... et aussi sur TWITTER!

jeudi 15 septembre 2016

Je me l'étais dis et j'ai bien fait: ne pas trop attendre de mon rdv. C'est son mari en fait que j'aurai du voir, je préfère ses pratiques qui sont plus puissantes et apportent de réelles réponses. Avec lui c'est plus facile car c'est lui qui te les donne, ce n'est pas à toi de les trouver. Bref, c'est fait. Ça m'a coûté chez, trop cher (je n'ose même pas te dire le prix!) même si je sais qu'un travail a été fait, en profondeur et subtilement, j'en suis ressorti comme j'en etais entré: pas de lever de voile, pas d'éclaircissements sur mon devenir, juste des confirmations: en fait je commençais certainement un burn out au moment où j'ai quitté mon boss (mais depuis combien de temps?) et que les difficiles expériences qui ont suivi m'ont apporté un état dépressif. Quand je lui racontais mes 7 dernières années, tous les symptômes étaient là. Maintenant aujourd'hui il faut que j'arrive à contrôler mes "formes pensées", à enterrer le Piel d'avant: ça a duré 7ans, aujourd'hui c'est terminé. 
Elle aussi pense que toutes ces épreuves sont un rééquilibrage karmique.
Il n'empêche que si effectivement depuis au moins 8ans je suis malade, je n'ai rien fait pour me soigner que ce soit en médecine traditionnelle ou parallèle donc la réparation met bien plus de temps. 

Le burn out j'y ai pensé il y a 8ans lorsque j'étais chez moi, à la campagne, un week end. Je faisais la vaisselle et tout d'un coup j'ai pensé à mon boss, à ma rentrée et je me suis effondré en larmes sans crier gare. C'est arriver comme ça, brutalement mais à l'époque le mot "burn out" m'était inconnu. 

Voilà l'ami, j'avance à pas de fourmis mais j'envisage tout de même de voir son mari, au moins une fois. Il faut que je l'appelle pour prendre rdv (et demander avant le tarif!). Il a un agenda assez chargé, je ne sais quand cela pourra être. 

J'ai récupéré sur le palier les affaires qu'il me restait de la chambre de bonne. Aucun de mes livres n'est racheté par Gibert, je vais donc devoir les jeter. Je n'aime pas jeter. Quant à mes vinyles je vais essayer de ramener ce que je peux et ce qu'il restera je regarderai l'argus pour en connaître la valeur et tâcherai de voir si un disquaire voudrait m'en acheter. Il y en a un très vieux pas loin de chez moi: "Crocodisc", rue des Écoles. 

Après avoir vu mon amie Nelly avant hier et hier, je n'ai plus rien à faire jusqu'à mon départ. Balades dans les rues et tranquille chez moi. 

À suivre. 

Aucun commentaire: