... et aussi sur TWITTER!

jeudi 22 septembre 2016

Retour au calme. Hier soir, restau avec mon amie M., de Biarritz, qui est dans la région pour 3 jours. M., était la personne chez qui je devais passer quelques jours cet été, puis ajourné à ce mois puis finalement je crois définitivement annulé. Je ne m'en été jamais rendu compte à ce point jusqu'à hier mais c'est incroyable comme elle ne parle que d'elle. A chaque fois que j'essayais d'en placer une elle me suivait quelques secondes et BANG! Enchaînait sur un truc à elle. Quand elle me suivait plus de 5 secondes je sentais très bien qu'elle n'écoutait pas. C'est con parce que je m'étais dit que ça me fera du bien de la voir, pouvoir lui parler de mon rendez-vous parisien, de là ou j'en suis aujourd'hui, de mon hésitation pour le remplacement au tabac, etc... Du coup je n'avais qu'une hâte: que cette soirée se termine et sur d'une chose: je ne me vois pas passer si ce n'est même 3 jours 24/24 chez elle. Elle voudra tout prendre en main (activités, sujets de discussions, etc...), cela m'insupportera. C'est fou les gens comme ça. Elle repart demain. Ni elle ni moi n'avons proposé de nous faire un truc aujourd'hui, ni elle ni moi n'avons parlé de mon passage chez elle à Biarritz et c'est très bien comme ça.

Remplacement tabac: décision prise et validée: je ne le fais pas. Pour une fois, je n'ai pas fait traîner, j'ai téléphoné au buraliste dès le lendemain de mon retour de Paris. C'était son répondeur, message laissé. Franchement je ne me sentais pas faire ces 10 jours dans un bar-tabac-presse-Fdj-snack! Juste le temps de prendre mes marques: m'adapter un peu à la caisse et au placement des paquets de clopes dans le linéaire que ma mission serait terminée = 10 jours de galères. Il aurait fallu que je mette mon réveil vers 5h du matin et avec mon rythme de ces 2ans plusieurs jours pour me caler sur ces horaires auraient été nécessaires. Et je me connais: si déjà aujourd'hui ça ne me branche pas du tout, je sais que le moment venu cela aurait été pire d'autant plus que c'était pendant mon mois le moins aimé de l'année: novembre. Je craignais que mam' ne me comprenne pas mais ce ne fut pas le cas, soulagé de ce côté là. Il me reste à en parler à mon amie véto qui m'a mise sur ce coup et le dossier sera clos.

Que t'écrire de plus tellement mes jourées sont relaxes?! Ce matin réveil "tôt" pour moi: 9h30 mais les autres jours c'était autour de midi-13h. J'arrive encore à profiter de ça, de cette liberté, de cette glande générale, de vivre l'instant présent et d'y être bien car ça ne durera pas l'éternité. Le passé reste encore très présent probablement parce qu'à cause de ce passé je me retrouve dans cette situation aujourd'hui. Des flash black de mes galères me reviennent toujours que ce soit du magasin ou de mon frère. Plus le temps passe plus mon frère ma manque. Jamais je n'avais été sans contact avec lui plus d'un an. Un an et 3 mois qu'il est décédé aujourd'hui et c'est toujours un truc auquel je n'arrive pas à me faire. Petit à petit le temps va effacer des détails de lui, je ne veux pas.

7ans que j'ai changé de vie: 9 galères! 
1/ Quitter mon boulot et ma ville de toujours, Paris: un truc qui demande quand même quelques efforts.
2/ Me retrouver du jour au lendemain gérant d'un bureau de tabac-alimentation-presse dans un village de 700 âmes: une sacrée adaptation quand on connait mon parcours professionnel.
3/ La mort de mon cher chien Balthazar.
4/ La mort de mon chat
5/ Gaël: vols.
6/ Gaël: trahisons.
7/ Gaël: garde à vue
8/ Cathy: ma salope de deuxième employée.
9/ La maladie de mon frère et son décès.
C'est greffé à ça mon problème de photocopieur boutique qui me réclamait 5000€ mais heureusement, annulé à ce jour. Bref, cela fait en gros une petite année que je suis TRANQUILLE. Alors oui, je profite encore! 

Je continue de vapotter. De 15 cigarettes/jour j'en suis toujours à 4-5 sans faire d'efforts ni sentir de manque. Cela reste toujours pour moi un bon outil pour diminuer voir arrêter plus tard.

Premier jour d'automne aujourd'hui, ça y est, on commence à entrer dans le tunnel. La nuit tombe de plus en plus tôt, les chasseurs ont repris leur fusil et même si nous avons encore de belles journées bientôt je ne pourrai plus profiter du jardin comme je le fais aujourd'hui. Le bleu du ciel disparaîtra plusieurs mois pour laisser place à la grisaille, l'humidité et le froid, ce qui me demandera encore plus d'éfforts pour garder le moral .... Pouloum, pouloum .......

1 commentaire:

Jimmy Briton a dit…

Je suis content de lire que, globalement, tu te sentes un peu mieux actuellement qu'il y a quelques mois.

Personnellement, je regrette — égoïstement — que tu aies abandonné le projet de passer quelques jours à Biarritz. Et je suppose que tu as compris pourquoi...

Quoi qu'il en soit, je te souhaite un bon début d'automne.
Tiens, à ce sujet, j'ai appris pas plus tard qu'aujourd'hui que Henri de Toulouse-Lautrec aurait écrit ceci : « L' automne est le printemps de l' hiver ».

Je ne sais pas si c'est vrai, en tout cas c'est joli !