... et aussi sur TWITTER!

dimanche 2 octobre 2016

Réveillé mais pas encore lever, les yeux ouverts dans mon lit, sans savoir pourquoi je me remets à penser à ma vie d'avant, à des moments avec mon cher boss, à l'univers dans lequel j'évoluais, à la place que j'avais dans la société, aux regards des gens quand ils apprenaient mon poste.
Dès le départ de mon changement de vie je savais qu'avec le temps les moments difficiles (qui étaient nombreux!) allaient s'estomper un jour pour ne laisser place qu'aux bons mais il me suffit de me souvenir de mon hygiène de vie de l'époque pour me faire une piqûre de rappel: je suis parti pour sauver ma peau tellement je ne me sentais pas dans mon élément. Je fumais des bédos du réveil au coucher, j'étais drogué 24 sur 24. 1 petard avant de partir au bureau, 1 petard sur mon scooter lors de mon trajet au bureau, 1 petard arrivée au bureau (dès fois + d'1 vu que mon boss en fumait aussi!), un petard sur mon trajet de retour, un petard une fois chez moi, un petard au coucher et rebelote le lendemain et sur-lendemain. Je ne faisais que fuir mon quotidien. Un jour j'aurais eu un problème: accident de scooter, burn out sévère, cancer, je ne sais pas lequel des 3 mais ma vie ne pouvait continuer ainsi. 

En fait je crois savoir ce qui a déclenché ces pensées matinales: avant de m'endormir hier j'ai visionné sur le web un extrait de "touche pas à mon p oste" ou l'animateur insulte l'un de ses chroniqueurs en lui disant qu'il s'était fait virer comme une merde de sa chaîne d'avant, qu'il était venu le voir comme une pleureuse dans son bureau pour du boulot et qu'il devait fermer sa gueule (!!!). En voyant cette bande interagir avec son animateur (son patron donc) j'ai vraiment retrouvé les rouages des coulisses. J'ai tellement vécu ces comportements que je les connais par cœur. Quand j'étais l'assistant de mon boss je voyais comment les autres fonctionnaient avec lui, devant lui et sans lui, ce côté "béni oui oui", ces lèches bottes qui trouvaient toutes ses blagues drôles, tous ses propos parfaits alors que ce n'etait pas toujours le cas. Certains le reconnaissaient une fois qu'ils n'étaient plus en sa présence. Ils flippaient tous de lui, ils flippaient surtout de perdre leur job, leur place au soleil près des projecteurs. Ils voulaient tous être le chouchou et étaient tout excités lorsque le boss leur adressait la parole ou avait un petit geste gentil. Mon boss en avait conscience et jouait là dessus. Eh bien aujourd'hui, sur le plateau de t pmp je retrouve exactement ces comportements. L'animateur a de grandes ressemblances avec mon ancien boss (qui faisait un peu beaucoup les mêmes divertissements) et les comportements des chroniqueurs sont très ressemblants. Je retrouve cette ambiance. Je suis persuadé que l'animateur fonctionne comme le mien faisait avec le même caractère de cochon. Pour rien au monde je voudrais être aujourd'hui l'assistant de ce mec et je ris quand je vois ses fans faire des éloges sur ce nouvel homme médiatique qui est si formidable, drôle et gentil. Tu parles! Va donc voir derrière les paillettes! Je m'occupais aussi du courrier des téléspectateurs et voyais bien que le jeu fonctionnait. Tu as des gens qui trouvaient mon boss extra, drôle, gentil, certains voulaient même partir en vacances avec lui (pour rester dans le soft!) alors que lorsque tu le connais vraiment tu n'as qu'une envie: ne surtout pas partir en vacances avec lui!!!!
Mais tout cela est normal. C'est du spectacle mesdames et messieurs! 

Alors bien sûr que le chroniqueur insulté ne va pas avouer qu'il a été touché par ces propos (alors que je le sais sensible et susceptible). Je l'ai côtoyé de loin il y a longtemps lorsqu'il était en couple avec un animateur de l'époque qui était grand ami avec le mien. 
En disant la vérité ce chroniqueur risquerait de ne plus être dans les petits souliers de son boss et donc de mettre sa place en danger car si cet animateur se dit sincère à l'antenne, je suis sur qu'une fois celle-ci coupée c'est un tout autre discours. Ce chroniqueur à en plus un égo surdimensionné avec une grande envie de percer dans le métier, il doit donc jouer le jeu, il le sait, tout comme son patron. Dans cette émission ils sont tous hypocrites et je trouve que ça transpire à l'antenne. 



C'est probablement le fait d'être plongé dans cette atmosphère avant de m'endormir qui m'a mis dans mon passé ce matin. 

Maintenant je retrouve mon présent qui m'apporte une belle journée ensoleillée!

Aucun commentaire: