... et aussi sur TWITTER!

mercredi 3 mai 2017

13.

13ans aujourd'hui que mon père nous a quitté. Cela parait si lointain et en même temps si près. Je me souviendrai toute ma vie de cette journée. 

Il était sur le point de partir j'étais chez les voisins, absents. Ceux qui ont racheté notre grande maison familiale, celle ou mon père a passé ses vacances d'enfant. J'étais assis au pied de son ancienne fenêtre de chambre et pensais à lui. C'est à ce moment là que papa a décidé de partir. Lorsque je suis arrivé peu de temps après dans la pièce, ma mère, mon frère et ma soeur étaient là. Mon frère m'enlasse en pleurant et me glisse à l'oreille qu'il était fier de moi et que maintenant nous n'étions plus que tous les deux. Tous les deux pour nous et pour maman. Jamais, jamais je n'aurai cru que 13ans après mon frère n'allait aussi plus être de ce monde et je suis maintenant seul, pour ma mère comme pour moi. Le 14 juin prochain cela fera deux ans qu'à son tour, il partait.
Oui, il y a ma soeur, ma demie-sœur mais c'est différent. Elle n'a pas grandit avec nous. Lorsqu'elle avait 18ans et moi 6-7ans, elle est partie vivre aux USA et aujourd'hui, bien qu'elle se soit rapprochée du continent, elle est en Angleterre.

Le 1er mai 2004, 2 jours avant, je perdais un ami de boulot, un ami très proche que j'appelais "mon père de bureau". C'était le chauffeur de mon ancien boss. Un homme adorable qui me protégeait du caractère exécrable du patron, qui me rassurait, me réconfortait, me faisait rire. Plusieurs fois il m'a retenu de quitter le bureau sur le champs tellement je n'en pouvais plus. Probablement que s'il avait encore était là en 2009, je serai encore "l'assistant de." 

Là encore je me souviendrai toujours de cette journée. Nous étions vendredi, j'allais prendre mon train pour venir ici, à la campagne, au chevet de mon père car nous savions que le départ était proche. Lorsque j'ai quitté le bureau pour aller à la gare cet ami m'a souhaité bon courage pour mon père. Le lendemain, il rentrait en scooter du studio télé quand un chauffard ivre passe un feu rouge. Là encore, jamais je n'aurai cru que je n'allais pas le revoir le lundi suivant et tous les autres jours. En l'espace d'un week-end j'avais perdu "mes deux pères". J'étais non seulement déchiré d'avoir perdu papa mais aussi de devoir laisser ma mère toute seule. Arriver en plus le lundi au boulot et trouver le bureau de mon ami vide ... Terribles sensations abyssales. Il est parti deux jours avant mon père. Un truc de dingue. Mon père, encore, nous avions eu le temps de nous préparer à l'idée mais lui, encore jeune, en pleine forme, BANG! 

L'enterrement de papa avait eu lieu deux jours après son décès, le 5 mai, jour anniversaire de ma mère. Le lendemain, le 6, j'enchainais avec l'enterrement de mon ami. Terrible année que 2004.

Si mon père et mon frère seraient encore là aujourd'hui ils seraient dévastés de notre situation politique!!! Mon ami par contre, je crois que ça ne lui déplairait pas...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Piel,

"cela me parait si lointain et en même temps si près...."

C'est exactement ca.
La douleur est toujours là, puissante.....Mais le temps qui passe nous apprend petit à petit à vivre avec...

"Jamais, jamais je n'aurai cru que 13ans après mon frère n'allait aussi plus être de ce monde..."

Cette phrase est terrible et m'émeut beaucoup. Je ressens à quel point ta blessure est à vif...

Pensées pour toi.
Fabienne


Piel a dit…

@Fabienne: c'est adorable, merci Fabrienne ;)