... et aussi sur TWITTER!

mardi 1 novembre 2016

Voilà, fin des vacançes scolaires, retour demain à Paris pour mon petit neveu. J'espère tomber sur un contrôleur compréhensif à ma monté du train (précédent post).
5 heures à Paris avant mon train de retour. Rendez vous pris avec ma chère amie Nelly pour dejeuner ensemble et passer ce temps d'attente avec elle dans les rues de la capitale. 

Nous avons eu de la chance pour cette dernière semaine de vacances: très belle météo qui, d'après les prévisions, devrait partir dès demain pour apporter nuages et baisse des températures.
Mes tilleuls et mon figuier se dénudent à vue d'œil et recouvrent de leurs feuilles le sol de notre jardin. Comme la vie, comme le temps qui passe: impossible de lutter contre. 

Le temps qui passe. Facebook me l'a rappelé hier en me remémorant le post que j'avait fait 5ans avant jour pour jour: c'était une photo de mon Jo prise au McDo d'Angoulême. Et là, tu te rends compte que 5ans c'est rien mais en même temps c'est énorme! Mon neveu en avait 7, une tête vraiment de petit garçon qu'il n'a plus aujourd'hui. Pourtant de cette journée je m'en souviens comme si c'etait hier. Dans 5ans ma mère aura 82ans et moi 51! Au secours! Je n'avais pas besoin de ça pour me rappeler à quel point il faut profiter de l'instant présent. 

Pic d'angoisses depuis 3 jours: j'ai refais mon budget et en fait je ne suis pas bon du tout!!! Mon virement de 300€ que je me fais de mon loyer parisien couvre tout juste mes prélèvements obligatoires. Panique! Je ne vais pas pouvoir continuer comme ça des années, je ne veux vider toute mon épargne, ce qui, jour après jour se produit doucement mais sûrement. Même si cela reste inenvisageable pour moi, histoire de me mettre un coup de pied au cul je me laisse jusqu'au mois de mai pour trouver un boulot. Si à cette date je n'ai rien trouvé alors je repars vivre à Paris (en ayant trouvé avant un taf là bas car cela me demandera de récupérer mon studio et donc de ne plus avoir une seule rentrée d'argent). Même si je me dis qu'un retour est impossible toujours pour les mêmes raisons: mes Patous et ma mère. C'est vrai, Mam' a besoin de moi. Physiquement elle fatigue. Une soit disante sciatique qui est là depuis des mois et des mois l'handicape beaucoup. Elle ne peu plus faire certains gestes du quotidien et réaliser certaines tâches. En plus, quand je vois son moral qui part en berne dès que je m'absente une semaine, je te laisse imaginer comment elle serait avec une absence de plusieurs semaines. Et mes Patous! Ils seront malheureux de mon absence, ils ne pourront plus avoir de promenades ni de brossage, ma mère ne peu se baisser pour les câliner et elle n'a aucune autorité sur eux lorsqu'ils se mettent à aboyer à cause des gens qui passent devant chez nous. Elle a beau crier pour les arrêter, rien n'y fait alors que moi, il me suffit de crier leurs noms avec un gros:"STOP!" pour qu'ils s'exécutent. Je sais que ces aboiements réguliers la fatigue. 
Donc ce défi que je me donne est plus histoire de me mettre une dead line tout en sachant que sa réalisation sera plutôt difficile. 
En racontant ma situation à Nelly, elle m'a proposé de bosser pour elle en étant payer au black, nous devons en reparler. Bon, ce ne sera pas des masses, entre 250 et 600€ mais ça me fera ça en moins à pomper sur mon loyer. Elle a monté une petite société qui se charge de trouver des dotations pour des jeux dans les médias, travail que je peux réaliser de chez moi en attendant autre chose de mieux. 
Je pourrai revenir bosser dans les médias, j'ai toujours les contacts et c'est ce que je sais faire mais quand je vois en plus la télévision d'aujourd'hui: H anouna et toute sa bande, c'est à gerber. Mais quand bien même, revenir dans le milieu me demanderait de revenir vivre dans la capitale avec encore plus la sensation d'échec.

Bon, comme tu le vois, je n'avance pas vraiment

Oops! Mon neveu vient me voir: "Piel, on prend un petit apéro?".

Ok, je te laisse.

1 commentaire:

Buz a dit…

Revenir vivre à Paris n'est pas un échec. C'est juste une autre partie de la vie qui s'ouvre à toi. On verra bien….