... et aussi sur TWITTER!

lundi 22 mai 2017

Paris 4.

Comme je me l'étais dis, samedi je suis allé sur la tombe de mes grands parents au cimetière d'Auteuil, proche de la porte de Saint Cloud. Ils ne voulaient aucune plante, ce que nous avons respecté jusqu'à maintenant mais là, j'avais envie, histoire que cette tombe ne fasse pas totalement abandonnée. Après renseignements, j'ai pris un "dipladenia", parait il très costaud, pas besoin de beaucoup d'eau, sa durée de vie sera en fonction de la météo. En regardant la pierre tombale je me suis rendu compte que je me trompais sur les années de décès. Mon grand père c'était en 92 et ma grand mère en 94.
J'ai fais un tour devant leur domicile, avenue Dode de la Brunerie. J'aimais beaucoup aller chez eux, une grande complicité avec ma grand mère qui m'offrait des chouquettes, du bon chocolat aux noisettes et cuisinait à merveille clafoutis et flan. Ils étaient un couple de longues années avec un amour fusionnel. Comme souvent dans ces cas là, ma grand mère s'est laissée partir deux ans après mon grand père. C'est aussi ce que je redoute si je quitte la campagne ou se trouve ma mère. Je pense qu'elle aussi se laisserait partir si je ne suis plus là. Je suis presque sur que ça n'a pas été le cas avec mon père car mon frère et moi étions là et maintenant sans mon frère, un retour pour moi à la capitale serait certainement le début de la fin pour elle. 

Comme les commerces de la porte de Saint Cloud ont aussi énormément changé!!!! Le grand horloger-bijoutier esr devenu un Indiana café, le bar-brasserie un McDo, la boulangerie un restaurant....

Je décide de rentrer à pieds à la maison (Sorbonne) en me laissant guider par le GPS qui m'annonce un peu plus d'1h20 de marche. Faisable et je n'ai rien derrière. Je prends mon temps, je flâne quand au bout d'une demie heure je me retrouve rue Vasko de Gama, là où habite mon amie K (qui a la parkinson). Elle avait annulé notre rendez vous, trop affaiblie par la maladie mais je trouvais trop bête de passer devant chez elle sans essayer d'aller l'embrasser. J'envoie un texto. "Viens!" Me répond t-elle. Il était 19h, je l'ai quitté à 3h30 du matin sans rentrer à pieds mais en prenant un Uber!
Je l'ai bien retrouvé ma petite K! Au moins 10ans je crois que nous ne nous étions vu. Elle a apprit sa maladie en septembre dernier, elle a 56ans.... tous ses gestes sont extrêmement lents et seule sa main gauche à de très légers tremblements. Aidé par un traitement, elle connait le déroulement de sa vieillesse à venir. C'est terrible je trouve. 

Demain, 15h, ce sera le départ. Aujourd'hui je prends un verre avec une amie avec qui j'ai bossé il y a longtemps en prod dans la boite de mon ancien boss mais je n'étais pas son assistant à l'époque. Elle, ce doit faire 20ans que je ne l'ai vu!!! Je l'ai quitté célibataire, elle a aujourd'hui des enfants. 
De là j'irai chez Jeanne Garnier ... il y a 2ans, mon frère y entrait sans jamais y ressortir, du moins en vie. C'est comme si c'était hier. 

En début de soirée je retrouve ma tante qui passe déposer des affaires. Nous nous reverrons demain matin plus longuement. Ensuite, rdv avec un mec si j'en ai envie. Franchement, là, je n'en ai pas envie et je crois que si j'y vais, ce sera même en m'y obligeant car après, je retrouve le désert sexuel rural!!!

La météo est super, c'est exactement celle que j'aime, Paris au mois de mai. 
Je me suis promené quais Saint Bernard hier, des gens dansaient sur des musiques anciennes en bord de Seine. Certainement un rdv régulier car nombreux couples étaient habillés pour l'occasion. Je me suis assis un long moment à les observer. J'ai même eu soudainement les larmes aux yeux en imaginant chaque histoire de vie. La plus part étaient des personnes âgées. On sentait le bonheur qu'ils avaient à partager ce moment. Certains avaient les yeux fermés, esquissants des sourires. 
Eux aussi ont été jeunes et doivent toujours l'être à l'intérieur d'eux même. Que pensent ils à ce moment précis? Le souvenir d'un amant? Une image de leurs parents? Le regret de ce temps? 
"Combien de temps encore", cette chanson de Regiani me vient à l'esprit. 
Malheureusement je peux insérer la petite vidéo que j'en ai fait. Seule la photo est acceptée. 

Demain, jour du départ, je n'ai pris aucun rdv. Il me faudra ranger la chambre, faire ma valise, papoter avec ma tante et partir pour la Gare Montparnasse vers 15h. J'ai pris un train avec changement, le prix était moins cher...

2 commentaires:

Jimmy Briton a dit…

En évoquant tes petits vieux qui dansaient, c’est comme si je les voyais, et tu m’as mis moi aussi les larmes aux yeux. Car c’est vrai que si on prend le temps d’observer les gens, on se rend compte qu’on passe soi-même parfois à côté des choses simples.

Car en m’imaginant ces personnes âgées, ce jour-là, simplement heureuses d’être là, oubliant peut-être les douleurs aux bras, ou aux jambes, oubliant leur nuque, quelquefois trop raide, on se rend compte qu’elles ont mis de côté – provisoirement sans doute – les petits tracas du quotidien.

Cet après-midi là, ces petits vieux vivent l’instant présent, dans leur petite bulle de nostalgie. Peut-être aussi que la sagesse vient lorsqu’on réalise qu’on n’a plus beaucoup de temps à gaspiller pour rien.
Merci, l’ami.

Piel a dit…

@Jimmy: j'ai voulu t'envoyer la petite vidéo par mail mais là aussi je crois que ça n'a pas fonctionné :(