchainé pour des mois dans une situation pareille. S'ils ont besoin de serveurs, pourquoi pas, à voir.
J'ai quitté tellement de choses pour cette nouvelle vie que j'ai besoin d'être enfin bien dans un boulot.
Et j'aimerai vraiment passer mon permis en octobre (enfin, la date dépendra du dossier de pole emploi) hors si je prends un boulot maintenant (surtout en tant que serveur, un truc crevant), je sais que je ne pourrai pas le faire. Après 3ans sans aucune aide financière, j'en ai maintenant une petite, toute petite qui correspond à la même somme que je me prenais de mon loyer parisien, j'ai envie d'en profiter un peu.

Il faudrait que j'arrive à trouver un truc, mon truc. Un boulot qui me plaise vraiment. Être auto entrepreneur pour ne pas avoir de patron ou d'employé qui me fait chier (vécu!). Mais dans quoi? Alors là ça reste la grande question. En tous les cas je sais que le permis m'aidera à ouvrir cette horizon.

Mon dernier travail en bio énergétique ne m'a pas encore apporté d'éclairage de ce côté mais je dois reconnaitre que depuis ce soin les changements que j'avais remarqué au début sont encore là aujourd'hui. J'ai plus d'énergie, je n'ai plus ces moments de cafards avec ce sentiment d'être complètement perdu, je n'ai plus cette grande peur du futur, cette hantise de la mort de Mam' et de tout ce qui en découlera. Ces pensées ne sont plus là ou du moins j'arrive à les maîtriser.
Et puis même si cette expérience de commis ne reste qu'une expérience, c'est une première reprise d'activité depuis 3ans.

Comme j'envie les gens qui ont comme métier leur passion. Se lever le matin sans avoir la sensation d'aller travailler. Au tout début de ma carrière (!) ça m'était arrivé. À mes 17ans, quand j'ai commencé à bosser dans une célèbre radio Fm puis les débuts dans la sté de production, celle que j'ai quitté pour venir ici. En fait j'ai commencé à perdre cette sensation quand je suis devenu l'assistant du big boss. J'étais tellement plus heureux quand j'étais à mes autres postes. Postes plus "petits", moins bien payés mais qu'importe. Plus le poste était bien vu par la société, moins j'étais bien en fait! Je fonctionne à l'envers je crois.

L'autre jour ma meunière me demandait justement si je ne regrettai pas le big boss. Eh bien non, toujours pas. Je regrette toujours l'aspect financier et les collaborateurs avec qui je m'entendais bien, je regrette l'aide que mon poste pouvait m'apporter dans le privé, les privilèges mais le personnage en lui même ne me manque absolument pas et si je ne l'avais pas quitté je serai aujourd'hui en burn out!

Dossier pied de ptite mère: personne ne sachant d'où cela vient, nous nous sommes renseigné par internet et cela pourrait être la goutte! Dingue non?! Elle compte retourner voir son médecin pour lui en parler. C'est un comble ça: c'est peut-être le patient qui va apprendre au médecin le mal dont il souffre! Mais cela fait un bout de temps que je lui dis que je ne trouve pas ce médecin extraordinaire seulement une fois de plus, dans des zones rurales le choix est plus que restreint. 
Lundi prochain elle doit faire un aller/retour à Bordeaux pour son rdv avec l'anesthésiste afin de préparer l'opération de son doigt prévue début septembre seulement ce problème de pied va peut-être retarder cette intervention?

Depuis quelques jours j'ai repris mes grandes balades, il faut que je retrouve ce rythme quotidien que j'ai perdu depuis que mes Patous ne sont plus demandeurs. 3ans inactif, ça se ressent physiquement: je commence à voir apparaître un petit bidon, ce qui ne me plait absolument pas!!!! J'ai l'âge ou ces choses commencent à apparaître et si je ne me bouge pas je suis foutu. Moi qui est toujours été sec et mince sans prendre un gramme quoique je mange, je ne peux pas me laisser aller comme ça.
Alors je marche avec la petite Pirouette, la chienne de Mam' et elle en est ravie!!!!
Au moins avec elle je peux la prendre dans ma voiture ce qui m'évite d'avoir à traverser le village. Nous nous garons directement dans les petits chemins sans rencontrer âme qui vive et c'est très bien.

Aucun commentaire: